Toi, l’étincelle, Lui le Feu mais sans toi pas d’embrasement possible.

Extrait du Pèlerin d’émeraude, Anonyme

Au cours d’une randonnée dans la campagne, les deux s’arrêtèrent pour contempler le paysage qui s’offrait à eux  mais très vite Innommé brisa le silence en  l’interrogeant :

« Liberté,  que peux -tu me dire de ta contemplation de ce paysage ?  Qu’en as-tu ressenti ?»

Ce dernier s’était laissé emporter devant la beauté du lieu mais à vrai dire sans rien ressentir de particulier.

« Liberté,  lorsque tu observes une réalité n’oublie jamais de laisser tes yeux se poser tout naturellement sur ce qui est  de bonne vibration et ensuite sur ce qui ne l’est pas. Scrute, cherche, interroge-toi sur ce qui t’est offert de contempler. Alors vois-tu cette maison là en contrebas, peux-tu m’en donner  la couleur ? »

Liberté, ne s’étonna  point de cette nouvelle question en forme d’énigme. Aussi  préféra-t-il  rester sur sa réserve et ne pas lui donner la réponse de suite. Certes il la voyait blanche aux volets rouges, mais il savait qu’Innommé parlait ici d’une autre couleur.

Innommé voyant  son  hésitation lui rétorqua :

« Prends bien ton temps, tu fais bien de garder ta réserve, aussi je te donne rendez-vous ici même dans deux jours et  à cette même heure.»

Le temps imparti s’était écoulé et les deux amis se retrouvèrent comme convenu. Liberté tout heureux d’avoir résolu son énigme lui dit :

« Innommé, j’ai mis un peu de temps à comprendre le sens de ta question. Maintenant, je confirme qu’il y a deux jours, la maison blanche aux volets rouge était orange mais qu’à cette heure-ci,  elle est de couleur rouge. Quant à l’émeraude de cette maison, celle-ci me parait particulièrement  inquiétante, et serait en faveur d’une magie noire toujours agissante. Aussi  ai-je remonté, le temps d’environ  trente jours, comme tu me l’as appris et à cette période, cette maison était dans le jaune orangé. Il y a donc eu durant dans l’intervalle un évènement qui a contrarié la vie de cette maison au point d’en modifier sa couleur et son orient. Maintenant lorsque j’arrête mon regard sur cette maison, je ressens un profond malaise alors qu’auparavant dans son décor je la trouvais si merveilleuse.»

Innommé semblait satisfait de cette toute première analyse et lui en fit part  :

« Oui,  ta réponse quant à la couleur et à son émeraude fluctuantes, tout est juste.  Je ne t’en demandais pas plus et tu es allé bien au-delà de mes attentes. Pour ce qui est de ta conclusion, là nous en reparlerons, c’est un peu plus compliqué que cela. Alors, sois-vigilant et  souviens-toi de ceci : tout existant sur cette terre repose sur du visible et de l’invisible même pour le plus petit grain de sable de cette planète. Mais, le plus important, c’est l’invisible, lui seul source notre visible.»

A partir de cet instant, Liberté réalisa combien il était important de toujours regarder la vie sur ses deux plans et d’avoir constamment son regard aiguisé sur ces deux réalités.

Soudain, l’envie lui vint de prendre un moment pour regarder le fil de sa vie passée afin d’en tirer toutes les leçons qui s’imposaient.  Effectivement, sur bien des évènements de son histoire, surtout pour les plus sombres,  il constatait qu’ils avaient été tous pour  la plupart, sous l’influence néfaste provenant effectivement  de l’invisible, mais à cette époque il n’en savait rien.  Tout à coup tout devenait clair, il comprenait l’échec de la voie de la psychanalyse qu’il avait jadis emprunté. Ce constat, il pouvait maintenant l’établir, tout simplement, sur l’étude  de sa  couleur vibratoire avant la période d’analyse, pendant et après avoir pris distance d’elle. Le verdict resta sans appel : son plan vibratoire avait sévèrement chuté pendant tout ce temps, signe attestant que cette démarche s’avérait être dans une dynamique anti-vie. Quant à son analyste, la bassesse de son plan vibratoire suffisait à en attester les faits.

Lors du repas du soir, Liberté lui fit part de ce qu’il avait découvert sur sa vie puis il tenta de parler de son inquiétude au sujet de la maison.

Mais avant même qu’il ne dise quoi que ce soit, Innommé le rassura par ces mots :

« Je vois de la crainte sur ton visage et je te sens soucieux pour cette maison dont la santé n’est pas brillante. Alors voudrais-tu travailler au mieux-être de cette demeure ? »

Liberté lui confia :

« Oui, tout à fait, j’aimerai tant en alléger son poids au niveau ses vibrations, et à vrai dire son destin me tracasse, car elle détonne sévèrement dans l’harmonie du lieu.  Personnellement, j’ai cette impression que les occupants de cette maison croulent sous les soucis et que la magie noire n’y est pas étrangère. »

Innommé non satisfait de son analyse lui apporta cet autre éclairage :

« C’est bien essayé, mais ta vision est trop courte. Observe bien et prends plus en considération  la dimension du temps, s’il le faut demande à ton âme de t’aider, elle mieux que quiconque connait le passé de cette maison. N’hésite pas à remonter le temps sur une plus longue période comme celle de dix ans.

Pour ce qui est de ton analyse générale, centre ton étude sur l’environnement de la maison, questionne-toi sur toutes ces récentes modifications qui y ont été apportées. Alors tu pourras affiner ta réponse. Maintenant la nuit portant conseil, je te laisse avec cet exercice : essaie de me présenter un compte rendu exhaustif quant au fonctionnement énergétique global de cette maison.  Apporte-moi tes solutions dès que tu le pourras. j’espère de tout mon cœur  te voir bien cerner toute la complexité de cette affaire.»

Tout en souriant, Innommé lui souhaita une bonne soirée.  Quant à Liberté,  il réalisa à quel point son nouvel exercice devenait complexe. Pendant toute la nuit son esprit resta en ébullition. Plus le jour s’approchait, plus tout paraissait se compliquer au point qu’il fut tenté de renoncer à résoudre l’énigme proposée par son ami.

Au matin, Innommé se retrouva seul pour le petit déjeuner. De fait très tôt, il avait quitté la demeure pour retourner sur son sujet d’étude. Alors dans un tout premier temps,  il commença par regarder les abords de la maison, par rapport à tout ce qui s’y trouve, et ce qui aurait pu être modifié ou non ; puis, dans un second temps il se mit à analyser la maison dans son rapport à l’environnement et au temps, c’étaient les deux grands absents de sa toute dernière observation.

Hier ne comptait que la maison blanche aux volets rouges mais tant de choses se passait tout autour d’elle qu’il n’avait pas  encore repéré. Tout d’abord, une très belle forêt jouxtait le terrain de la bâtisse sur lequel se distinguait un très bel arbre multi centenaire. Au vu des nombreuses souches environnantes,  il avait semble-t-il échappé à l’abattage méthodique de ses congénères. Par ailleurs, récemment dans le parc avait été construit un petit chalet.

