Mal, où es-tu ?…. Caché là où vous ne pensez pas !

Appelé pour un appartement pour lequel ses habitants s’imaginent qu’un mauvais sort y a été jeté. Ils y ressentent un réel mal-être, et n’ont, apparemment, qu’une seule obsession : trouver la cause de leur problème. Pour l’instant, pour eux pas de doute, la cause du trouble réside dans une magie opérante.

Premier constat dans ce lieu, il y vit une famille de sept personnes, et c’est alors qu’en visitant les chambres, je prends conscience qu’un des lits d’un de leurs enfants est particulièrement sombre énergétiquement. Dans l’invisible, c’est comme si un nuage noir émanait du tissus vibratoire environnemental du lit. Cet indice repéré, Je me mets à la recherche de ce même type d’information dans le reste de l’appartement. Finalement, je ne suis pas surpris de retrouver la même vibration en trois autres lieux : au salon, au niveau d’une des places du canapé, au niveau d’une des chaises autour de la table de la salle à manger, au niveau d’un des sièges de la cuisine, et cette anomalie vibratoire était copie conforme à celle de la personne qui couchait dans le fameux lit.

La visite et l’analyse du lieu terminée, j’annonce à la mère de famille que le mal qu’il ressente provient d’une même et unique personne, celle censée occupée toutes les zones suspectes. Celle-ci, toute étonnée me confirme qu’à chacun de mes arrêts cela correspondait à tous les endroits où l’une de leurs filles prenait place habituellement, et que de fait, celle-ci depuis longtemps se trouvait dans une grande détresse.

Dans ce cas précis, certaines parties du tissus vibratoire  étaient imprégnées d’une information de mal être, de désarrois, et tels des hauts parleurs au niveau de l’invisible, ces endroits faisaient entrer en tous les résidents du lieu, de par un phénomène de syntonie ou de résonnance, dans un mal vivre en reliance avec l’une des leurs. De mauvais sort ou de magie opérante, la question n’avait plus lieu d’être.

Ici, le mal vivre restait étroitement lié au monde de l’esprit. Certes mon nettoyage, l’élimination de ces imprégnations leur a fait du bien, mais cela n’empêche que je les ai invités à faire suivre leur fille par un psychologue.

Face à cette histoire, il est de se poser parfois cette question : qu’est-ce qui émane de moi comme information malfaisante ou bienfaisante ? Quel est mon degré d’imprégnation en ce lieu que j’habite ou sur lequel je travaille ?

Jadis, nous parlions en termes de démon qui habitait la personne ou un lieu, aujourd’hui, pour moi le démon serait comme une sorte de système mémoriel intelligent et interactif issus du monde de l’esprit. Celui-ci s’engendre à partir des peurs ou des craintes lesquelles prennent vie en une sorte d’inconscient personnel actif lequel finit par imprégner son environnement matériel et social. Le problème, c’est que cette empreinte vibratoire peut subsister même après le départ voir le décès de l’individu.

Hypothèse :

Que se passerait-il si cette famille partait ailleurs, fuyant cet appartement comme la peste, pour elle rien ne se solutionnerait, et  tout recommencerait de plus belle en une nouvelle résidence car même cause mêmes effets !

Quant à l’appartement qu’ils auraient laissé, très vite, les nouveaux locataires se seraient retrouvés dans un mal être à cause de l’altération du tissus vibratoire du lieu  générant toujours cette nocivité psychique.

Pour ces nouveaux résidents, il y a fort à penser que la discorde et la dispute auraient eu raison de leur couple, que leur quotidien finisse par devenir un enfer, sans qu’à aucun moment, ils ne puissent relier l’origine de leur trouble à la nature psychique du lieu désordonnée.

Conclusion

Vous ne serez jamais les premiers arrivants dans un lieu, la plupart du temps, une histoire vous précède et qui imprègne le tissus vibratoire de votre environnement, parfois une ou plusieurs vies pré-existent à la votre dans l’invisible, et à votre tour, sans que vous en sachiez quoi que ce soit,  vous serez sous influence interactive inconsciente par rapport à ce lieu.

Quoi qu’il en soit, une chose est sûre, dans la méconnaissance de ces influences, vous continuerez à votre tour à polluer vibratoirement ce lieu, pour le mal-être de tous.

