Les insectes et les plantes ont aussi une conscience !

 

« Un autre praticien des techniques chamaniques, shed Lay, explique que l’animal manifeste une conscience collective. Il raconte que cela vaut pour les insectes, et qu’il lui est arrivé de communiquer avec les abeilles. Il est d’ailleurs connu que les anciens apiculteurs d’Europe communiquaient avec leurs abeilles et que lorsqu’ils mouraient, il était coutume de faire une cérémonie pour apprendre la nouvelle aux abeilles. Un cas de mouvement de milliers d’abeilles vers le cercueil de leur apiculteur décédé (au point d’abandonner le butinage pendant plusieurs minutes) a été relaté par la presse anglaise (1).

Shed affirme également communiquer avec les arbres. Il raconte avoir entendu, un jour qu’il marchait dans la nature, la voix d’un acacia l’incitant à poser les mains sur son tronc. Sentant une épine le piquer, il s’est d’abord mis en colère, puis a entendu l’acacia parler en lui : « Je t’ai guéri. Tu ne tousses plus. » Il a constaté en effet que sa toux avait disparu et, en discutant avec un acupuncteur, il s’est rendu compte que l’endroit touché par la piqûre était un point d’acupuncture relié au poumon !

Certains communicateurs animaliers évoquent, tout comme les chamanes, une communication avec les insectes, les végétaux et la nature en général. Magique ? « Si c’est magique, c’est simplement que la vie est magique !, répond Anna Evans. Mais le plus merveilleux c’est que nous sommes tous capables de vivre cette magie ! » Et pas seulement les saints et les chamanes. »

Nexus N° 73, mars-avril 2011, Un goût de paradis perdu, p. 23

1 – In Schul B., Life song : In Harmony with all Creation, Still Pub, 1994

Le plus grand miracle, c’est vous même !

 

 « Sois prudent avec ce mot d’élevé, l’averti Merlin. C’est l’égo qui a des hauts et des bas. Le but de la vie est la liberté et l’épanouissement. L’épanouissement sera atteint quand tu connaitras Dieu aussi bien qu’il se connait lui-même.

Vous autres mortels désirez sans cesse des miracles, et je vous affirme que le plus grand miracle c’est vous-même, car Dieu vous a donné cette aptitude unique à vous identifier à lui. Une rose parfaite ne sent pas qu’elle est une rose, un humain épanoui sait ce que signifie être divin. » …

« Quand tu deviens capable de te voir toi-même comme esprit, ton identification  à ce corps et à cet esprit individuels cesse. Simultanément les notions de naissance et de mort deviennent nulles et non advenues. Tu seras une cellule dans le corps de l’univers et ce corps cosmique sera aussi intime pour toi que l’est actuellement ton propre corps. »…

« Tandis que ton moi s’unifiera, tu deviendras de plus en plus familier du divin, jusqu’à ce que tu finisses par éprouver Dieu comme un être infini  se déplaçant à une vitesse incalculable à travers des dimensions infinies.
Quand cette expérience impressionnante se produira, elle te paraitra aussi simple et naturelle que d’être assis ici, sous les étoiles, mais tu deviendras alors chacune des étoiles qui dansent dans le ciel. »

 

La voie du magicien du Dr Deepack Chopra

Au commencement était la Conscience !

 

Dans un dernier message : « Les animaux ont une conscience et les humains perdent la leur », je racontais cette expérience vécue dans cette rencontre entre conscience animale et humaine, à partir d’une connexion d’esprit à esprit. Sachez que cette capacité à poser notre esprit sur un animal ou tout autre vivant, nous la possédons tous, mais nous le le savons pas, et pourtant cela je le vis quotidiennement avec les animaux et la nature environnante. Suis-je un être à part ? Non, pas du tout et beaucoup de personnes seraient capables elles aussi d’en témoigner.