Maintenant, il lui fallait analyser plus précisément toutes les interactions entre tous ces mondes : la forêt, l’arbre, le terrain, la maison principale et sa nouvelle annexe ainsi que les habitants des lieux.  Mais Liberté au vu de la tâche qui lui incombait se dit en lui-même qu’il n’en n’était pas capable. Une fois, de plus naquit en lui l’envie de tout arrêter et d’avouer à Innommé son impuissance. Aussi,  très résolu, il prit la décision de renoncer à sa tentative d’analyse.

Maintenant le dîner prenait fin, et Innommé à plusieurs reprises durant le repas lui avait tendu une perche, le questionnant au sujet de son étude de cas. Mais quoi qu’il en soit Liberté fut incapable de lui avouer son échec,  son incompétence et son désir de renoncer à l’étude.

Au moment où ils se quittèrent, Innommé lui confia : « Je connais la difficulté de ton travail, mais tu es là pour justement pour apprendre à le faire,  alors, aie confiance car tu n’es pas très loin d’y aboutir ! Ah, je vais encore te dire une chose ! Prends bien  le temps en considération, dans toute  sa dynamique passé, présent et futur. Rappelle-toi ce que je t’ai déjà enseigné à son sujet.  Le temps est un révélateur !»

Toute la nuit, heureux du message de réconfort de son ami, Liberté n’eut de cesse de réfléchir, d’étudier les plans vibratoires concernant  cette demeure. Au petit matin, ses conclusions le laissaient très perplexe,  tout devenait soudainement flou et  son discernement une fois de plus mis à rude épreuve. Tant de nouveaux paramètres s’ajoutaient que l’élaboration d’un quelconque diagnostic et d’une mise en place de corrections appropriées s’avérait au-dessus de ses forces. Mais, sans baisser  les bras et il persévéra dans son entreprise.

Au bout de deux jours, il fit les constats suivant à savoir que:

La maison dégage un esprit d’hostilité contre ses habitants, et ce depuis deux ans. Mais avant cette période tout semblait irénique et harmonieux. La maison était pleinement dans la lumière ce qui n’est aujourd’hui  plus le cas.

Actuellement, la marque d’une magie noire agissante repose sur elle depuis un mois environ, renforçant plus encore l’aversion de l’esprit de la demeure pour ses habitants. Par ailleurs, la nouvelle construction sur le terrain possède,  par sa position géographique, la propriété d’aspirer les énergies de la demeure aux volets rouges la fragilisant très nettement.

Au niveau de la forêt, les esprits de la nature lui manifestent du  mécontentement et sont belliqueux, quant à  son âme celle-ci dégage une tristesse profonde depuis deux ans. Pour ce qui est de l’arbre multi-centenaire, la peur repose en lui.

Certes, s’il était content d’être parvenu à mettre le doigt sur tous ces disfonctionnements , Liberté ne savait pas comment remédier à cette situation en toute justesse. Aussi, entreprit-il de présenter les conclusions de son étude, et de lui faire part de son désarroi:

« Vois-tu Innommé, le combat de la forêt associé à celui de la maison contre les habitants du lieu est vraiment d’une grande violence mais je n’arrive pas encore à en percevoir la cause. Que peut donc bien signifier, une telle insurrection environnementale ? Que s’est-il passé depuis deux ans ? Si cela continue, ses occupants auront de plus en plus de problèmes ? Jusqu’où ira l’escalade de la violence ? Alors, que puis-je faire dans une telle situation pour respecter à la fois les uns et les autres, sans décevoir l’un ou l’autre ? Pour qui dois-je prendre parti ? Innommé, je t’avoue mon impossibilité à discerner l’action juste à apporter dans ce cas précis.

Alors, il lui dit :

Ton analyse est exhaustive, tu as bien cerné la situation. Alors que faire ? Sur quels critères discerner ce qui est juste à faire ou non ?

Il y a deux ans, ceux qui habitaient cette demeure étaient de mes amis, je leur étais très proche, et leur amour pour la Vie ne cessait de mettre de la joie autour d’eux, dans  la maison tout comme la forêt. Si tu avais pris soin de regarder la couleur vibratoire de cette maison, tu aurais remarqué qu’il y a deux ans, cette maison ainsi que ses occupants étaient sur une dimension vibratoire très  élevée et très spirituelle, et si tu remontes le temps tu verras que cette couleur était déjà là depuis plus de dix ans. Celle-ci était violette et parfois même, rose très pâle attestant de leur véritable élévation. Cet indice t’aurait permis de comprendre qu’effectivement depuis deux nous sommes en présence d’occupants de nature très différente que leurs prédécesseurs.

Un jour un accident de voiture les a emportés. Ils étaient sans enfants, et sitôt leur décès leur maison fut vendue par des héritiers lointains. Quant aux nouveaux occupants , depuis leur arrivée ils n’ont eu de cesse  d’en  détruire toute cette harmonie du lieu. Aussi  la maison, le terrain et la forêt se sont alliés pour chasser ces indésirables.

Depuis quelques temps, beaucoup de manifestations étranges et désagréables  se manifestent autour d’eux signe d’une grande hostilité issue de l’environnement. Un bruit court  dans le village qu’ils ont fait venir un exorciste pour nettoyer la maison. Et c’est exact, tu as bien vu la marque de la magie qui planait sur ses habitants. Quant à son origine, elle provient  de celui qu’ils ont fait venir. Pensant qu’un sort leur avait été jeté, ils ont fait appel à un bien triste. Cette influence néfaste que tu as de fait ressentie sur cette maison est en lien direct avec le  rituel d’exorcisme  inapproprié pratiqué par cet homme lui-même habité par le mal.

Alors voici, une clé pour connaître l’action la plus juste tenir en cette situation précise. La clé, c’est la Vie. Qui est vivant ? Qui est dans l’être ? Regarde les âmes de chacun, que te révèlent-elles ? Où se situe véritablement le danger ?  Qui est le destructeur ? Où es l’inconscient ? Qui donne la vie, ou bien qui cherche à la prendre ? Je te laisse maintenant avec ces indices, à toi maintenant de trouver la solution.

Après encore une nuit de réflexion, Liberté lui présenta ses  toutes dernières conclusions :

« Innommé, les protagonistes dans toute cette affaire, ce sont les résidents de la maison.  Destructeurs, ils n’ont aucune conscience de la Vie. Et le drame, c’est qu’ils sont un réel danger pour l’équilibre de tous les vivants autour d’eux.

Maintenant, la première idée qui m’est venue c’est celle-ci : nettoyer leur intérieur, et de rééquilibrer les lieux, mais dans ce cas  n’y a-t-il pas un risque de les voir redoubler  leurs efforts à plus détruire encore. Puis, une autre solution m’est venue à l’esprit : renforcer tout l’environnement comme le terrain, la forêt, et la maison afin qu’ils puissent tenir fermement dans le combat contre ces humains. Peut-être se décourageront-il de rester en ces lieux et qu’ils le quitteront le plus rapidement possible ? Maintenant, Innommé, je sais ce que tu penses de cette idée. Comme tu me l’as déjà enseigné : tout ce qui est dans une dynamique de résistance reste toujours destructeur. Si  j’augmente l’énergie environnementale, plus encore  grandira la noirceur des hôtes de la maison et la guerre montera  encore d’un cran.

