Une autre voix : la revue « Nexus », Sciences et alternatives

Cette revue nous ouvre les yeux et les oreilles sur la réalité. C’est  une opportunité à saisir plus que jamais pour une remise en question de nos paradigmes de vie. Celle-ci m’accompagne depuis plus de dix ans, et je la remercie pour sa contribution apportée dans ma pérégrination vers le toujours plus de vie.

Voici ce que le magazine dit de lui :

« Au-delà de toute idéologie politique et religieuse, NEXUS, magazine bimestriel en kiosque, considère les crises majeures qui défient nos sociétés comme autant d’opportunités de changement. Nous avons le choix soit d’entretenir le semblant de consensus qui nous conduit dans le mur, soit de prendre l’option de sortir du cadre, de bousculer les dogmes, de dénoncer les grandes mystifications, de revisiter les concepts établis. Comme, par exemple, l’idée d’une conscience qui serait le stricte produit de l’activité physiologique du cerveau ou d’une civilisation humaine totalement isolée dans l’univers.

C’est la seconde option que Nexus retient pour participer, à son échelle, à une compréhension plus vaste de notre époque et de ses enjeux. Pour tous ceux qui partagent cette envie d’une information libre, Nexus s’efforce, en toute indépendance, de documenter au mieux ces révélations, ces découvertes, ces innovations et ces alternatives qui dérangent. Ses articles explorent de nombreux domaines comme la santé, l’énergie, l’archéologie, l’ufologie, les phénomènes inexpliqués, la géopolitique, la biologie, etc.

Nexus est un terme qui signifie en latin : lien, entrelacs des causes et des effets ; aussi employé dans la langue de Shakespeare pour désigner un réseau informel de personnes. 

Nexus ne soutient en aucun cas l’expérimentation animale, même si certaines études citées dans ses pages y font référence. Quant aux informations relatives à la santé, elles sont délivrées à titre indicatif et ne sauraient tenir lieu de consultation ou de prescription médicale. »

Voici le lien : www.nexus.fr

Nature mystérieuse et bienfaisante… Aujourd’hui la délaissée des hommes !…

Voici deux histoires qu’il est possible de rattacher historiquement au début du XIXe siècle et qui nous apprennent sur la vision de la nature qu’avait nos anciens.

En 2006, une femme de 91 ans au cours d’un soin, alors que nous parlions de jardinage me confia un souvenir  au sujet du noisetier :

« J’entends encore mon grand-père me dire : « Ma petite fille quand tu auras une maison, pense à mettre des noisetiers dans les haies qui te séparent de tes voisins. S’ils sont mauvais, ces arbres mettront en terre leurs nocivités. Et si ton voisin est de nature maléfique, mets en toute une haie entre toi et lui. » Sa remarque au sujet du noisetier m’a toujours laissé perplexe. Qu’est-ce que cela pouvait bien signifier ? Ajouta-t-elle.»

Ce savoir ancestral rapporté par cette femme m’a impressionné. Jamais, je n’avais entendu cela. Elle me parlait du  noisetier dont  se servaient les druides pour confectionner des baguettes magiques ou des baguettes de sourcier. En plus de son aptitude à chercher ou à dévoiler ce qui est caché, le noisetier aurait-il aussi une capacité à protéger ?

Bien plus tard, je me suis mis à l’écoute du noisetier, et je fis le constat qu’il est capable de vous parler au chakra du cœur et lui fait du bien. Etait-ce pour cela que d’antan, sur les jeunes mariés des noisettes étaient lancées sur eux en signe de leur amour. Deux cœurs avaient dévoilé et scellé leur amour l’un  pour l’autre, le rite de la noisette lancée visait-il à les mettre sous la protection de l’esprit du noisetier, un des gardiens du cœur ?

Voici la deuxième histoire, un jour avec une amie nous discutions au sujet des plantes et de leur vertus et elle me fit part qu’elle avait souvent entendu les anciens dire que l’apparition d’une plante dans un jardin sans qu’elle eut été semé était signe que les habitants de la maison avaient une pathologie en lien avec que qu’elle pouvait soigner. Ainsi selon eux la nature, elle-même, s’approchait de l’humain pour lui apporter de l’aide.

Alors quand une plante nouvelle apparait spontanément dans votre jardin, je vous invite à réfléchir deux fois plutôt qu’une avant de l’éliminer. Accueillez-la comme une amie qui vient vous faire un don, celui de la santé. Quand tout ira mieux, elle s’en ira de la même façon qu’elle est venue. La nature nous aime mais les hommes l’ont oublié. Ils ont aujourd’hui le culte du jardin parfaitement propre où pas une herbe ne dépasse, tout y a sa place voulue mais surtout pas l’espèce étrangère qui n’a pas été prévue au programme.

Si la nature enseigne, soigne et protège, l’homme en ce monde ne fait qu’apporter maladie et destruction.  Dans son orgueil il s’est autorisé à s’en désolidariser et à vouloir la maîtriser. Que connaît-il d’elle ? Rien ou si peu mais  Il est urgent de questionner, d’entendre les anciens pour qu’ils nous livrent tous leurs secrets autour de la nature.