Un  jour faisant un stage autour des esprits de la nature, nous étions dix participants autour d’un arbre faisant un cercle, et  alors que nous appelions sur nous l’esprit de l’arbre pour entrer en communication, et voici que je le vis venir et il s’est séparé pour venir se poser sur chacun de nous.

Bien plus tard, je découvris que je possédais cette même capacité d’envoyer mon esprit sur les humains, les animaux et les végétaux, et que tout naturellement, en les appelant, aussi bien pour le végétal que l’animal leur esprit s’approchait avec facilité pour se poser sur moi.

Quand le contact est établi, vous êtes simplement dans une communication non verbale, mais vous pouvez ressentir leur émotion, la proximité d’un danger et leur souffrance même de constater le manque de conscience de la part des humains.

Désormais, lorsque je promène mon chien dans la forêt, je prends soin de la saluer et de faire reposer mon esprit sur chacun des arbres présents, et là très vite vous les sentez venir vers vous et communier à votre présence. Un jour, j’ai ressenti l’affolement de la forêt qui était inquiète, et vraiment son plan vibratoire avait baissé, une lourdeur était apparue. Cet état émotionnel provenait de ce qu’à l’orée du bois, une débroussailleuse avait éliminé sur une hauteur d’environ 3 mètres, toutes les branches qui venaient faire ombrages sur les champs cultivés. La forêt en était encore toute perturbée. Alors, j’ai nettoyé la peur qui se ressentait en ce lieu et la forêt s’est soudainement apaisée.

Aujourd’hui, j’essaie d’avoir ma conscience ouverte en permanence sur le tout le vivant qui m’environne et lorsque je fais silence, j’invite ceux et celles avec lesquels je suis connecté à venir se joindre à moi.

A ceux qui prient ou méditent, je leur propose à faire de même, à poser sur tout vivant leur esprit et à appeler sur eux-mêmes chacun des esprits qui vous environne qu’il soit minéral, animal ou végétal pour  venir se joindre à vous. Jamais ils ne se font prier, bien au contraire ils apprécient toujours cette divine attention et chaque fois une paix profonde s’installe là en chacun des vivants. Question de Conscience.

Le jour où tous les humains seront en connexion totale avec tous les règnes vivants, alors la paix, la félicité, la communion seront véritablement. Toute la création n’attend que cela, et je sais qu’elle n’est autre que mon corps.

Alors si tout a une conscience et un esprit, il est urgent de retrouver les vôtre véritables. La création est impatiente que vous les recouvriez, car le chemin vers le Divin ne peut se faire sans elle et son espérance est grande de pouvoir un jour en prendre elle aussi la voie mais elle ne peut le faire sans vous. C’est ainsi car nous appartenons tous au même corps, un seul manque et tout est en attente. Ne pas comprendre cela, c’est encore être encore dans le non-conscient.

« Si tu ne peux pas être encore une étoile, sois d’abord la pierre, l’arbre ou l’animal qui est à tes côtés, et lorsque tu seras devenu chacun d’eux, ce sera le commencement du chemin vers la Conscience, et cela non seulement pour toi-même mais aussi pour nous tous. Et surtout, en chemin, prends toujours bien soin de toi !…» 

Le pèlerin d’émeraude.

Le devoir de mémoire, simagrée de l’histoire matricielle !

 

Lorsque je remonte le fil de l’histoire d’une personne, il m’est possible d’y ressentir à certaines périodes de sa vie (fœtale, enfance, adulte) des nœuds évènementiels à partir desquels son temps se trouve comme altéré voir déformé. Ces accidents obligeront la personne à se comporter toute sa vie en fonction d’eux. Ils génèrent : injustice, conflits, violence, haine, rejet, dépréciation de soi, altération de l’identité, dépression…. Ce qui est ici détecté concerne l’histoire matricielle propre à la personne. Celle-ci m’est la plupart du temps confirmée par le souvenir qu’elle a des évènements de sa vie, en particulier ceux qui lui ont été traumatiques.

