Ce corps ignoré, méprisé et bafoué…

Au risque de vous déplaire, voici ma vision du corps. Constitué d’énormément d’eau, du vide, des cellules étrangères et d’autres qui ne le sont pas, mais à vrai dire il ne présente rien de franchement spécifique et personnel tant que vous ne l’aimez pas dans sa totalité !….

Mais allons plus loin….

Vous êtes constitué à 80 % d’eau en moyenne, mais celle-ci vous est-elle acquise ? Certainement pas ! En permanence, vous en perdez et vous avez besoin d’en boire pour tenir votre équilibre hydrique mais n’oubliez pas que cette eau ne vous appartiendra jamais. Sur elle, vous n’avez aucun droit, tout au plus vous est-elle offerte par notre planète en partage ! J’ai souvent cette étrange sensation que l’homme l’ignore encore.

Quant aux cellules de votre corps, qu’en est-il ? Au risque de vous décevoir, sachez que pour moitié, vous êtes constitué de cellules étrangères qui n’ont pas votre signature  ADN. C’est ce qu’on appelle le microbiote : les bactéries, les virus, les mycoplasmes, les champignons. Sans lui, vous ne pourriez véritablement vivre et paradoxalement, il peut vous mener vers la mort. Alors votre réalité corporelle : un espace partagé entre vos propres cellules et le microbiote dans les 80 % d’eau qui constitue le corps.

Alors votre corps, qu’est-il ?

Pour la physique quantique, au sujet de notre masse corporelle, elle sait maintenant que votre matière vient prendre place dans une sorte de vide à hauteur de 99.5 %. Sans ce vide, celle-ci, viendrait  remplir à peine le contenu d’un dé à coudre, y compris vos cellules étrangères ?

Alors, surprise, surprise !… Qu’êtes-vous physiquement ?

D’un côté, vous existez dans un équilibre subtil comme si tout reposait sur une sorte d’alliance fragile entre mes cellules propres et celles qui vous sont étrangères, et tout déséquilibre dans un sens comme dans l’autre entraînerait l’apparition d’un processus morbide, signe d’une rupture d’équilibre, et d’une maladie à venir.

D’un autre côté, qu’est-ce qui vous source dans ces 99.5% de vide, ce même vide, que vous partagez avec chaque chose, avec tout être, au point de pouvoir vous tenir tout de même debout en expansion ?

Devant ces constats, il est légitime de se poser ces questions mais je n’y répondrai pas dans le cadre de ce message :

1)     Où s’inscrit véritablement votre individualité corporelle ?

2)    Êtes-vous vraiment séparé des autres vivants ?

3)    Cette image expansée, informée et informante émise face à l’autre, elle est la résultante de quoi, ou de qui ?

Continuons, ce petit délire !…

A l’échelle de la planète terre, tout au plus êtes-vous réductibles à la dimension de ces plus petites entités  étrangères qui vivent en vous. Par rapport à la terre, votre corps n’est guère plus grand qu’un virus. Vous êtes donc microscopiques, et pourtant dotés d’une forme de conscience ou d’inconscience suivant ce que nous sommes dans la vérité ou dans l’illusion.

Quant à toutes ces cellules étrangères qui sont en vous, tous ces corps étrangers, de la taille d’un virus ou d’une bactérie, elles ont aussi une conscience particulière, ce qui pour moi est une réalité. Alors, comment s’inscrit et se régule la vie de chaque être parmi tous ces champs de conscience où règne malheureusement en dictat : un seul champ d’inconscience, celui de l’homme.

Actuellement, l’homme est un danger pour la planète, il la détruit, et ne respecte plus les lois fondamentales de la vie. Constamment, il rompt les alliances, les équilibres subtils, allant jusqu’à se reproduire sans tenir compte des lois du vivant.

Totalement méconnaissant de celles-ci, lorsque survient la maladie au lieu de s’interroger, de se remettre en question, l’humain poursuit son oeuvre désastreuse. Il se soigne et traite son environnement avec des procédés anti-vie : antibiotiques, désinfectants, pesticides, fongicides surpuissants. Tout cet arsenal obéit à la mise en œuvre  d’une seule  logique, celle de détruire tout vivant indésirable, ce qui sur le plan du vivant est fondamentalement absurde. Même constat peut être fait pour les espèces végétales génétiquement modifiés en qui l’impossibilité de se reproduire est inscrite, autrement dit encore : la mort.