Souvenez-vous de ceci, parfois, vous présiderez sans le savoir à la naissance d’un inconscient collectif destructeur, mais à d’autres moments vous contribuerez, sans nul doute, à son entretien. Soyez assuré que celui-ci vous le revaudra au centuple !

Si la tridimensionnalité est partagée avec tout existant : animal, minéral, végétal, humanité, objet crée. Tout lien particulier entretenu avec l’un d’eux  va engendrer un état vibratoire particulier persistant, interactif et évolutif. A son sujet, une vigilance toute particulière doit lui être accordée car nous en sommes responsables.

Toute réalité, y compris vous-même, peut s’informer et s’imprégner de mémoires, pour devenir par l’entremise de l’esprit, vivantes et opérantes. Plus cet objet a été investi dans un lien particulier, plus son esprit sera agissant de par cette mémoire vivante en lui qui semble comme le posséder et l’établir dans une façon d’être au monde.

Un jour, une patiente me dit : « Regardez le ce chat ! Depuis que je l’ai, il est devenu intelligent. Avant cela, il était à mon fils, il ne s’en occupé jamais, et ce chat était bête… mais bête… ! Depuis que je lui parle, son attitude a changé, il n’est plus le même, même mon fils n’en revient pas.»

Oui, cette personne disait juste. Tant que vous ne le regardez pas, le monde reste inerte, comme sans vie et l’homme, à ce titre, se permet de le détruire. Si vous aviez, connaissance, ne serait-ce qu’un instant, de ce qui se passe en tout être au niveau du vivant, alors, vous baisseriez les yeux honte pour votre ignominie.

Maintenant, regardons à partir de cette histoire, un curieux lien qui s’est instauré avec des objets. Avec le temps, ils sont devenus néfastes, leur esprit est pollué par une magie, et ils obligent la vie transgénérationnelle à les garder et à en subir consciemment leurs effets.

Un jour, j’arrive chez un couple pour nettoyer vibratoirement leur lieu de vie, car ils sont mal et n’arrivent plus à dormir. Par ailleurs, Ils craignent avoir le mauvais oeil. Cette personne possède une collection de plus de 300 éléphants et nombres d’objets d’origine diverse. Tout d’abord, j’identifie des objets néfastes dans la maison qui pour moi ont appartenu à la même personne, aujourd’hui disparue. Ils ont une empreinte vibratoire bien particulière. Ils étaient éparses dans la maison, et chacun très différents les uns des autres.

Surprise, elle reconnait l’appartenance passée de ces objets à la même personne et me dit que de son vivant, elle n’était pas aimée et même certains n’hésitait pas à lui attribuer des capacités à faire faire le mal ou à pratiquer la magie noire.

Un peu plus tard, j’entreprends le diagnostic vibratoire de la collection des 300 éléphants, quand soudain deux éléphants presse livre en ébène et défense d’ivoire me mettent particulièrement mal à l’aise. J’essaie de les dégager des empreintes maléfiques qui s’y trouvent mais dans un premier temps, je n’y parviens pas. J’en demande un peu plus sur l’historique de ces objets, et sa propriétaire de me dire que ces éléphants sont maudits. Bien qu’ils le sachent, ils se les transmettent dans la famille de génération en génération, en une fidélité obligée depuis trois générations.

Plus d’une fois,  elle a essayé de se séparer de cet héritage maudit, mais n’y est jamais parvenue. Ce scénario était semble-t-il connu de toute la famille.

Finalement, je suis parvenu à les nettoyer, et peu de temps après un mieux-être est apparu dans la famille.

Ici nous retrouvons le thème de l’imprégnation des objets lesquels obligent leur propriétaire à un certain comportement. Ici, le fait de ne jamais se séparer de cet objet qui semble avoir possédé cette famille, et pour laquelle le mal va continuer d’agir au-delà des siècles.

Permettez-moi cette remarque au sujet de la collectionneuse aux éléphants. Ce qui nous passionne au point d’en faire une collection, traduit bien souvent un esprit qui nous hante et dont nous voudrions nous en dégager. Cette femme était hantée par l’histoire de ces deux presses livres, et n’avait de cesse de collectionner les éléphants mais en souvenir de quoi, de qui ?

Aujourd’hui, l’esprit malin qui s’était cristallisé sur ces objets « presse-livre » a disparu, et je ne serai pas surpris de savoir que cette personne ait arrêtée de chiner voir de « chasser les éléphants ».