Alors, j’ai médité sur le dernier indice que tu m’as donné : donner ou prendre. Les humains sont des êtres particuliers sur cette planète, en  eux l’esprit peut accomplir de grande chose tout comme d’autre plus bien plus minables surtout  lorsque le mal, l’esprit de ce monde les dirige et les manipulent.

Pour moi, la forêt, la maison, le terrain et les habitants sont tous dignes de la vie, si certains en sont conscients d’autres ne le sont pas, et j’entends ici les humains sous l’action du diabolisant en leur esprit. Aussi en les soustrayant à son action, j’ose croire qu’ils seront moins vindicatifs, plus conscients d’eux-mêmes et plus respectueux de la Vie.

En les  investissant l’esprit de ce monde est parvenu à déformer leur vision de l’existence et à se servir d’eux. Son unique but : détruire ce vivant qu’il détestait tant depuis plus de dix longues années. Jadis ce lieu était un hommage merveilleux rendu à la Vie, aujourd’hui le malin semble comme se déchaîner pour le détruire. Alors, s’il faut un responsable, c’est lui.

Pour conclure, je dirai qu’il faut au plus vite, effacer l’esprit maléfique à l’œuvre chez ces occupants et faire de même pour toutes ces mémoires nocives apparues en ces lieux  depuis ces dernières années. Quant au chalet qui vampirise la maison, le mieux serait de  procéder à l’annulation du lien destructeur qui les unit.»

Pour Innommé, l’exercice avait amplement porté ses fruits, et il lui avoua : « Tes conclusions sont justes, ce que tu veux faire est cohérent au regard de la Vie. Mais prends garde à ceci, n’oublie jamais dans ton travail qu’en retirant les mémoires nocives déjà existantes sur le passé et le présent,  il te faut aussi l’accomplir de même dans le futur, sinon le mal y sera toujours potentiellement présent. Si l’homme pouvait un jour réaliser combien il a cette mauvaise habitude de programmer son futur en mal.

Maintenant  sache qu’au-delà de ce que tu penses pouvoir accomplir, il en est Un qui agira bien plus que tu ne l’imagines. Avant le Feu vient l’étincelle, ce que tu es, mais le Feu te dépassera toujours, sans ne jamais t’appartenir. Toi, l’étincelle, Lui le Feu mais sans toi pas d’embrasement possible, ainsi en est-il ici-bas du mystère de l’incarnation !»

La VIE n’est ni bonne, ni mauvaise, ni belle, ni laide. Elle EST sans histoire.

J’ai souvent été appelé pour des travaux du type vol de don ou de personnalité, pour vous éclairer sur la nature de cette réalité je vous prendrai deux exemples parmi bien d’autres. Puis je vous ouvrirai à l’intelligence de cette réalité.

Voici le premier, il concerne un vol de don de voyance.

Désespérée de ne plus pouvoir faire ses lectures de voyance, depuis plus d’un mois, Mme V. praticienne m’appelle pour savoir quelle pourrait en être la cause et si éventuellement je pouvais faire quelque chose pour elle. Tout en m’entretenant avec elle, je me rends compte qu’un vol de don a effectivement eu lieu sur sa personne. Aussi, comme à l’accoutumée dans ce genre de problème, je m’inquiète de savoir si elle n’a pas reçu dernièrement un(e) consultant(e) qui faisait preuve d’une grande démonstration tactile durant la séance de type : caresser sa table de voyance, vouloir toucher longuement ses cartes, ou encore toucher des objets de son cabinet de voyance. Bien sûr, il n’est pas facile de toujours se ressouvenir de ce qu’il s’est passé un mois plus tôt.

Quoi qu’il en soit, l’assurant que je ferai revenir chez elle son don, elle me rappela deux jours tout plus tard pour m’annoncer que tout était rentré dans l’ordre. Alors je pris  soin aussi de la prévenir qu’elle aurait sûrement à nouveau la visite de celui ou de celle, soudainement délestée du don usurpé suite à mon intervention.

Effectivement, quelle n’est pas sa surprise, lorsqu’une semaine plus tard, elle voit revenir en consultation une amie qui lui expose son problème. Depuis un mois, elle avait créé un site web de voyance qui avait beaucoup de succès, mais depuis une semaine, elle se trouvait dans l’incapacité de faire une quelconque voyance.

Se souvenant de mon avertissement, ma consultante fit le lien de cause à effet, car un mois plus tôt, elle était venue, avec ce fait qu’elle avait été très tactile. De fait celle-ci s’intéresse beaucoup à l’occulte et l’un de ses ancêtres lui a laissé un livre de magie qu’elle utilisait parfois.

Aussi, Mme V. n’hésita-t-elle pas à lui demander si son don soudain pour la voyance ne provenait pas d’une magie qu’elle aurait faite sur elle un mois plus tôt. Celle-ci lui confirma les faits lui avouant qu’elle avait plus besoin de ce don qu’elle et que c’en était une question vitale.

Mme V. me rapporta donc l’information m’assurant qu’elle serait à l’avenir beaucoup plus vigilantes.

Voici le second exemple,

Une secrétaire médicale, Mme G toute affolée, vient me demander de l’aide car au travail, depuis plus d’une semaine, elle n’a que déconvenues sur déconvenues. Et cela lui semble totalement anormal.

Au travail, cette personne est très appréciée par ses supérieurs, et son avenir s’avère prometteur. La qualité de son travail dépasse de loin celui de ses consoeurs. Mais voilà, soudainement médecins deviennent agressifs à son égard tandis qu’une autre secrétaire, Mme H., trouve grâce à leurs yeux au même moment, elle qui n’avait qu’animosité de leur part tant son travail laissait souvent à désirer. Concrètement l’une et l’autre continuaient de travailler de la même façon mais l’attitude des patrons à leurs égards avait changé.

Au regard des faits, j’y discernais un vol de personnalité de la part de la secrétaire devenue soudainement la plus apprécié du service. Les personnalités de Mme G et Mme H. s’étaient-elles permutées ?

En scrutant Mme H., je pouvais y voir un esprit de magie reposant sur attestant qu’elle y avait eu recours. Aussi, pour parvenir à ses fins avait-elle fait appel à un rituel visant le vol de personnalité. Dès cet instant, tous ceux et celles qui s’approchaient d’elle ressentaient l’énergie psychique de Mme G., et les bons affects qui lui étaient habituellement réservés se reportaient surnaturellement sur l’autre.

Une fois toutes les corrections opérées, tout rentra dans l’ordre. Mme G. redevint Mme G. à part entière. Le bureau se pacifia avec nettement moins de tensions dans le personnel.

De ma pratique, à partir de ce genre d’exemple, j’ai pu établir le constat suivant :

Certes les dons sont fluents, et ils circulent. Par exemple ceux de guérison ou de voyance peuvent être transmis de génération en génération à un membre de la famille qui lui succédera au décès du détenteur. Que se transmet-il alors ? S’il est possible de voler un don, de le transmettre ou encore d’usurper une identité, nous parlons ici de quelle réalité?

