Liberté, où es-tu ?

Si le monde de la magie et celui de la sorcellerie existent, il en est un autre beaucoup plus redoutable parce que méconnu de tous. Il s’agit du monde des influences psychiques silencieuses. Les personnes qui en sont victimes n’en sont pas forcément conscientes. Certes avec un proche, il peut y avoir eu un différent, une altercation donnant naissance à une influence, mais la plupart du temps celle-ci s’opère dans le secret par l’entremise d’un proche jaloux, envieux, avide de pouvoir et qui se cache…

L’année 2014 fut pour moi celle de la découverte de ce monde des influences silencieuses.

Voici une histoire toute récente vécue courant décembre 2014 :

Suite à des soins métabiologiques, Mme C. voit son moral et son bien-être s’accroître, et face à cette soudaine amélioration, elle m’adresse une demande à l’égard de Jean son petit-fils.

Depuis deux ans, elle a perdu le contact avec elle alors qu’autrefois l’harmonie et la qualité relationnelle était très bonne. Avant même qu’elle ne m’en dise plus, je lui dis : « Oui, cela a commencé, il y a deux ans, son moral a sombré, par ailleurs vous a-t-il déjà parlé de suicide ? »

« Oui, mais comment pouvez-vous le savoir ? », me dit-elle.

« Vous savez telle une ombre qui plane sur les individus et qui peut se voir, des esprits prennent naissance à partir de notre histoire et celle de votre petit fils a créé un esprit de suicide qui repose au-dessus de lui. Je peux vous assurer que votre petit fils y a déjà réellement songé. »

Sur cette affirmation, Mme C. me dit : « Deux ans, cela correspond au divorce de ses parents après lequel son père s’est remis en ménage avec une autre femme. »

Maintenant, je peux ressentir cette femme, et je prends conscience qu’elle lui voue une haine cherchant à l’anéantir à tout prix. C’est cet esprit de haine et de rejet qui repose et agit sur le jeune Jean. Ce dernier, à force de harcèlement envisage le suicide pour sortir de cet enfer.

Nous sommes à l’approche de Noël 2014 et je dis à cette grand-mère : « Jean, votre petit fils va retrouver son rayonnement d’autre fois, et vous allez le retrouver, il reprendra contact avec vous. Lorsque l’esprit de haine et de rejet, ainsi que celui du suicide seront retirés, il récupèrera toute sa gaieté et sa gentillesse. »

Jean n’a jamais eu conscience que je travaillais sur lui, et seule sa grand-mère le savait. Peu de temps avant la fête de Noël, Mme C. m’appelle pour me donner des nouvelles par l’intermédiaire de sa fille, la mère de Jean. Cette dernière est surprise par la soudaine transformation de son fils, et cela la surprend grandement.

Finalement tous se retrouvent ensemble pour Noel, et tous sont unanimes pour dire qu’un petit miracle était survenu en la vie de Jean.

Voici encore une autre histoire plus récente encore celle-ci :

Courant janvier 2015, une mère de famille me confie lors d’un soin infirmier qu’Emilie sa fille de douze ans ne va pas bien, que son caractère a changé depuis un mois. Le matin, après plusieurs appels, elle se lève péniblement puis au petit déjeuner, il est impossible de lui dire quoi que ce soit tant son agressivité est grande. Ses parents ne la reconnaissent son comportement a tellement changé depuis trois mois.

Devant l’angoisse de cette mère, je lui confie qu’Emilie est sous influence et que celle-ci provient de l’école, tout particulièrement d’une enfant qui la harcèle. Je peux aussi percevoir que sur Emilie repose l’esprit de suicide. A la mère je lui demande si elle a, l’une ou l’autre fois, évoqué de mettre fin à ses jours, elle m’avoue que oui.

Devant l’inquiétude de cette mère, je lui propose de faire quelque chose pour aider sa fille. Aussi, je lui demande de bien vouloir me montrer sa chambre, et là j’y ressens une intelligence mémorielle parasite engendrée par les peurs et le stress d’Emilie. Bien sûr, je prends soins de dégager cette force parasite et d’enlever sur elle l’influence mauvaise de l’autre enfant de sa classe.

Le lendemain, je reviens à nouveau pour les soins de la maman et celle-ci toute heureuse me fait part de son émerveillement de voir sa fille, descendre ce matin de sa chambre souriante et câline comme elle ne l’avait plus été depuis longtemps avec ses deux parents.

Comme vous avez pu le constater à travers ces 2 récits, ces enfants ont été victimes d’influence d’intelligences mémorielles parasites, d’abord celles de la belle-mère (IMP de haine et de destruction) ou de l’élève de la classe (IMP de haine) et ensuite la leurs (IMP de suicide et de dépression induisant une altération du comportement) seules réponses logiques et cohérente à l’atmosphère régnante.

Avaient-ils le choix de faire autrement ? Non car le propre des IMP c’est qu’elles finissent à s’imposer dans la vie de ces individu sans qu’il le sache véritablement. La vie est rarement nôtre en vérité, elle n’est la résultante que d’un jeu d’influences complexes et dictatrices. Réfléchissez un instant, en effaçant ces IMP, voici que leur vie retrouve soudainement en une semaine, ou d’un jour à l’autre, plus de légèreté, de joie et de paix sans qu’à aucun moment il n’en sache quoi que ce soit du travail de dégagement opéré sur eux.

Les intelligences mémorielles parasites prennent naissance, au sens qu’elles prennent vie, à la manière des esprits, par les influences psychiques répétitives qui s’opèrent en la vie d’un individu. A la base de ces influences psychiques et de ces IMP repose toujours : la méchanceté, la violence, la jalousie, le désir de pouvoir, de possession ou de domination….

Nous n’avons pas toujours conscience qu’autour de nous des personnes génèrent ce genre d’influence destructrice, pire encore que des IMP reposent dans des familles depuis bien des générations induisant toujours les mêmes sinistres.

Si nos vies paraissent bien souvent pesantes, lourdes, parfois si difficiles à vivre, les influences psychiques ou encore d’intelligences mémorielles parasites n’y sont pas étrangères. En nettoyant une personne de ces forces destructrices, celle-ci va mieux, non pas que son quotidien change de manière spectaculaire mais que sa façon de le vivre devient plus supportable, et elle retrouve son état d’être antérieur beaucoup plus conforme à ce qu’elle était.

Alors notre vie de quoi ou de qui est-elle la résultante, y compris notre vivre ensemble, notre vie sociale ? Où se trouve réellement notre liberté d’être ? Saurons-nous un jour déloger, éradiquer toutes ces forces destructrices qui règnent en maître à un niveau bien plus élevé que notre simple individualité, sans que nous n’en n’ayons conscience, et ce depuis des siècles et même des millénaires dans toutes les strates de notre monde : politique, économique, sociale, éducative y compris et surtout celle religieuse ?

Liberté, où es-tu ?