En Informatique, toute personne usant d’un ordinateur prend bien soin de s’équiper d’un logiciel antivirus pour se protéger de toute attaque venant de l’extérieur, quant à ces nœuds, ils agissent tout à l’inverse dans le système programme de sa vie, ils sont comme des logiciels anti-vie qui bloquent en permanence sa destinée pour finalement lz contraindre d’exister dans une sorte d’éternelle réplication d’un ou plusieurs nœuds évènementiels.

Ses enfants, reprendront à leur tour le flambeau, y ajouteront leur propre logiciel anti-vie, et voilà que la mort s’installe et fait gentiment son nid pour un très long moment.

Le principe et la propagation de l’histoire matricielle existe aussi au niveau de notre monde depuis bien des millénaires laquelle est constamment entretenue et nourrie par d’autres noeuds évènementiels touchant les peuples lesquels possèdent un puissant pouvoir de destruction : guerre, oppression des peuples par toute forme de dictature, irrespect de la nature…. Cette configuration « anti-vie » obligera sans cesse l’homme à se comporter d’une manière bien précise. Sa place lui est dictée, ainsi va l’ordre du monde lui sera-t-il dit ! Impossible d’y déroger, et tout désir de changement restera de l’ordre du rêve tant que ces systèmes « anti-vie » ne seront pas effacés.

Quel que soit le devoir de mémoire qui pourra être fait pour juguler la violence d’un fait historique, celui-ci restera toujours du vent. Derrière lui se cache, encore et encore, l’histoire matricielle qui fait bonne figure laquelle cherchera toujours plus à entretenir voir attiser son feu destructeur, et ce aussi par la médiation du devoir de mémoire. Celle-ci, la perverse ou la sournoise, se sert de lui en réalité pour plus encore assurer sa survivance. Tel est le paradoxe aujourd’hui du devoir de mémoire, il entretient le feu plus qu’il ne l’éteint.

En écrivant ces mots, j’ai à cœur ces paroles de l’Evangile de Matthieu, et pour moi, c’est de cette tonalité-là dont il est question dans ce syndrome du devoir de mémoire, simagrée de l’histoire matricielle avec émergence d’une nouvelle mémoire obligeante :

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis: au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.

Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des prophètes et décorez les tombeaux des justes, tout en disant: Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes. Ainsi, vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes! Eh bien! vous comblez la mesure de vos pères! » (Mt 23,27-32)

A la place des scribes et pharisiens, mettez-y les gardiens de l’histoire matricielle : les hommes politiques, religieux ainsi que les gardiens de l’esprit de ce monde. Quant au prophète, celui qui se trouve dans la Conscience, mettez-y celui qui n’appartient pas au système, qui le refuse et le dénonce haut et fort pour le payer de sa vie. Je vous laisse libre maintenant avec cette clé de relire ce texte.

Le devoir de mémoire cache bien souvent plus d’hypocrisie qu’il ne paraît. Vœux impie, toujours plus destructeur lorsque le mensonge s’y trouve lové. Il vous donne une bonne fausse conscience laquelle sert fidèlement la matrice rien de plus. Le devoir de mémoire n’efface rien, il ne fait que maintenir bien au chaud des cadavres dans un placard pour mieux un jour les redécouvrir dans une nouvelle violence.

Lorsque j’efface les nœuds de l’histoire d’un consultant, je ne cherche pas à faire œuvre de mémoire, bien au contraire, je m’attache à la faire disparaître parfois même sans en connaître son contenu. Question de discernement accordé par l’Âme ! Et cette faculté appartient en propre à la Conscience. Alors il s’ensuit alors une réelle libération, un allègement pour lui tout comme pour moi-même. Quelque temps plus tard, la destinée reprend enfin tous ses droits, et celui-ci s’en étonne toujours tant sa vie s’en trouve simplifiée. Ceci est la marque même du travail de la Conscience : la simplicité, la légèreté de l’être.