Aujourd’hui ma recherche me fait dire, que ces situation révèlent que personnalité ou dons sont à mettre en rapport avec le monde de l’intelligence mémorielle parasite, et au risque de vous décevoir, je dirai que ce vol commis sur l’identité de la secrétaire concerne une partie de sa personnalité laquelle en réalité n’est autre qu’une partie de ses IMP. En fait nous en sommes faits d’un nombre considérable organisées en une histoire mémorielle individuelle étroitement reliée à la collective. Tout n’est alors que jeu de rôle, théâtre, jeu de marionnettes dans lequel les ficelles s’appellent IMP, et le marionnettiste : histoire mémorielle.

Pour ce qui est de la voyante, l’attachement à son don est très conséquent, il est devenu une partie d’elle. Pourtant, il est possible de le lui ravir tout simplement parce qu’elle en est seulement la dépositaire. Si elle l’a reçu en dépôt de la part d’un ancêtre, elle doit savoir qu’il ne lui appartient pas en propre et qu’un jour, ce don la quittera pour aller chez un autre membre de la famille.

Souvenez-vous, les IMP sont vivantes et intelligentes au point de perdurer de génération en génération se nourrissant et grandissant chaque fois un peu plus des histoires bienveillantes ou malveillantes de chacun.

Lorsque sommes en présence d’un lieu où l’échange relationnel est important, le milieu du travail entre autre, nous venons avec ce que nous sommes et nous y créons tout autour de nous une espace vibratoire de par nos IMP qui nous sera personnel lequel devra s’accorder avec celui des autres non sans difficulté.

En plus de celles qui nous pré-existent et que nous avons héritées, nous continuons de créer en permanence des intelligences mémorielles. Comme une seconde peau, elles nous accompagneront,  telle une matrice de nos comportements acquis et obligeants  laquelle devra s’ajuster avec celles des autres êtres  qu’ils soient du règne animal, végétal, minéral ou humains….

Ce travail d’intégration et d’ajustement reste très subtil et complexe car il s’opère toujours malheureusement sur fond d’inconscience. Alors l’équilibre véritable ne sera jamais au rendez-vous, bien au contraire. Et le trouver  sera toujours périlleux et fragile, souvent artificiel, car toujours enclin à se détériorer en fonction des IMP desquelles nous ne pouvons échapper et avec lesquelles nous composons sans cesse.

Nos intelligences mémorielles, telles des parasites restent et s’incrustent en notre vie lesquellesi vont induire, non seulement en chacun de nous mais aussi collectivement, des comportements bien précis et souvent destructeurs.

Si certaines peuvent se les faire voler, vous savez aussi qu’elles peuvent être effacées. Dans le cas des secrétaires, il a fallu retirer non seulement les leurs, mais aussi celles que je pouvais déceler au niveau des médecins, ainsi que celles de l’entité « lieu de travail ». Quant aux résultats, ils ne se sont pas fait attendre rapidement le calme est revenu, les tempéraments se sont apaisés et la violence larvée s’est dissipée.

Qui sommes-nous donc ?

Si ce n’est qu’un collectif d’IMP qui, telle une carapace obligeante, morpho-pathogène  nous contraint à nous mouvoir tels des esclaves sans aucun souffle de VIE. Le drame, c’est que pour grandir vers toujours plus d’être, il faut être libre, et actuellement ce n’est pas encore le cas. L’univers de notre histoire matricielle personnelle et collective nous en empêchant.

Alors vous comprendrez que même le plus riche des hommes de cette planète n’est qu’un triste « top model » issu du pur conditionnement de nos IMP. Et s’il a su asservir les autres pour mieux s’enrichir, c’est parce qu’il est  lui-même esclave de nos IMP destructrices communes.

Alors à tous les effaceurs, en herbe ou non, je leur dis :

Continuez d’effacer toutes les IMP, généreusement, gratuitement sans compter vos heures, et surtout sans attendre en retour. N’attendez pas que tel ou tel vous le demande.

Il n’est ici nullement question de bien, de beau, de bon et dites-vous : seule la VIE compte. Elle n’EST ni bonne, ni mauvaise, ni belle, ni laide, elle EST sans histoire ! Si nous savons seulement ne laisser aucune trace mémorielle de notre passage, ce serait le plus bel hommage à Lui rendre.

Si vous ne le vivez pas encore, et que la souffrance, l’amertume, le désespoir, la tristesse vous accompagnent ou que vous êtes encore dépendant de la joie, ou du bonheur alors c’est qu’en votre vie, la VIE n’est pas encore et que la mort continue son œuvre.

Vivre avec les esprits

« Un jour, un initié mongol est venu me rendre visite en France. Ensemble, nous sommes allés visiter la citadelle Vauban de Besançon. Il s’y trouve un petit musée de la Résistance abritant une pièce consacrée aux camps de concentration.

Le chamane qui ne connaissait absolument pas l’histoire de l’Europe, voit des photos des camps, Buchenwald, etc… Lorsque nous ressortons, alors que je lui demande ce qu’il en pense, il me répond : « c’est de la sorcellerie. » Pour lui que des êtres humains aient pu commettre de tels actes relève clairement de la sorcellerie : il s’agit d’humains mus par des forces du mal.

Et c’est vrai que la question se pose : qui peut nous expliquer cet incroyable charisme d’Hitler ? Pourquoi l’étincelle a-t-elle pris ? Toutes mes explications d’ordre historique et sociopolitque lui paraissaient bien naïves. Personne ne croit à la sorcellerie, est-ce pour autant qu’elle n’existe pas ?

Autre exemple, comme je travaille également à Haïti, quelqu’un m’a un jour demandé si je croyais aux Zombies ? C’était lors d’un séminaire à Paris, et je venais d’arriver de la gare de Lyon. « Mais oui, les zombies existent, lui ai-je répondu, prenez le métro ». Ce n’était nullement une plaisanterie ! Les esprits susceptibles d’être nos alliés se sont retirés de notre monde moderne, mais les esprits du mal eux restent bien présents.

 L’équilibre originel est rompu. Dans la pensée vaudoue, des gens, les zombies peuvent être réduits à l’état d’esclavage ; c’est-à-dire que l’esprit « tit’ange » qui est l’ange gardien de toute créature humaine, peut être capturé et emprisonné par un sorcier : la personne devient alors une sorte d’automate dépourvue de toute volonté propre.

Est-ce que cette idée est totalement absurde lorsque je vois débarquer les foules au sortir des trains de banlieue ou des bouches de métro ? En tout cas, ce n’est pas une idée incongrue au regard des statistiques médicales. En France, entre les gens qui prennent des antidépresseurs, ceux qui se droguent ou encore ceux qui se suicident, où est leur élan vital ? Qu’est devenu leur « tit’ange » ?

Alors, quand on me demande si je crois aux zombies, je dis oui. Mais pas exclusivement en Haïti. Je vois un système qui peut transformer les gens, qui peut capturer leur principe vital. La sorcellerie, c’est aussi ça….. »

Bertrand Hell, extrait de l’article : « Vivre avec les esprits. », de la revue « Inexploré », hors-série, novembre 2013

Ethnologue français, il  occupe la chaire d’ethnologie de l’université de Franche-Comté depuis1994. Ses travaux portent sur l’efficacité des cultes et des rituels liés aux esprits. Recherches menées au Maroc (en particulier sur les confréries populaires dont celle des Gnawa) et à Mayotte (cultes des esprits patros et trumba). Enquêtes de terrain au Brésil, en Mongolie, en Haïti et chez les Navajo.

