Les animaux ont aussi une âme, ne l’oubliez pas.

Un jour une  patiente me fait part que, depuis quelques temps, ses épaules sont extrêmement lourdes et personne, pas même la médecine, ne peut lui dire pourquoi ?

Pourtant, au niveau de l’invisible, je m’aperçois qu’une âme animale repose au niveau de ses épaules. J’y vois comme un chat. Je lui pose la question à savoir si ces derniers temps, elle a perdu un animal, et me dit que oui : un chat. Au moment où j’assure la délivrance de cette âme, le poids sur ses épaules, soudainement l’avait quitté.

Lorsque je me promène en forêt avec mon chien, j’ai toujours aussi à cœur d’offrir à toutes les âmes animales errantes l’opportunité de rejoindre la lumière. La forêt se pacifie, et nous gagnons tous sur le plan vibratoire.

Mais, permettez-moi aussi cette digression au sujet du monde animal : lorsque vous mangez de la viande, ayez à coeur de porter une attention toute particulière pour cet animal qui a donné sa vie pour vous nourrir. Il serait dommage qu’une fois de plus l’inconscience de l’esprit se moque de l’âme d’une vie qui s’est livrée pour vous en toute conscience.

Remerciez-là, et chacun y gagnera en dignité !

Voici encore une autre histoire avec une âme animale !

Un jour, je vois chez une autre de mes patientes qui venait de perdre son chien, sa présence et lui fait part de ma découverte. Elle semblait ne pas être surprise du tout et me fit part que la nuit, celui-ci venait sur son lit et qu’elle ressentait physiquement sa présence. Cette personne ne voulait pas que je fasse monter l’âme de son chien. C’était son choix, je l’ai respecté non sans quelque inquiétude.

Mais souvenez-vous de ceci, et je vous l’ai déjà dit :

« Nos attachements, aussi beaux soient-ils, font toujours entrave à l’œuvre de la lumière. Toute âme, ici-bas, retenue contre son gré manque à l’harmonie de tous. »

Oui, même avec les âmes animales, aussi surprenant soit-il !

Au moment où j’écris ces lignes, j’apprends qu’un artiste en Belgique s’est permis de lancer des chats en l’air au nom de l’art, dont certains ne seraient pas sortis indemnes, monstruosité en acte de l’inconscience humaine. Mais ceci n’est qu’un épiphénomène de la maltraitance animale générale sur notre planète.

La porter au rang de l’art, suprême perversion !