A chacun peut développer ce logiciel  « anti-mort », cette sorte d’anti-virus qui détectera le moindre nœud évènementiel en sa vie pour l’effacer mais aussi dans celle des autres. Cela reste l’apanage de tous, même si vous ne le savez pas encore. Le tout est de le vouloir, et d’être en voie vers soi, alors cette faculté sera en éveil, en alerte 24 heures sur 24.

Le jour où nous possèderont tous cette faculté de l’éradication mémorielle, le scénario de votre vie ne sera plus jamais écrit par avance, alors… Nous serons… Quoi ? Rien… Rien d’écrit… Rien de connu par avance…. Simplement la Vie…..

Le jour où chacun usera de son pouvoir d’effacement, sa vie et celle du monde changeront parce que l’histoire matricielle régressera, pour un jour enfin disparaître. Les mots de devoir ou mémoire n’existeront plus !

Et cela vient assurément.

Enfant de la Vie, effaceur de l’histoire !

« Enfant de la Vie, effaceur de l’histoire!

En réparant les affres de Chronos, tu rendras Mémoire à tous ces enfants morts.

Et même si ce dieu hait la Vie, n’aie de cesse, encore et encore, d’effacer ses œuvres.

Aussi lorsque disparaîtra le maître de l’histoire, la Justice véritable sans fin règnera.

Ce jour-là, sans forme, ni mémoire sera la Vie, et seule la Conscience subsistera.

Enfant de la Vie, voilà ton devoir : réveiller l’enfant mort par effacement de ses obligeantes mémoires. Mais garde toujours en ton esprit cette unique Mémoire : ne jamais faire d’histoire ! Résurrection !….

Et si cela subsistait encore, pour toi-même ou pour tes frères, alors au nom de la Conscience, tout simplement : efface ! C’est la seule chose qu’il t’est demandé.

Désormais, la clé que tu possèdes ouvre  sur des espaces nouveaux où l’ancienne vibration ne sera plus. Et nul ne pourra plus acheter ou vendre le temps.

Adieu Cassandre ou Pandore, karmiques ou akashiques !         

A jamais le Vivant. La Vie t’en remercie. »

Le pèlerin d’émeraude

 

 

Ne faites pas mentir les Anges !…

J’ai reçu tout dernièrement un mail qui faisait l’objet d’une chaîne dorée, à nouveau au sujet des anges, et en voici le contenu :

« Salutation Ange !

Je crois à la Force spirituelle des Anges.

J’ai envoyé un ange pour veiller sur toi la nuit dernière, mais il est revenu.

Je lui ai demandé : pourquoi ?

L’Ange m’a dit : « Les Anges ne veillent pas sur les Anges ! »

Vingt Anges sont venus dans ta vie. Dix d’entre eux dorment, neuf jouent, un lit ce message.

Lis… Je ne plaisante pas… Il a vu que tu t’inquiètes pour quelque chose. Il dit que c’est terminé. Un bénédiction viens vers toi.Si tu crois aux Anges, envoie ce message ne l’ignore pas, c’est un test.

Ton « Ange » va t’accorder deux grandes choses ce soir,  laisse les autres choses de côté et fais suivre.

Demain sera le meilleur jour de tous. Envoie à dix amis, y compris moi.Dès que tu auras reçu cinq réponses, quelqu’un te surprendra doucement …»

A ceux qui me lisent, j’invite à relire le message de mon blog du 27 novembre 2011, « chaînes dorées mais plombées ». Mais permettez-moi de compléter celui-ci à partir de ce dernier mail.

Voici une personne, bien intentionnée qui m’envoie un ange, et celui-ci revient vers elle pour lui parler.

Personnellement, à réception du message, j’ai cherché l’ange et ne l’ai vu, et je me pose la question de savoir si l’émetteur de ce message a réellement vu et parlé à cet ange.