L’agriculture du génocide

Depuis l’aube de l’humanité notre bonne planète terre a toujours su nous nourrir bien avant l’arrivée de Monsanto, le leader mondial parmi d’autres, de l’agriculture chimique qui est en grande partie responsable de beaucoup de problème de santé….

Redécouvrir la vie de la terre-mère…

Réapprendre sa logique et sa sagesse….

Les mettre en pratique chez vous…

Sortir de cette folie destructrice de nos sols imposée par les lobbies agroalimentaires….

Osez changer nos paradigmes même s’ils sont multiséculaires !

Rechercher nos véritable racines…

Avec deux videos :

L’une de Lydia et Claude Bourguignon : « l’Agriculture du génocide »

L’autre de Claude Bourguignon : « Protéger les sols pour préserver la biodiversité »

Que sa Symphonie soit !

Extrait du  » Pèlerin d’Emeraude », anonyme

« Liberté, perçois-tu cet ensemble de vibrations qui émane de l’invisible sous forme d’une musique-colorée à ravir l’âme ? Elle s’interprète à partir de tout être quel qu’il soit minéral, animal ou végétal. De chaque parcelle de notre terre, de chacun de nos animaux ou de nos végétaux, s’en dégage une merveilleuse œuvre symphonique, réel sujet de contemplation pour l’âme.

Parmi les règnes seuls les humains y font exception, toutefois certains d’entre eux, une toute petite minorité sont  encore capables de s’y accorder et de prendre part à la symphonie. Tous les autres, tels des trouble-fête s’évertuent à faire outrage au spectacle.

D’un côté se trouve la lumière symphonique du grand tout et de l’autre les ténèbres assourdissantes des hommes qui ont perdu leurs capacités à regarder, à écouter et à jouer. Aussi ce qu’ils diffusent en ce monde est un bruit savamment faux, tellement beau à leurs oreilles, et ce qu’ils jouent et répètent inlassablement provient du maître du mensonge : le bruyant, le diable.

Liberté, toi qui as recouvré tes yeux et tes oreilles, l’heure est venue de les utiliser. Désormais il ‘appartient de t’aligner, de t’accorder sur les fréquences vibratoires de notre création et d’en réinterpréter l’oeuvre. Car celle-ci ne pourra jamais être réplication, elle sera toujours éternelle nouveauté à la différence de la cacophonie des hommes qui  derrière leur fausse nouveauté ne font que répliquer la dysharmonie. Leur cacophonie n’a qu’un unique but de nous rendre tous semblables.

Dans le ciel de ces hommes-là, t’es-tu déjà demandé ce qu’il y avait de neuf, de vivifiant pour cette terre ? Rien, rien du tout. Tout converge seulement à nous rendre tous semblable dans une unique pensée, une unique place à tenir, un unique nom à avoir. Faire perdre notre singularité, notre particularité pour nous faire entrer dans la domestication et  l’uniformité tel est le plan du diable : un seul son, une seule couleur, un seul bruit. Le ciel de Dieu quant à lui, il est éternellement nouveaux sons, nouvelles couleurs.

As-tu réalisé un jour que depuis les origines de notre terre, il ne s’y est jamais trouvé deux mêmes flocons de neige. Depuis le commencement, aucun d’eux n’a été répliqué, voilà la vie dans sa simplicité et son éternelle nouveauté. Incroyable non ! Rien que cette simple pensée me remplit d’une force inouïe. La plus simple des choses, le malin ne peut la dupliquer. Plus tu deviendras un être simple, plus le mal se trouvera en échec face à toi car tu seras éternellement nouveau. Si le diable déteste la nouveauté de Dieu c’est à nous tous d’en devenir son témoin ! Soit simple, recherche en toute chose la simplicité, là y réside Sa force, et je t’assure que tu feras toutes choses nouvelles.

Pour ce qui est de la musique de notre création, sais-tu qu’elle est aussi guérisseuse ? Lorsque tu en auras besoin, tu sauras la trouver, l’entendre et la voir pour, s’il le faut, te réaccorder ou te réaligner dans tes vibrations. Résultat d’une convergence vibratoire particulière, non reproductible, elle  se donne, sans cesse dans l’instant présent, et pour cela, il te faudra toujours la chercher dans l’inconnu, et c’est là qu’elle pourra te guérir. La trouve celui qui est sorti de la domestication de la pensée et qui sait regarder le réel dans son éternelle nouveauté, ce que l’adversaire une fois de plus ne peut faire par nature.

Maintenant Liberté, en cet instant même, entends-tu ces plaintes, gémissements et lamentations qui émanent de notre terre-mère ?  Aujourd’hui, notre mère guérisseuse gronde et s’insurge contre les humains. Mais voilà plus personne n’entend !

