La fin des temps : sortir de la préhistoire obligeante !

 

Arrivé dans la salle à manger pour achever l’analyse vibratoire générale du lieu, je suis soudainement attiré vers la table de la salle à manger au-dessus de laquelle étaient disposés en guise de luminaires deux anciens jougs jadis portés par les animaux de la ferme. Aujourd’hui, les pollutions émotionnelles étaient toujours là présentes sur ces objets, sous forme de système mémoriel actif. Par un phénomène de syntonie vibratoire, ou encore dit autrement de résonnance morphique, ceux-ci ne pouvaient qu’engendrer en ce lieu-là, l’espace de la salle à manger : mal être, agressivité, violence, dispute…

Faisant part de ma découverte aux hôtes de ces lieux, ils prirent alors conscience d’où provenait cette soudaine agressivité qui pouvait se déclencher avec ceux assis autour de la table lors d’un repas. Une fois la correction apportée tout était désormais pacifié.

Dans mon message de Noel, je vous parlais d’histoire matricielle et certaines personnes m’ont demandé d’en dire plus à ce sujet. Ce concept est tellement nouveau, qu’il reste encore difficile à comprendre.

Dans tous les exemples que je vous ai présenté jusqu’à ce jour dans ce blog, je vous ai déjà parlé quelque part à plusieurs reprises de cette histoire matricielle.

Ici, certes cela se passe à une très petite échelle, mais l’histoire de la violence faite aux animaux, ainsi que leur souffrance, se trouvent dans ces jougs, lesquels sont eux-aussi très mal par rapport à cette force sombre qui repose en eux.

Souvenez-vous aussi que les objets sont vivants. Quoi qu’il en soit dans les faits, ce mini système mémoriel actif est toujours agissant provoquant chez ceux qui sont à son contact : violence, agressivité, changement de comportement pour des personnes qui ne le sont pas habituellement. Rappelez-vous, bon nombre d’objets anciens que possédons chez soi, portent pour certains d’entre eux, la mémoire active agissante  de leur ancien propriétaire, de ceux qui les ont fabriqués, et lesquels objets sont eux aussi souffrants de ce qu’ils endurent.

Parfois, je suis appelé pour des maisons récemment achetée et dans lesquelles les nouveaux propriétaires s’y sentent mal, les symptômes me sont connus : couple qui commence à se disputer, violence émergente, dépression, tristesse, désorganisation de la vie familiale et sociale ou encore parfois demeure qui les refoule…. Chaque fois, j’y retrouve une mémoire historique particulière qui a imprégné les murs de l’édifice et qui émet un champ énergétique propre et destructeur auquel personne ne peut échapper. Quelque part les personnes, vivant en cette demeure, sont sous influence d’une force qui induit des comportements parasites étrangers : histoire matricielle encore… Tout retrouve son calme dès le retrait de cette force conditionnante.

Imaginez ainsi combien de petites histoires matricielles vous environnent autour de vous, et qui vous préexistent  : milieu professionnel, scolaire, familial, économique, politique, hospitalier….

Mais allons encore un peu plus loin !

L’étude de la psychogénéalogie, dont le Pr Anne Ancelin Schützeberger (Université de Nice) est devenue la pionnière en ce domaine, celle-ci nous a appris que dans la généalogie familiale se cachaient des secrets de famille, de ces histoires dont les ancêtres n’ont rien dit du tout à leur descendant et qui pourtant perdurent dans le temps par un phénomène de réplication de l’évènement. Curieusement, la personne ayant vécu les faits initiaux n’aura jamais parlé de son histoire mais, dans les faits, son histoire va se dupliquer dans les descendants, provoquant troubles psychologiques, maladies, comportements étranges inexpliqués. Voici encore une autre forme d’histoire matricielle qui se transmet d’esprit à esprit, venant s’ajouter aux précédentes. Et qui peut elle aussi être éliminée pour le bien de tout l’arbre généalogique.

Maintenant, je pousse mon analyse à son extrême, ce phénomène existe aussi au niveau de l’esprit collectif de nos sociétés.  Au sujet de sa découverte sur les champs morphiques, Ruppert Sheldrake constatait que certaines villes connaissaient une histoire reproductible, une ville peut se trouver détruite tous les cinq cents ans, parce qu’elle est sous l’influence d’un champ morphique, sorte de champs énergétique obligeant, engendrant la reproduction d’un évènement précis, sa destruction par exemple.

Aussi, je pose la question au sujet de notre grande histoire, celle dont nous sommes héritiers.