Chez eux, l’amour de posséder est une maladie

« Regardez mes frères, le printemps est venu, la terre a reçu les baisers du soleil et nous verrons bientôt les fruits de cet amour. Chaque graine est éveillée, et de même, tout animal est en vie. C’est à ce pouvoir mystérieux que nous devons nous aussi notre existence. C’est pourquoi nous concédons à nos voisins, même nos voisins animaux, autant de droit qu’à nous d’habiter cette terre.

Cependant écoutez-moi mes frères, nous devons maintenant compter avec une autre race, petite et faible quand nos pères l’ont rencontrée pour la première fois, mais aujourd’hui, elle est devenue tyranique.

Fort étrangement, ils ont dans l’esprit la volonté de cultiver le sol, et l’amour de posséder est chez eux une maladie.

Ce peuple a fait des lois que les riches peuvent briser mais non les pauvres. Ils prélèvent des taxes sur les pauvres et les faibles pour entretenir les riches qui gouvernent.

Ils revendiquent notre mère à tous, la terre, pour eux seuls et ils se barricadent contre leurs voisins. Ils défigurent la terre avec leurs constructions et leurs rebuts.

Cette nation est comme le torrent de neige fondue qui sort de son lit et détruit tout sur son passage. »

Tatanka Yotanka, ou Sitting Bull, grand chef Sioux

« L’homme blanc, dans son indifférence pour la signification de la nature, a profané la face de notre Mère la Terre. L’avance technologique de l’homme blanc s’est révélée comme une conséquence de son manque d’intérêt pour la voie spirituelle, et pour la signification de tout ce qui vit.

L’appétit de l’homme blanc pour la possession matérielle et le pouvoir l’a aveuglé sur le mal qu’il a causé à notre Mère la Terre, dans sa recherche de ce qu’il appelle les ressources naturelles. Et la voie du Grand Esprit est devenue difficile à voir pour presque tous les hommes, et même pour beaucoup d’Indiens qui ont choisi de suivre la voie de l’homme blanc.

Aujourd’hui, les terres sacrées où vivent les Hopis sont profanées par des hommes qui cherchent du charbon et de l’eau dans notre sol, afin de créer plus d’énergie pour les villes de l’homme blanc. On ne doit pas permettre que cela continue. Sans quoi notre Mère la Nature réagirait de telle manière que presque tous les hommes auraient à subir la fin qui a déjà commencé. Le Grand Esprit a dit qu’on ne devait pas laisser cela arriver, même si la prédiction en a été faite à nos ancêtres. Le Grand Esprit a dit de ne pas prendre à la terre, de ne pas détruire les choses vivantes.

Aujourd’hui, presque toutes les prophéties se sont réalisées.

Des routes grandes comme des rivières traversent le paysage; l’homme parle à travers un réseau de téléphone et il voyage dans le ciel avec ses avions. Deux grandes guerres ont été faites par ceux qui arborent le swastika ou le soleil levant.

Le Grand Esprit a dit que si une gourde de cendres était renversée sur la terre, beaucoup d’hommes mourraient, et que la fin de cette manière de vivre était proche. Nous interprétons cela comme les bombes atomiques lancées sur Hiroshima et Nagasaki. Nous ne voulons pas que cela se reproduise dans aucun autre pays pour aucun autre peuple; cette énergie devrait servir à des fins pacifiques, non pour la guerre.

Nous, les chefs religieux et porte-parole légitimes du peuple indépendant des Hopis, avons été chargés par le Grand Esprit d’envoyer au président des Etats-Unis et à tous les chefs spirituels une invitation à nous rencontrer pour discuter du salut de l’humanité, afin que la Paix, l’Unité et la Fraternité règnent partout où il y a des hommes. »

Lettre des Indiens Hopis au président Nixon en 1970

Le secret d’un événement cosmique recelé dans des arbres.

coupe arbre

Dans les cernes des deux arbres correspondant aux années 774 et 775, des chercheurs japonais ont découvert une forte et rapide hausse du taux de carbone 14.

Agence France-Presse, Paris, 03-06-2012

Les traces de rayonnements émis par un mystérieux événement cosmique ont été découvertes dans les anneaux de troncs d’arbres par des chercheurs japonais, qui ont daté ce phénomène de l’an 774 ou 775 sans pouvoir lui trouver d’explication satisfaisante.

Fusa Miyake et ses collègues de l’Université de Nagoya (Japon) ont analysé le carbone 14 (une variété radioactive de carbone qui se forme lorsque les rayons cosmiques traversent les atomes de l’atmosphère terrestre) contenu dans les anneaux de croissance de deux cèdres du Japon (cryptoméria).

Dans les cernes des deux arbres correspondant aux années 774 et 775, ils ont découvert une forte et rapide hausse du taux de carbone 14, d’environ 1,2%. Une telle augmentation est 20 fois supérieure aux variations attribuées aux changements de l’activité du Soleil, soulignent les chercheurs qui publient leurs travaux dimanche dans la revue Nature.

Le phénomène à l’origine de ce pic de carbone 14 en l’an 775 «ne peut avoir été uniquement localisé» car il est cohérent avec les relevés, moins précis dans leur datation, déjà réalisés sur des arbres d’Amérique du Nord et d’Europe. Ces mesures font état d’une hausse du taux de carbone 14 d’environ 7,2% en l’espace de dix ans (775 à 785).

«Pour avoir produit une telle quantité de carbone 14 dans l’atmosphère en 775, l’intensité des rayons cosmiques a dû considérablement augmenter», concluent les chercheurs.

Mais la source du phénomène ne peut être liée au cycle d’activité solaire, d’une durée moyenne de onze ans, et dont l’amplitude sur le carbone 14 est bien moindre (environ 0,3%) que celle décelée dans les anneaux des arbres.

«Seuls deux phénomènes connus pourraient changer l’intensité des rayons cosmiques en l’espace d’une seule année: l’explosion d’une supernova ou une tempête de protons» émise lors d’une éruption solaire massive, estiment les auteurs de l’étude.

Mais aucun des deux phénomènes n’a jamais été enregistré sur Terre et, à supposer que l’un ou l’autre soit effectivement survenu, ils n’ont laissé aucune autre trace probante, disent-ils.

«Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons préciser les causes de cet événement», concluent les chercheurs.

De douces dictatures : les intelligences mémorielles parasites !

Lors des bilans métabiologiques, j’ai toujours coutume de rechercher les mémoires négatives du consultant ressenties en son aura.

Ce matin-là, la jeune femme reçue s’avère m’être une énigme. Elle n’en possède aucune  en son champ énergétique et, qui plus est, son stade de développement personnel est parmi ceux très rarement rencontré parmi les humains.