Aux dires de l’ange, je serai un ange.

Permettez-moi, ici, de revendiquer mon humanité, car celle-ci n’a rien d’un ange, et nous possédons chacun un rôle propre. Sachez que si je suis un ange, je perds alors l’essence même de mon humanité. Pour moi l’Ange, et je le redis encore, c’est : « La voix de l’Âme, celle de l’homme en voie vers Dieu, puis plus tard l’Ange devient le missionné de l’Homme pour avec lui accomplir la Tâche au nom de Dieu ».

Donc aux dires de mon bienfaiteur, si je suis un ange, de qui suis-je la voix de l’âme, pas la mienne en tout cas ? Je ne peux à la fois être un ange et disposer d’un corps et d’une âme, c’est radicalement impossible, ce n’est pas ma vocation ! Les anges n’ont pas d’âme, ils sont du rang des esprits divins, et ils sont aux côtés des humains qui s’éveillent à Dieu, et qui deviennent par leur foi, un pont entre ce monde et Dieu. Avec eux, l’Homme peut accomplir sa Tâche, celle de servir la Vie. Alors ne mélangeons pas les genres, et redonnons à chacun sa juste place !

Selon elle, je serai entouré d’anges qui dorment ou jouent.

Si les anges dorment ou jouent, c’est leur prêter un impossible anthropomorphisme, car il n’a pas de corps, et tout au plus peut-il juste en prendre une apparence. L’ange est un esprit, et celui-ci n’a pas besoin de repos contrairement au corps. Alors si l’ange accompagne celui qui est sur la voie de l’éveil, le sommeil lui est inconnu. Quant à en avoir une vingtaine, alors, je serai un de ceux qui possède alors un rang bien plus supérieur à l’humain. Est-ce à dire que je serai alors de rang divin ?

Arrêtons-ici les délires !…

Je vous le redis l’Ange est celui qui aide l’humain à devenir l’Homme, certes il sait qu’il ne pourra lui-même jamais l’être mais avec l’Homme la Tâche est grande : donner la vie au monde au rythme du Cœur sans ne jamais s’arrêter.

A ceux qui se permettent d’envoyer de tels messages en vue d’obtenir en retour une récompense, une bénédiction ou une bienveillante surprise, je leur dis : vous ne savez pas ce que vous faites ! Car en réalité, il n’y aura jamais rien, tout n’est que mensonge et, qui plus est, vous vous permettez de le portez à la multiplication en incitant les autres à le retransmettre.

Je vous invite à relire le message précédent, Gitta Mallasz connaissait bien le monde de l’Ange, elle n’en n’a jamais parlé à tort, toute sa vie fut une quête de la vérité de Soi, et pourtant son dernier écrit huit jours avant sa mort est très éloquent au sujet du mensonge. Jamais elle ne s’est autorisée à faire mentir les anges.

Voici un conseil :

N’envoyez jamais à vos proches et amis des messages dont l’information n’est pas de première main, et si cela devez l’être, contrôlez en toujours la véracité des faits. Si cela est impossible, ne transmettez rien.

Et maintenant, je m’adresse à tous ceux qui un jour ont osé transmettre en toute quiétude, ce type de message au sujet des anges, je leur demande de bien vouloir répondre pour eux-même à ces questions :

Voyez-vous les anges ? Si oui, les entendez-vous ? Si oui, depuis que vous les entendez, votre vie a-t-elle pris son envol spirituel ? Si oui, connaissez-vous votre Tâche ?

Si parmi vos réponses s’y trouve un seul non, c’est que par votre parole à travers ces chaînes plombées vous avez manqué à la vie, et à la vérité. Et sachez que les cadeaux attendus sont toujours poison pour l’Âme.

Et voici mon tout dernier conseil :

 Ne faites jamais mentir les anges, cet irrespect appartient au diabolique !

A 85 ans je vois ce milliard de mensonges….

