Passeur d’âme, un charisme pas de tout repos….

Un jour, une médium me fait la lecture suivante. Elle perçoit qu’au ciel se penchant vers moi, énormément d’âmes  attendent de moi quelque chose. Surprise de sa vision, elle me demande : « Avez-vous une connexion particulière, ou une croyance à l’égard des défunts ? ». A cette époque-là, je n’en savais rien du tout et lui dis que non.

Six années plus tard, je découvre que de fait, j’ai reçu ce charisme de faire passer les âmes dans le monde de la lumière. Oui, soudainement  la prédiction de cette médium prenait tout son sens.

Depuis, quoi qu’il en soit, je n’ai eu de cesse d’avoir cette vigilance toute particulière à l’égard des âmes bloquées encore dans notre espace-temps. Et, je vous assure qu’elles sont plus nombreuses que vous ne pouvez le penser.

Aussi dès que je passe auprès d’un cimetière, je m’assure à ce qu’aucune âme ne soit en attente ou en souffrance. Et, il n’est pas rare de voir l’une d’elle assise au bord de sa tombe, ou d’autres errantes, et parfois certaines encore dans leur cercueil. Chaque fois, je prends le temps de dégager chacune d’elles pour les mener vers la lumière.

De nuit comme de jour, je mets en œuvre ce charisme car les âmes dès qu’elles perçoivent que vous en avez la capacité, elles ne vous laissent jamais de repos. Et d’ailleurs, passeur d’âme en avons nous le choix ?

Aujourd’hui, je sais que là-haut, les familles sont chaque fois heureuses de voir revenir un des leurs. De quel droit pourrions-nous les en priver quand nous en sommes conscients et que nous en avons reçu le don ?

Parmi toutes mes expériences avec les âmes défuntes, j’ai choisi de vous en présenter l’une d’elles.

Un jour, une couple de personnes âgées se mettent à entendre la nuit, et ce depuis plus d’un mois, des manifestations dans la maison : portes qui claquent, bruits de pas voir de chasse d’eau. Aussi, par l’entremise d’une relation commune, ils m’ont appelé pour pacifier leur lieu tout en étant un peu gênés de cette situation.

Une fois sur les lieux, j’y découvre qu’il s’agit d’une âme qui cherche à attirer l’attention sur elle. Je la sens, souffrante, peinée voir aliénée comme s’il lui était impossible de monter vers la lumière. Après avoir fait le travail de dégagement et d’apaisement, la voici qui rejoint la lumière.

Quelques jours plus tard, je prends de leurs nouvelles. Tous les deux m’assurent qu’ils ont retrouvé la paix. En même temps, ils me disent connaître l’identité de celui qui s’était manifesté. En réalité, il s’agissait d’un de leur voisin décédé depuis deux ans, et dont l’épouse consciemment l’empêchait de partir. C’est elle qui leur a fait part par ce qu’elle ne ressentait plus sa présence et qu’elle s’en étonnait.

Suite à cette information, j’ai trouvé un moment pour aller en discuter avec elle et lui faire comprendre en quoi, pour nous tous, il était néfaste de retenir des âmes captives.

Aussi, en ces jours où vous vous souviendrez de vos défunts, je vous invite, par rapport à celui ou celle que vous avez connu et qui vous précède dans la mort, à vous poser la question si vous avez eu à cœur de le laisser partir, de lui rendre véritablement sa liberté en lui restituant sa partie d’âme qui repose en vous. Si ce n’est le cas, faites-le et je vous assure que vous en serez plus libre sans pour autant perdre quoi que ce soit de leur présence. Au contraire, ils le seront encore bien plus.

Nos attachements, aussi beaux soient-ils, font toujours entrave à l’œuvre de la lumière. Toute âme retenue ici-bas contre son gré manque à l’harmonie de tous.