Lors de l’entretien, je lui ai fait part de mes découvertes et de mon interrogation quant à sa venue pour se faire soigner. Toutefois cette personne acquiesçait totalement  avec l’analyse faite, et rien ne la surprenait. Quant aux mémoires inexistantes ou disparues, celle-ci me confirma qu’une thérapeute les lui avaient retirées. Effectivement le travail réalisé par cette dernière était réel et je ne pouvais que l’attester. Quant à moi, c’était la toute première fois qu’il m’était donné d’établir un tel constat. Ainsi les effaceurs de mémoires existaient bel et bien !

Mais attention aux arnaqueurs qui vous font payer très cher pour vous faire retirer des mémoires négatives cellulaires ou karmiques mais qui en finalité n’ont rien fait laissant leur proie fermement convaincue qu’elles avaient disparues.

Mais comment en suis-je arrivé à pouvoir détecter et effacer les mémoires négatives, ainsi qu’à former des personnes à faire de même ?

Tout est parti de cette expérience toute simple celle de l’exploration du champ énergétique d’un arbre, où vous pouvez y ressentir comme des couches concentriques négatives. Cette même similitude se retrouve physiquement dans la coupe transversale d’un tronc d’arbre, où les fibres du bois apparaissent organisées en couches concentriques visibles à l’œil nu. A partir d’elles, les scientifiques peuvent  nous donner des informations quant à la vie de l’arbre et de son histoire.

Des couches négatives, au niveau de l’invisible,  peuvent se détecter dans toute aura, et elles sont toujours révélatrices de l’histoire de vie de son propriétaire. Cela Il m’a fallu bien du temps pour le comprendre, et l’intégrer dans mon travail d’énergéticien.

A l’origine de cette découverte, c’est la réitération d’un incident précis qui m’a poussé à aller plus loin dans la compréhension du fonctionnement de ces mémoires.

Lors de l’enseignement aux stagiaires du ressenti des champs énergétiques, bon nombre d’entre eux se disaient perturbés dans leur perception à cause de certains parasitages. De fait, ils détectaient, par exemple,  dans l’aura de l’arbre des strates plus ou moins distantes les unes des autres, qu’ils percevaient comme négatives. Cet état de fait était juste mais me laissait perplexe quant à sa véritable nature. Et devant mon incapacité à pouvoir leur répondre,  je me devais de résoudre cette énigme.

Aussi je décidais avec l’accord de l’arbre d’essayer de  lui retirer ces négativités et quelle ne fut pas ma surprise de les voir disparaître avec pour incidence majeure de constater l’accroissement de son aura.

Ce simple fait, me confirmait l’existence de la réelle nocivité de ces strates d’un fonctionnement  très énergivore. Le simple fait de les retirer allégeait le fonctionnement énergétique de l’arbre avec pour conséquence une augmentation de son champ aurique. Et plus une aura est expansée plus son porteur se trouve dans une grande légèreté non seulement du corps mais surtout de l’esprit et de l’âme. Aucun doute,  cet arbre se trouvait soudainement dans un mieux-être.

Quelques jours puis quelque mois après, je m’assurais de savoir si celles-ci n’étaient pas revenues. Et j’eus la confirmation qu’elles étaient effacées une fois pour toute mais attention, cela ne veut pas dire que d’autres nouvelles mémoires ne puissent pas se recréer, par après, car l’histoire continue et la valse des mémoires avec.

Quoi qu’il en soit, cette expérience fut pour moi le point de départ non seulement de ma découverte du monde des mémoires mais aussi celui de mon apprentissage en tant qu’effaceur de mémoire.

Après l’étape de l’arbre, je me mis à explorer les champs énergétiques des objets, des lieux, et là même constat au retrait des mémoires plus d’énergie apparaissait.

Et finalement, il ne restait plus qu’à me prendre pour sujet d’étude afin de continuer ma recherche.

Avec le même protocole, je supprimais  chaque strate négative en mon champ aurique, et là, les effets constatés étaient semblables à ceux des expériences précédentes. Ainsi s’accomplissait : accroissement de l’aura avec changement de couleur vibratoire, et apparition d’un sentiment de bien-être et de plus grande liberté.

Mais attention, rassurez-vous, je ne suis pas devenu amnésique, de fait je garde encore mémoire des bons et mauvais moments de ma vie mais je sais que je ne suis plus tributaire des intelligences obligeantes liées à ces mémoires. Voici aussi un autre constat : dès cet instant, de nouveau choix de vie reflets de ma réelle liberté ont pu être posés. Est-ce un hasard ? Non et ma pratique d’énergéticien m’a prouvé que non.

Mais que sont ces mémoires ?

Je dirai que le terme de mémoire est impropre, je préfère aujourd’hui utiliser l’expression : intelligence mémorielle. Pour l’instant j’en distingue deux types : l’intelligence mémorielle naturelle liée à l’activité de la vie positive et l’intelligence mémorielle liée à l’altération de la vie (antagoniste de la précédente). Quant à ces deux formes d’intelligence sachez qu’elles sont dotées de vie.

1)      L’intelligence mémorielle naturelle liée à l’activité de la vie (IMN)

Cette intelligence mémorielle est députée à l’activité même du vivant. Elle est naturelle et rien ne peut exister sans elle. Ainsi elle assure l’organisation et le maintien de la vie et, s’il le faut, en cas de difficulté, elle cherchera à mettre en place des processus adaptatifs pour permettre, coûte que coûte, la continuation de la vie voir son évolution ou sa survie. Ne perdez jamais de vue que cette intelligence est vivante, et qu’elle est connectée à une intelligence bien plus grande celle de l’univers.

S’y retrouvent ici, par exemple, les esprits de la nature, ces intelligences gardiennes qui contribuent au déploiement de la vie et à son maintien. Les anciens leur ont donné divers noms : fée, lutin, gnomes, vouivre, sylphes, salamandres…. Et pour moi, ces noms sont en relation avec les IMN lesquelles peuvent être visualisées par les clairvoyants.

Chez l’homme, bien évidemment, ces intelligences mémorielles existent et vivent aussi en lui, tout comme en tout vivant et sans elles, il ne peut y avoir de vie.

Mais voilà toutes ces IMN sont vulnérables et peuvent être empêchées ou entravées dans l’exercice de leur fonction par un autre type d’intelligence mémorielle que je vais maintenant vous décrire.

2)      L’intelligence mémorielle parasite liée à l’altération de la vie. (IMP)

Toute atteinte faite à la vie, tout processus destructeur conduit à la naissance d’une intelligence mémorielle reliée à ces évènements perturbateurs. Et celle-ci va vouloir grandir, ne connaissant aucune limite ni aucun respect de la vie. Son unique désir : se répliquer afin de s’étendre de plus en plus tel un cancer. Inlassablement, ces forces vont se mettre à l’œuvre pour altérer le bon fonctionnement de la vie. Elles sont obligeantes et sont les maîtres de votre futur en le programmant par avance.

Un homme, par exemple, qui a connu dans sa vie des accidents, des échecs, des trahisons, ou des souffrances émotionnelles se verra petit à petit investit par des forces qui le dépassent, le minent à petit feu, en l’amenant à revivre sans cesse les mêmes situations.

Qui en est responsable ?