Huit jours avant qu’elle ne meure, Gitta Mallasz, le scribe des Dialogues avec l’Ange, ce récit de cette merveilleuse rencontre que quatre jeunes gens firent durant la guerre avec l’ « Ange » ou le « Maître intérieur ». Trois d’entre eux périront par la suite en camp de concentration, et Gitta la survivante n’aura de cesse d’entretenir tout le restant de sa vie le dialogue avec son Ange. Voici le dernier texte qu’elle rédigera :

« Elle se coucha. Jamais plus elle ne se relèverait.

En éteignant, ce soir-là, toutes ses lumières, j’ai vu sur son bureau un petit mot écrit à la main :

 

« Je tourne de plus en plus autour du Verbe. Mais qu’est-ce que je désire tellement découvrir ?

Quelle est cette nostalgie si puissante qui agit en moi envers la vérité ?

La terre, les plantes, l’animal ne mentent pas, ils n’ont pas reçu la parole ;

Les Anges ne mentent pas, ils n’ont pas reçu la parole ;

mais moi, dès ma naissance, je mens.

Depuis 85 ans j’ai semé un milliards de mensonges.

A 85 ans, je vois ce milliard de mensonges qui portent des millions de fruits qui empoisonnent la terre.

Comment effacer tout cela de la mémoire de la terre ?

Seulement, en étant capable à la fin de ma vie de prononcer le Verbe de lumière – mon vrai Nom.

Alors j’effacerai le mensonge de la face de la terre et je n’aurai pas vécu en vain. »

 

Bernard Montaud, Le testament de l’Ange,

les derniers jours de Gitta Mallasz, Albin Michel

 

 

Les animaux ont une conscience et les humains perdent la leur

Me faisant visiter sa stabulation où s’y trouvaient des bovins, mon ami me dit : « Vois-tu cette vache, elle n’est pas commode, elle est bougonne et la relation avec elle reste très particulière voir difficile. Quelque part, j’ai beaucoup de difficulté à l’approcher comme si elle me fuyait, et par ailleurs, j’ai l’impression d’une grande tristesse en elle, et cet état de fait, je l’ai ressenti dès son arrivée. »

Prenant du recul, environ une dizaine de mètres, je me mis alors à poser mon esprit sur elle, et je l’invitais dans le silence à venir poser le sien sur moi. Celui-ci commença à le déplacer mais je vis qu’à mi-distance, il ne pouvait aller au-delà. Alors, en lui envoyant beaucoup de confiance et d’amour, en l’invitant à rejeter sa peur, je vis finalement son esprit enfin se poser et entrer en moi, le contact était établi.

Elle me regardait et moi de même, quand soudain elle se mit à pleurer à gros sanglots. Je vous avoue, que ce fut pour moi une découverte de voir une vache pleurer de la sorte. Pendant tout ce temps, son émotionnel négatif partait, ses mauvais souvenirs disparaissaient.

Le lendemain, cette vache était désormais dans une relation beaucoup plus calme et apaisée avec mon ami, et elle se laissait approcher sans difficulté, apparemment sa tristesse avait disparue.

Les animaux, tout comme les humains ont une intelligence, une vie émotionnelle et une conscience, le jour où l’homme intègrera, ces faits là, dans sa vie, nous serons à l’aube d’un nouveau monde, et nous serons honteux d’avoir pu un jour oser parler, en toute inconscience de la vie des règnes proprement dits, d’un « Nouvel Ordre Mondial » qui pour moi signifie plutôt le retour à l’ancien chaos mondial, autrement dit encore : « Babylone la grande », mais le jour où l’Homme se lèvera alors celle-ci tombera.

Les animaux ne parlent pas, ni ne mentent mais ils sont doués du Verbe comme tout ce qui est vivant sur cette planète. Cela l’homme ne le sait pas, ou encore ou plus exactement, il ne veut pas le reconnaître car les enjeux politiques, économiques, religieux seraient sacrément mis à mal.

