Temps des fêtes: se mentir chaleureusement

Le compte à rebours est commencé, les signes ne mentent pas; eh oui, le cirque du temps des fêtes est bel et bien arrivé. Les magasins sont bondés et c’est la cohue, la première neige est tombée, la musique de Noël retentit un peu partout, le village du père Noël a envahi les (trop ?) nombreux centres d’achats, le calendrier de l’avent a été entamé et finalement Nez rouge effectue ses premiers raccompagnements après les innombrables partys.

Noël, cette fête religieuse consacrant, pour certains, la naissance de l’enfant Jésus et, pour d’autres, le solstice d’hiver, s’est métamorphosé en véritable foire capitaliste où la glorification de notre sauveur, ou encore de la lumière qui revient, ont cédé le pas à l’héroïsation d’un personnage factice vêtu de rouge et survolant le monde dans un traineau magique. Les festivités des fêtes, pour plusieurs, ne sont donc qu’une godaille hypocrite qui s’est amorcée avec l’altération du sens originel de ce moment de retrouvailles et d’honnêteté.

Or, l’hypocrisie ne s’arrête pas là. D’abord, la période des fêtes représente le triomphe éhonté du néocapitalisme, du crédit et de l’endettement individuel. Tout est planifié, les publicistes et les marketeux y vont d’astuces systématiquement plus sophistiquées afin d’amener la population à consommer et ce, toujours davantage. Les magasins multiplient les tactiques – comme les journées dites exceptionnelles, voire Black Friday, Cyber Monday, Boxing Day, etc. – dans le but de créer de fausses nécessités et de conditionner les individus à la surconsommation. Bref, l’art ultime de se servir de l’éphémère afin de concevoir des besoins qui n’en sont pas.

Dans toute cette artificialité festive, les gens se croient libres. Pourtant rien n’est moins vrai. Détrompez-vous, la générosité du temps des fêtes est programmée de A à Z. La frénésie surconsommatoire est la conséquence d’un conditionnement sociétal.

Effectivement, l’obligation sociale de donner un cadeau pèse sur chacune des décisions, sur chacun des achats ; comme dirait Bourdieu « un don implique nécessairement un contre don ». L’individu n’est donc pas exonéré de contraintes, il est soumis par l’action des autres, quoiqu’il existe toujours des égoïstes. L’idée, en gros, est donc de ne pas avoir l’air cheap, de donner au cas où, donc de ne pas être pris à contrepied dans l’éventualité de la réception d’un cadeau inattendu.

Toute cette mascarade met en scène la société dans son ensemble, une société rongée par les problèmes sociaux, ainsi que par l’endettement personnel et collectif. Une société qui cherche à tout prix à vivre au-dessus de ses moyens afin d’avoir l’air au-dessus de ses affaires. Il y a certainement, dans toute cette imposture, un impératif d’apparence (ou plutôt la croyance de), un désir de bien paraître auprès des autres. Or, c’est justement cette action consumériste intrinsèquement destinée à exhiber un statut social et/ou un mode de vie, même si celui-ci est le résultat de fausses représentations, qui constitue ce que Veblen appelle la consommation ostentatoire.

Difficile de ne pas y voir une véritable fourberie, dans la mesure où l’individu cherche à mystifier ses proches par le biais d’un travestissement de la réalité dans un but précis de tromper, d’amener l’autre à croire en un idéal souvent fictif. Rituellement motivé par la jalousie, ainsi que par le désir de réussite (attentes sociales ou familiales) personnelle, l’individu en vient souvent à embellir la réalité, à scénariser sa vie avec pour objectif de créer une intrigue et se rendre intéressant, voire différent. La distinction fait foi de tout !

Noël et la période des fêtes représentent donc un temps parfait pour étudier les écarts de richesse qui existent, d’un côté, au sein de la famille élargie et de l’autre, dans la société en générale. Autrement dit, cette période devrait nous permettre de constater les nombreuses injustices de ce monde. Malheureusement, la majorité est trop occupée à se complaire dans la consommation ostentatoire.

De fait, on préfère nettement surconsommer – énergie, nourriture, objets de toutes sortes, etc. – plutôt que de prendre conscience de la réalité, soit que ce moment de bonheur (artificiellement créée) est proportionnel au malheur des autres. Bien plus, cette période d’hypocrisie collective sert essentiellement à engraisser nos dépotoirs municipaux et nos ventres déjà bien remplis tout au long de l’année. Ainsi, pendant que la poubelle nous assure d’effacer rapidement les traces de notre boulimie consommatoire, la terre elle suffoque sous le poids de notre inconscience et de notre avidité. Mais consolez-vous, nous prendrons mille et une résolutions lors du Nouvel An afin de nous donner bonne conscience.

En somme, ne vous méprenez guère ; j’aime Noël pour ce qu’il y a de vrai. J’aime la période des fêtes pour les moments de réjouissances familiales, pour les instants de joie absolue comme pour les crises et les chicanes. Toutefois, je ne cautionne ni l’hypocrisie ni l’aveuglement volontaire. N’y a-t-il pas des façons de fêter sans se mentir chaleureusement? N’existe-t-il pas des pratiques qui permettent de limiter les excès et les abus de tous genres? N’avons-nous pas les moyens ou plutôt le désir de consommer de manière responsable? Sommes-nous obligés, pendant ces deux semaines, de délaisser nos bonnes habitudes et nos pratiques consciencieuses en nous lénifiant avec de pseudo résolutions post-festivités ? Pour tout dire, il faudrait certainement se remémorer que, pendant que l’on se vautre dans notre propre luxe, Noël est un jour comme les autres pour une majorité d’individus.

Joyeux Noël !

Yanick Barrette, art. du «Huffington Post », Québec

Lien : http://quebec.huffingtonpost.ca/yanick-barrette//temps-fetes-mentir-chaleureusement_b_4373233.html