Tout simplement ces intelligences mémorielles altérantes qui ont pris naissance dans son histoire personnelle pour devenir gardiennes des processus destructeurs en sa vie. Elles s’attacheront à le placer en grande difficulté face au bien être, et à l’harmonie. Pour cet homme devant cet état de fait, l’importance sera de mettre en place des parades, et ce par un comportement compensatoire adaptatifs afin de palier à son mal être. Et l’homme s’avère très créatif quand il s’agit d’occulter ce manque de bien-être et d’harmonie véritables.

Cet homme habité par les IMP est-il libre ?

Certes non, il est esclave de forces qui le dépassent, le détruisent. Le drame, c’est qu’il en est inconscient. Quant à sa tentative de mise en place d’un comportement compensatoire qui risque fort d’être tout aussi destructeur puisqu’il s’agit ni plus ni moins d’engendrer une nouvelle IMP.

Ces intelligences mémorielles parasites liées à l’altération de la vie sont sournoises et très puissantes, elles viennent de votre passé, altèrent votre présent et se projettent déjà dans votre futur sans que vous en soyez conscient.

Leur but : se nourrir, jour après jour, des évènements qu’elles tentent de reproduire inlassablement chez en vous : échec, trahison, souffrance émotionnelle, volonté de domination, malheur…. Et même dans le cadre d’une mémoire de maladie, il en sera de même. Je pense ici aux IMP de cancer qui subsisteront malgré tous les traitements et qui permettront plus tard à la maladie de récidiver.

Ainsi face au conditionnement incessant dû aux IMP et de ses agressions permanentes, la vie devenue impuissante se retirera, incapable de pouvoir palier au désastre provoqué par son ennemie devenue si envahissante. Et, peu à peu, avec cette inertie de la vie  vient s’installer : la dépression, la folie, la violence,  la maladie… puis la mort.

Voici encore un autre aspect important de ces IMP. Elles ne touchent jamais qu’une seule personne, elles sont toujours en lien avec une ou plusieurs autres. Et c’est ainsi qu’elles possèdent une dimension collective.

Issues du fonctionnement même des groupes dans leur dynamique de vie, elles se retrouvent ainsi à tous les niveaux : celui de l’économie, du social, de la santé, du religieux, de la politique, du juridique, du couple, de la famille…. Ayant pour principale conséquence, de toujours induire un futur aux libertés de plus en plus restreintes, où la vie se voit de plus en plus maîtrisée, brevetée ou contrôlée tout cela sur fond d’inconscience grandissante.

Voici un exemple, celui du monde économique, où l’IMP du nanti porte le nom de « pouvoir-domination » laquelle l’oblige et l’autorise à asservir et à ponctionner sans arrêt le pauvre. Quant à ce dernier, son IMP s’appelle « obligation de se soumettre ».

Comme vous pouvez le constater, les IMP coexistent toujours par pair. Tant qu’elles subsisteront ce monde ci continuera d’exister avec pour triste dessein de courir vers un futur où l’attend destruction, et chaos.

J’entends parfois certains me dire : « c’est ainsi, nous n’y pouvons rien, c’est de l’ordre des choses, ça a toujours existé». Aujourd’hui pour moi, cette remarque est devenue irrecevable. Bien au contraire, nous n’avons plus le droit d’être démissionnaire, et nous devons y faire quelque chose.

Inlassablement, il s’agira d’effacer ces IMP lesquelles selon mon analyse sont à l’origine d’une triste réalité plus que multimillénaire : le mal. Ce mal constamment prégnant duquel il vous est difficile d’échapper et lequel vous fera toujours croire que c’est de l’ordre des choses.

Aussi, pour moi le mal, c’est cette persistance depuis des millénaires, de ces IMP devenues si puissantes, et si intelligemment organisées sous forme d’histoire matricielle, qu’elles affectent profondément l’équilibre de la vie de la planète au point de l’amener à sa destruction inéluctable.

Comment en est-on arriver à cela ?

Tout simplement parce que les IMP sont vivantes, qu’elles sont habitées d’une volonté de reproduction, qu’elles ont peur de disparaitre. Leur projet, c’est de se développer de plus en plus, et d’assurer à jamais leur pérennité. Ici, la création n’a plus aucune place.

Voici quelques questions qui  peuvent être en faveur d’IMP obligeantes.

Pourquoi dans certaines familles, des évènements destructeurs se reproduisent-ils de génération en génération ?

Pourquoi une maison où il y a eu divorce, suicide ou violence génèrera-t-elle les mêmes effets sur ses futurs habitants ?

Pourquoi une femme qui a été violenté recherchera-t-elle dans les hommes rencontrés un bourreau ?

Pourquoi un enfant en échec scolaire, humilié et désavoué par ses professeurs se trouvera-t-il tout au long de sa vie en échec ?….

Pourquoi cet aveuglement de l’homme devant la destruction de son environnement, et son aptitude même à y coopérer allègrement ?

Pourquoi cet irrespect de la vie au point de vouloir détruire son prochain pour asseoir sa petite existence ?

Mémoires, mémoires, mémoires !….

Alors quels sont les effets de l’effacement des mémoires ?

En retirant les IMP, vous contribuez à déstabiliser leurs systèmes organisationnels, et vous allégez votre propre système énergétique en redonnant aux intelligences mémorielles naturelles leyrs capacités de reprendre prise en votre existence. Ainsi une autre futur libre et vrai devient possible, mais à l’unique condition, d’avoir cette exigence fondamentale, celle du veilleur qui reste sur ses gardes de sorte qu’aucune autre IMP ne revienne s’installer en sa vie, et cette attitude est de l’ordre spirituel. Alors vous deviendrez le gardien non seulement de votre vie mais aussi de celle de votre entourage.

A quoi reconnaît-on une personne aux IMP effacées ?

Celle-ci possède une plus grande clarté d’esprit, elle est habitée par un grand sentiment de liberté qui lui permet de faire de nouveaux choix de vie qui auparavant pouvaient lui sembler impossibles. Par ailleurs, dégagée de ses IMP, elle présentera un réel intérêt pour la défense de la VIE en y prenant sa part de travail.

Qui avance dans la VIE avec un minimum d’IMP, ne peut faire économie de donner la sienne, j’allais dire corps, âme et esprit, dans sa mission d’effaceur, il doit s’y investir sans aucune réserve, et sans aucun compromis.

Celui qui avance dans la VIE de cette façon, témoigne d’elle à chaque instant, à chaque minute de son existence. Si ce n’est pas le cas, démasquez l’IMP qui se cache.

Voilà le véritable travail de Libération auquel nous sommes tous appelés !

Travail de Libération incessant sans cesse accomplis au nom de la VIE et dont les incidences, je vous assure, vont aussi jusqu’au ciel. En libérant les âmes et les esprits des IMP, vous dégagez dans l’invisible bien d’autres existences encore retenues captives par elles.

En retirant une IMP, chez vous ou chez l’autre, ayez toujours à cœur de retirer sa complémentaire, et je vous assure que vous participerez non seulement à votre ou leur libération mais qui plus est, cela aura une incidence sur la libération des âmes et des esprits qui sont déjà dans l’au-delà. C’est un travail de libération permanent qui peut s’étendre en fonction des dispositions de votre coeur à une famille visible ou invisible, une population, ou encore une maison, un village, une nation…

Et n’oubliez pas, la voie de l’effacement des mémoires est un chemin spirituel ! Il est à la mesure de votre cœur grandissant vers le sans limite.