L’espèce humaine s’est égarée  dans une musique de rien, une cacophonie issue du mal absolu répliquant. Modifiant, petit à petit,  sa réalité sans tenir compte du grand tout, il en perturbe, encore et encore, l’extraordinaire  symphonie et c’est ainsi que se ternissent et s’affadissent  les sons-couleurs.

Alors qui en fait le constat déplorable ?

Tout le monde et j’entends ici, tous les vivants des règnes à l’exception de celui des humains ! Depuis quelques siècles, ils s’évertuent à construire une réalité déconnectée, artificielle et dangereuse dans un total irrespect de la planète. De toutes leurs constructions n’émanent que dysharmonie et destruction.

Est-ce cela le nouvel ordre mondial attendu ?

Liberté, aujourd’hui, je préfère parler de désordre mondial, comme en témoigne les ces organismes génétiquement modifiés, la mort de nos écosystèmes et bien d’autres de leurs  manigances…

Alors quel est l’objectif de ce désordre mondial programmé ?

Tout diaboliquement, il s’agit de ramener tous les vivants vers de basses vibrations où peuvent y régner, sans aucune opposition possible, dictatures, dominations et violences… C’est de la sorte que la lumière de notre terre voit se perdre son éclat et ses couleurs disparaître. Petit à petit la symphonie perd de sa force et de sa beauté.

Alors stop ! Disons stop à ce sacrilège incessant.

En effet,  si l’homme continue à transformer sa réalité, s’il persiste dans sa fausse croyance à se dire supérieur aux autres créatures alors dans sa toute-puissance il finira par nous imposer sa musique infernale et nous détruire.

Si tout est conscience sur cette terre comme dans tous l’univers seul l’homme ne le sait plus. Serait-ce qu’il  a perdu conscience de lui-même ?

Ce qui fonde l’humanité véritable, c’est  l’amour du don, une disposition toute naturelle en chacun de nous, mais les humains l’ont troqué avec le malin pour y préférer le « toujours plus» de la possession, du vol ou du prendre. Oui sans le savoir chaque humain de cette planète en cet instant, hors mis une toute petite minorité, est devenu tel un voleur, un menteur, un violent au nom du « toujours plus futile » la plupart du temps.

Sans intelligence véritable, il s’accapare tous les biens inaliénables de notre création que notre terre-mère, jadis, nous a confié : l’eau, l’air, la terre, les forêts, les animaux… Liberté, c’est à toi  maintenant de jouer car tu es à même d’entendre les sons et de voir les couleurs. Ta conscience est apte à se mettre à l’unisson avec tous les êtres. Tu as reçu ce don de pouvoir leur parler, d’être en parfaite syntonie avec eux. Voilà ce qui atteste de ton ordre de mission !

Quant à savoir ce que tu pouvais  faire pour aider cette planète. Je te réponds par ceci : Liberté, commence par retrouver l’harmonie avec chaque être puis donne leur  la force à de s’insurger en conscience contre l’œuvre des hommes ou plutôt faudrait-il dire des sous-hommes car le temps est fini pour eux de continuer de bafouer le droit à la vie en maltraitant continuellement notre réalité sans état d’âme, sans foi, ni loi.

Liberté, accompagne chacun des règnes vers la paix, libère-les des forces obligeantes multi millénaires qui les aliènent.  Accorde-leur l’autorisation de s’engager dans la lutte contre l’absurdité humaine toujours plus destructrice voir meurtrière. Il est fini le temps de la soumission, de cette obéissance aveugle des règnes à cette humanité.

L’heure est venue de rappeler tous les sous-hommes à l’ordre, de leur montrer qu’ils font injure à leur vocation première en ce monde celle de prendre soin de la création. L’heure est venue où notre Mère en personne viendra leur rappeler leur juste place. Elle est capable de le leur enseigner mais l’autorisation ultime de le faire dépend là encore de toi, de nous les hommes.

Vois-tu lorsque l’équilibre des forces de la nature est sur le point de rompre, l’absolue nécessité de le restaurer en devient l’urgence immédiate. Pour cela, tu auras besoin de l’aide de tous les règnes, y compris l’aide de la plus petite pierre. Tous n’attendent que toi, que nous.

Alors à toi, maintenant, de les guider et de les accompagner avec l’aide de Qui nous connaissons. Puisse son Esprit nous habiter, nous éclairer et nous accompagner pleinement dans notre mission.

Liberté, chaque humain tel un chef d’orchestre est capable d’interpréter l’œuvre symphonique en ce monde, mais n’oublie jamais que la partition provient des mains même de notre Créateur.

Tu la trouveras dans ton cœur qui, normalement chez l’homme, n’est que don, un cœur qui n’a d’autre but que de rendre l’autre libre, et par autre j’entends ici toutes les créatures.

Alors courage, aie confiance. La partition qu’Il te demandera d’interpréter soignera  notre création, toi y compris. Ce processus se fera sans violence par le pouvoir de l’Esprit qui repose en tout être libre.

Courage petit chef ! Tu n’es pas le seul, et c’est à nous de réclamer la liberté pour elle.

Que Sa Symphonie soit pour le bien de notre terre-mère, notre Mère à tous. »