Alors, qu’en est-il, par exemple, d’une Eglise qui a crée l’inquisition, a tué, en toute impunité, un grand nombre des personnes au nom de son orthodoxie, et qui a détruit des savoirs importants de la planète afin de faire taire des connaissances ancestrales sur l’invisible. Les conséquences de cette violence sont dramatiques et pour moi, celle-ci se ressentent encore aujourd’hui de par une sorte d’histoire matricielle destructrice qui ira pour la France, par exemple, sévèrement touchée par l’inquisition, à créer un peuple timide, réticent, apeuré face à toute notion nouvelle quant à l’existence de l’invisible, l’au-delà, ou encore les médecines parallèles…. Cette peur-là, n’existe pas dans d’autres pays qui curieusement n’ont pas été touché par l’inquisition.

Qu’en est-il aussi, de ces forces destructrices toujours vivantes sous forme d’histoire matricielle concernant les guerres, le besoin de conquérir, de tuer, de prendre les richesses étrangères, l’avidité et l’âpreté à l’argent, l’approche de la souffrance, de la maladie ?…. L’existence de cette histoire obligeante à tous les niveaux de la vie amène les humains à lui obéir fidèlement dans un conditionnement inconscient. Ceux-ci étant incapables de la remettre en question ou de la contester….

Sur le plan de mon activité métabiologique,

Personnellement, lorsque j’analyse l’histoire de vie d’une personne depuis son état foetal, il m’est facile de repérer dans sa trajectoire de vie les périodes chargées d’un vécu personnel déterminant  et qui ont programmées pour elle, une ligne de vie bien particulière avec  ses écueils, ses difficultés répétitives… Chaque fois, les périodes mises en en évidence, correspondent à des faits de vie réellement destructeurs pour elle, qui agissent encore, non seulement, dans son aujourd’hui mais aussi programmés dans son avenir. Mais une fois cette personne dégagée de son histoire matricielle, il est fréquent de l’entendre témoigner de cette étrange sensation d’une liberté retrouvée, laquelle parfois les dérange parce que méconnue. Leurs mots sont alors ceux-ci : légèreté, prise de décision facile, choix impossible devenu possible, clarté d’esprit, liberté face à l’autre, brouillard disparu…. Quelque mois plus tard, la surprise est grande de constater alors le changement du destin de celle-ci

N’oubliez pas non plus que cette histoire de vie matricielle, vient toujours s’additionner à toutes celles déjà citées.

Ainsi donc qu’en est-il de votre liberté ? Le mal où est-il, celui qui vous fera manquer votre but, qui fera que jamais vous ne puissiez être au rendez-vous avec vous-même ? Alors, ce mal diffus, impossible à cerner, à toucher, il est tout simplement dans l’ensemble de ces programmes de la matrice issue d’une histoire individuelle, familiales, sociale, nationale, mondiale.  Autrement dit encore, le mal pour notre terre, c’est l’histoire matricielle diabolique dans son ensemble. A l’inverse du symbolique qui recherche la voie de l’unité, le diabolique cherche la dispersion, l’éloignement de qui vous êtes en vérité.

Est-ce votre faute que vous ne puissiez faire votre travail de symbolisation ? Non, pas vraiment, la majeure partie de la population de cette terre est sous influence, conditionnement, comportement provoqué par ce que le mal est à l’œuvre insidieusement dans une histoire qui a fini par prendre vie et à s’imposer de façon tyrannique à elle. Qu’en sait-elle de tout cela, notre humanité ? Rien rigoureusement rien, le père du mensonge est à son aise, tel le marionnettiste, il tire les ficelles de la vie de l’humain à son gré.

Se retrouver libre de toute histoire influente, voilà l’enjeu de notre troisième millénaire.

Comprenez-vous maintenant combien la grande histoire de ce monde se révèle bien plus pernicieuse qu’on ne le pense, ce qui se passe au niveau d’un individu va se vivre désormais au niveau d’un peuple, d’une nation avec le même mode de fonctionnement : esclavage, oppression, riches, pauvres, logiques économiques, politiques, sociales, médicales…. Toutes ces réalités de notre monde sont pré-déterminées par une histoire matricielle en place depuis des millénaires  bien souvent et de façon très destructrice. Petit à petit, l’inconscience prend la place du conscient, l’adversaire s’en réjouit.

Alors, si cette force destructrice planétaire disparaissait, ce serait alors l’émergence d’une ère et d’une humanité nouvelles.  Nous serions réellement dans un autre temps : celui de l’instant présent dégagé de ses forces matricielles passées et futures. Voilà, ce que j’entendais par histoire matricielle dans mon dernier message intitulé : Un enfant met en échec l’histoire matricielle : Noel !

Enfin, nous voici rendus au terme d’une préhistoire inutile et mortifère. Est-ce en ce sens qu’il faut comprendre l’expression consacrée de la « fin des temps » ? Nous en sommes rendus à ce point ultime, sorte de point zéro où le temps n’est plus, face à l’« Instant Présent  » sans passé, ni futur, sans création d’histoire aucune. Ce moment où sont ensembles l’alpha et l’oméga, sans pré-oméga, ni post-alpha, ultime et éternel « Instant Présent » où l’histoire n’est plus parce que seule compte la Vie sans histoire : Dieu !