Oui, dans l’effacement des IMP, il y sera toujours question de cœur, et lui seul vous conduira tout naturellement à vivre le pardon, non pas en parole ou vœux pieux, mais en conscience avec une efficacité réellement libératrice.

Quant à ceux qui osent utiliser l’expression d’« amour inconditionnel », la reprenant à leur propre compte, je leur dis : « Il vous est impossible de pouvoir aimer de cette façon. Vous ne savez pas ce que vous dites. Qu’en savez-vous de ces IMP qui vous habitent encore, vous conditionnant chaque jour un peu plus ? Cette expression, est réservée à Dieu seul, et vous le comprendrez lorsque vous commencerez à vivre en acte le pardon du cœur, sinon derrière votre, soi-disant, amour inconditionnel se cache encore une IMP lâche, et malfaisante, d’origine new-age.

Quand vous aurez compris cela, alors vous serez à même de demander l’aide de Dieu comme le fit le Christ pleinement conscient sur la croix s’adressant à lui par ces paroles : « Père pardonne leur, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Lorsque vous l’aurez intégré en votre vie de façon active, peut-être que vous pourrez commencer à parler de l’Amour, enfin dégagé de la matrice des IMP. Pour ma part, l’Amour lorsqu’il est vrai est un mot qui se suffit à lui seul.

Cette parole du Christ sur la croix : « Père pardonne leur, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font » Son Père ne le savait-il pas ? Certes oui, mais le Christ en appelle à une nouvelle forme de pardon qui n’a rien d’un rituel expiatoire mais que lui seul peut demander au Père. Sur la croix le Christ dévoile l’Amour du Père.

Alors, pourquoi l’homme est-il toujours habité par ce sentiment que Dieu ne fait rien ? D’une part, cette pensée est une IMP de plus, et si Dieu semble ne rien faire, cela s’appelle la liberté donnée aux hommes, une liberté à garder, et à entretenir chaque jour seulement  l’homme semble en être incapable. Cette humanité est sans cesse encline à se dévoyer sur un chemin de ténèbres, bien sûr que Dieu le Père le sait mais, il ne fera rien tant que celle-ci reste inerte.

L’urgence,  pour sortir de son bourbier, c’est qu’elle redécouvre le chemin de la Vérité et de la Vie. Il y a plus de 2000 ans, un homme le Christ a su le faire, et il nous l’a enseigné. Aujourd’hui, quelques un, commencent à en balbutier quelque chose et à le vivre.

Alors, à tous les effaceurs, je leur dis : courage, tenez bon. Ce chemin, s’il est vrai,  deviendra : une véritable passion à prendre à tous les sens du terme si nous voulons rendre la liberté à ce monde avec l’aide de Dieu.

Et voici un tout dernier conseil :

Souvent les stagiaires recherchent à  identifier la nature des IMP qu’ils vont retirer mais est-ce bien nécessaire ?

En réalité, je ne m’attache guère à tenter d’identifier le contenu de la mémoire qui sera retirée et cela pour deux raisons. La première, c’est qu’à l’usage, j’ai fait le constat que les personnes avaient une réelle appétence à ressasser leur histoire devant les autres pour finalement, ne recréer qu’une IMP de plus qui les desservira à nouveau.

Pour moi, la devise dans ce travail restera à jamais celle-ci : « le silence est d’or, la parole est d’argent ». Ici pas de place pour l’égo, le bavardage inutile ou le voyeurisme, seul le détachement compte. Et la seconde raison la voici : notre temps est trop précieux pour le dilapider inutilement en recherche inutile. Le temps de la libération et du pardon presse, pas de temps pour le nombrilisme !

Alors au moment d’effacer une douce dictature d’IMP, la seule chose qui importe, c’est que votre pensée soit orientée vers tous ceux et celles qui en sont aussi affectés. Le cœur fera le reste et l’effacement sera réel. Ne doutez jamais de votre cœur, il est sacré et restera à jamais l’arme absolue contre le mal.

Dans la même veine de ce qui vient d’être écrit, et pour aller plus loinn je vous invite à relire :

La paix de ce monde, le sourire du diable !….

Le devoir de mémoire, simagrée de l’histoire matricielle !

Enfant de la Vie, effaceur de l’histoire !

En souvenir d’Arachnée.

Un enfant met en échec l’histoire matricielle.

Bunker Roy : Apprendre d’un mouvement va-nu-pied.

Bunker Roy, sans nul doute un insurgé du cœur, il soigne et guérit notre monde à sa façon.

« A Rajasthan, en Inde, une école hors du commun forme hommes et femmes venant de milieux ruraux — illettrés pour la plupart — pour devenir ingénieurs en énergie solaire, artisans, dentistes et docteurs dans leur propre village. Elle s’appelle l’Université des Va-nu-pieds, et son fondateur, Bunker Roy, nous explique comment elle fonctionne. »

Comment en est –il parvenu à cela ? Tout simplement en s’interrogeant sur le sens de l’existence, il va délaisser derrière lui cette voie de la réussite sociale qui lui était offerte sur un plateau d’argent.

Là où est ton cœur, là repose le Trésor, sans nul doute cet homme l’a trouvé.

Quant à l’interprétation de sa partition elle dure depuis 45 ans, demeure riche d’enseignement et fait preuve d’une grande dignité. Grand merci à cet homme dont le Trésor est de rendre honneur à la Vie de tout son Être.

 

Voeux 2014 : « A tous, belle insurrection des coeurs ! »

Dans le ignée de mes voeux 2013, voici ceux que je vous adresse en cette année nouvelle.

La symphonie « l’Orient de l’Être » se joue encore et toujours, et je remercie tous les nouveaux musiciens du cœur y ont osé de 2013, toutefois la symphonie pourrait avoir encore plus de beauté, d’éclat, de couleurs si d’autres venaient s’y adjoindre avec leur propre particularité.

Quelle qualité faut-il me direz-vous ? Osez réintégrer en vos vies le doute, le vôtre mais non pas  celui qui vous est soufflé par la voie du communément admis, doute qui en réalité n’en n’est pas un. Quand je vous parle de doute, je pense à celui qui va jusqu’à oser remettre en question ce superbe karaoke de l’existence, sorte d’ersatz de vie mensongé, sur lequel tous s’essaient à l’interprétation en se trémoussant.

Alors quittez vos certitudes, remettez en question ce qui vous est dit, interrogez-vous sur l’incidence de vos gestes quotidiens quant au réel qui nous entoure, de  toutes ces rencontres vaines et stériles, alors… viendra l’insurrection des cœurs qui est propre à l’« Orient de l’Etre ».

Cette Symphonie est capable de soigner et de guérir le monde mais votre partition je ne puis la jouer, à vous de la trouver et à vous seuls de l’interpréter.

A tous les interprètes en herbe ou pas, sachez que sa mesure et son tempo sont toujours justes. A tous les hésitants, je leur dis n’ayez pas peur, la Symphonie est paix.

Alors pour 2014, voici mon vœux le plus cher : « A tous, belle insurrection des cœurs ! ».