Lettre attribuée à Fra Angelico (1400-1455)

Ami,

il n’y a rien de ce que je pourrais t’offrir
que tu ne possèdes déjà,
mais il y a beaucoup de choses
que je ne puis donner
et que tu peux prendre.

Il n’existe pas de paix dans l’avenir
qui ne soit cachée dans ce court moment présent.
Prends donc la paix.

L’obscurité du monde n’est qu’une ombre.
Derrière elle, et cependant à ta portée,
se trouve la joie.
Il y a dans l’obscurité une splendeur et une joie ineffables
si nous pouvions seulement les voir.
Et pour voir, tu n’as qu’à regarder.
Je te prie donc de regarder.

La vie est tellement emplie de sens et de propos,
tellement pleine de beautés au-dessous de son enveloppe,
que tu apercevras que la terre ne fait que recouvrir ton ciel.
Courage donc pour le réclamer. C’est tout.

Mais tu as du courage
et tu sais que nous sommes ensembles des pèlerins qui,
à travers des pays inconnus,
se dirigent vers leur patrie.

Ainsi je te salue,
non pas exactement à la manière dont le monde envoie ses salutations,
mais avec la prière : afin que pour toi, maintenant et à jamais,
le jour se lève et les ombres s’enfuient.

Fra Angelico (1400-1455)