Nos passions traduisent  bien souvent, un esprit destructeur qui nous taraude et qui pourrait traduire notre volonté à nous exorciser de ce mal à travers une passion. Le problème, c’est que l’objet de celle-ci n’est jamais neutre, et dans l’inconscience, il ne fait que nous relier plus encore à l’esprit destructeur.

Nos passions ne sont jamais dues au hasard. J’ai parfois, cette inquiétude, face à l’extrême passion de certain, d’une forme de malédiction toujours active. Si la passion oblige, c’est que nous sommes en présence de l’œuvre d’un mal secret affligeant. Mais, il n’est pas besoin d’en connaître la nature, et bien souvent en levant la mémoire active, cela suffit pour que tout puisse rentrer dans l’ordre.

A partir d’une autre histoire, toujours relié au monde de l’esprit propre aux objets ou aux lieux, laissez-vous surprendre.

Une amie m’appelle à cause des difficultés de fonctionnement de son véhicule d’occasion, tout nouvellement acquit. Concrètement, lors de la conduite, la voiture n’a de cesse d’avoir régulièrement des secousses, rendant très instable sa conduite. Le signalant à son garagiste, celui-ci accepte d’y regarder un peu plus près. Ses conclusions laissent alors mon amie perplexe : à savoir qu’il ne voyait rien de particulier, et que la voiture sous sa conduite n’avait,  jamais, montré de difficulté. Celle-ci alors, insiste, et invite son garagiste à faire un tour de conduite dans son véhicule afin de voir qu’il puisse identifier le problème s’il se reproduisait. De fait, sous sa conduite, le véhicule s’est mis comme à tousser seulement le garagiste n’a jamais rien détecté techniquement d’anormal au niveau du véhicule.

Il lui a alors donné comme explication qu’il devait exister un problème de fluide entre elle et sa voiture. Devant cette réponse, me connaissant, elle m’appelle et me demande si je peux y faire quelque chose. A distance, je perçois de la part de ce véhicule, un sentiment d’animosité pour la nouvelle occupante. Précédemment, apparemment cette voiture a été surinvestie par son ancien propriétaire, elle s’est attachée à lui, des mémoires vivantes ont imprégné tissus vibratoire du véhicule. Alors à distance, me voilà donc à palabrer mentalement avec la voiture de telle sorte qu’elle puisse accepter son occupante. Pour des commodités relationnelles, afin d’éviter tout problème ultérieur,  j’ai pris soin de débarrasser le véhicule de toutes ses anciennes mémoires parasites. Finalement, la voiture a cessé de tousser et elle a accepté, semble-t-il, son nouveau conducteur attitré.

Oui, vous avez bien compris, la voiture possède une forme d’intelligence allant jusqu’à s’attacher à vous, si un lien particulièrement fort s’instaure entre vous et elle. C’est toute la responsabilité du lien crée avec tout ce qui nous entoure. Si l’objet semble vous posséder, cela induit aussi que quelque part que je le possède moi aussi de par une forme de surinvestissement.

Ce scénario décrit, je l’ai vécu aussi avec un tracteur, des maisons qui refoulaient leurs nouveaux occupants, parfois des maisons qui, au contraire, retenaient prisonniers leurs occupants de par un lien amoureusement dévorant.

Permettez-moi de rêver : si nous savions retrouver et respecter ces liens de vie qui nous unissent avec tout existant, ce serait le Paradis ! Pour l’instant, j’ai bien peur que c’est l’enfer !

Conclusion

Tout objet est doté d’une vie propre mais il peut se trouver dans certaines conditions comme contraint, souffrant voir aliéné par un investissement particulier d’une personne à son égard comme par exemple : maltraitance de l’objet, surinvestissement affectif, magie, noirceur émotionnelle… Sa vie ne lui appartient plus.

Si la conscience d’un objet est troublée, perturbée, pervertie alors son esprit se met comme en rébellion, en résistance par rapport à son changement d’être. Aussi incroyable soit-il, les objets connaissent l’harmonie et sont même capables de la revendiquer.

Quand le poids de la pollution émotionnelle ou la noirceur humaine est tel, alors ils  n’ont plus d’autre choix que de rendre la pareille à tous ceux qui seront à son contact.  Personnellement, à chaque fois, au-delà du mal présent ressenti, de cet enfer qu’ils subissent et font ressentir aux autres, j’y perçois toujours de leur part comme un ultime appel au secours.