Constat :

Le paradoxe actuel de l’humain, dit civilisé et scientifiquement correct, pourrait se résumer à ceci : tel un mutant, il est devenu comme une sorte de virus, sans conscience, qui se croit maître du monde et s’autorise à détruire tout vivant  jugé inutile ou encombrant.

Problème :

La nature ne l’entend pas de la même façon et elle finit par se rebeller. La terre n’a pas cette logique d’aller à l’encontre des équilibres biotiques, et d’ailleurs, par respect pour la vie jamais elle n’en fera rien. Et elle fera tout pour qu’ils soient respectés.

Conséquence :

Mais, la seule chose aujourd’hui qu’elle puisse faire, pour son salut, c’est de nous rappeler que nous sommes faits d’eau : la sienne, et qu’elle est notre support de vie.

Alors, attention, lorsque l’inconscience des hommes grandit, notre planète n’a pas d’autre choix que de renverser les despotes, les tyrans, les destructeurs, les parasites.

Aujourd’hui, sur la planète, l’anti-vie par excellence sur tous les règnes, c’est l’homme dans toute sa splendeur comme destructeur nécrophile mais qui s’ignore toujours…..

Actuellement, de tous les êtres vivants et conscients sur cette planète, les hommes sont les derniers dans la chaîne des règnes à posséder une intelligence véritablement juste et respectueuse du vivant. Ainsi, c’est dans un rapport de 20% contre 80 % d’inconscience que, non pas sa vie, mais son anti-vie, se régule, s’ordonne, s’organise pour le malheur de tous.

Pour ma part, j’estime qu’il faut reculer  le temps de 600 ans pour retrouver un rapport totalement inverse de 80 % contre 25%.

Entre temps, il y a eu l’inquisition visant à détruire tous les savoirs issus de l’invisible puis s’en est suivi le siècle des lumières qui, avec la science et la raison, en ont eu raison d’une humanité jadis intelligente, cohérente, et respectueuse du tout.

Enseignement :

Si vous partagez votre espace vital avec d’autres dans 80 % d’eau qui ne vous appartient pas, elle n’en demeure pas moins la seule régulatrice. L’eau, représentant le symbole, même de l’équilibre inconscience/conscience.

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi cette présence hyper-violente du monde de l’eau actuellement sur la planète ?

Des grands mythes de déluge sont la plupart du temps mis en relation avec la dépravation ou l’inconscience des hommes. Serait-ce là l’expression d’une grande sagesse de l’humanité transmise sous forme d’enseignement ou de mise en garde ? Apparemment, l’homme n’a rien appris et n’apprendra jamais rien de son histoire !

Les inondations, les tsunamis et les déluges sont-ils là pour nous rappeler à notre petitesse et à notre fol orgueil de nous croire au-dessus de l’intelligence de cette terre ?

L’homme, symbole de l’anti-vie, devenu nécrophile et nécrophage, son attitude est actuellement devenue de plus en plus scandaleuse et indigne, par rapport à l’existence de notre terre-mère.  Si bien qu’elle n’a pas d’autre choix, une nouvelle fois d’en rétablir l’ordre. Mais soyez rassuré, les virus et bactéries seront toujours-là, lorsque la terre se sera débarrassée de ses parasites.

Concrètement, la terre ira-t-elle jusqu’ à cet extrême?

Sans aucun doute si vous ne vous ressaisissez pas. Pour cela,, je vous invite à ré-ouvrir vos champs de conscience à vous rappeler ce que vous êtes en vérité, alors la destinée de notre terre pourra prendre une toute autre tournure.

Vous savez, il y a quelque chose de mystérieux dans la sainteté de certains êtres, c’est qu’à leur mort, leur corps ne se décompose pas, pourquoi ?

Peut -être, parce qu’ils ont su de leur vivant retrouver cette alliance primordiale qui existe entre tout être vivant, y compris l’infiniment petit ? Ils n’étaient ni nécrophiles, ni nécrophages et le culte des tombeaux ou des monuments aux morts n’étaient pas à leur goût

Je me suis souvent posé cette question au sujet de l’Eglise catholique à savoir : pourquoi a-t-elle fait le choix d’installer son siège papal sur des catacombes. Etait-ce là l’annonce d’une logique nécrophile et nécrophage à venir ? Ou cela pouvait-il signer état de fait avéré ? Réflexion à méditer !

En tout cas, aujourd’hui, ce qui me parait essentiel,  c’est de pouvoir retrouver et vivre en votre corps l’esprit de l’alliance entre le macrocosme et le microcosme, le visible et l’invisible, et c’est bien là que se trouve notre seule voie de salut !…. Mais il y a urgence !…