Voici, maintenant, un extrait d’un article paru dans la revue Nexus n° 84 de janvier-février 2013, « Non aux brevets sur les chimpanzés ! » lequel fait écho à ce que je viens de vous dire.

« …. Doués de conscience. Il ne reste plus qu’à espérer que la Déclaration de Cambridge sur la conscience animale, proclamée en juillet dernier (2012) à l’Université de Cambridge (Royaume Unis) par trois éminents neuroscientifiques, David Edelman, Philip Low et Christof Koch, à l’occasion du premier rapport annuel de la Conférence Francis Crick, codécouvreur de la structure de l’ADN, qui consacra les dernières années de sa carrière à l’étude de la conscience, ne restera pas lettre morte. Cette déclaration affirmait en conclusion :

« Des preuves convergentes indiquent que les animaux ont les bases neuroanatomiques, neurochimiques et neurophysiologiques des états de conscience, ainsi que la capacité d’exprimer des intentions. Par  conséquent, les preuves sont là qui indiquent que l’être humain n’est pas le seul à posséder le substrat neurologique propre à engendrer la conscience. »

L’animal, ce visionnaire de l’invisible, cet autre garant de la vérité !

Un jour, j’arrive chez une personne, laquelle possède deux calopsittes, sorte de très grandes perruches. Dès mon entrée dans sa maison, celles-ci s’affolent et crient, l’hôte des lieux s’inquiète de voir ses animaux se mettre dans un tel état. Manifestement, la façon qu’elles ont de me regarder et de s’agiter toujours en ma direction m’indique qu’elles sont dérangées voir apeurées par des réalités invisibles qui m’accompagnent. De fait, nombre d’âmes m’accompagnaient, toutes assemblées autour de moi.

Certes, je ne suis pas toujours en train d’observer l’invisible mais lui vous observe, et ne vous quitte jamais des yeux, si j’ose dire. Aussi parfois, vous vous trouvez accompagnés sans le savoir par des présences en attente de votre aide. Si l’invisible révèle qui vous êtes et de si vous ne pouvez échapper ou vous cacher de lui, alors dans l’au-delà, il est très facile d’être déjà connu par ceux qui s’y trouvent.

C’est toujours le risque lorsque vous êtes passeur d’âme, et je sais qu’une sorte de lumière émane de vous qui fait que dans l’au-delà, vous êtes reconnu et identifié dans votre mission.

Quoiqu’il en soit, le lendemain, de retour chez elle, j’ai alors pris bien soin d’être seul à mon entrée dans la demeure, et là ses calopsittes étaient devenues calmes et, nul cri ne se faisait entendre, et ce qui était impossible la veille.

Il y a tant de signes de l’invisible dans la vie de tous les jours, mais nous ne les voyons pas. Ce qui devrait nous surprendre, et nous questionner passe malheureusement inaperçu.

Ce comportement  des oiseaux m’était familier parce qu’à la même époque, je possédais aussi deux perruches.  Et comme signal d’alarme au niveau de l’invisible, elles sont les championnes. Chaque fois qu’elles se manifestaient bruyamment avec agitation et cris, je savais qu’en mon espace de vie, il y avait une intrusion dans l’invisible. Et la direction vers laquelle elles regardaient, m’indiquait toujours l’endroit où se trouvait l’entité ou l’esprit malveillant, et que je pouvais voir. Une fois l’équilibre et l’harmonie des forces revenues, elles retrouvaient leur calme.

Parfois dans les quelques secondes précédant la réception d’un appel téléphonique, elles se mettaient à crier. Cet état de fait m’était toujours un indice sur la nature même de celui ou celle qui m’appelait. Certaines personnes se rendent présentes au niveau dans l’invisible sous forme d’esprit malveillant. Et de fait, les perruches étaient capables encore de les détecter.

 

Je tiens à vous présenter parmi bien d’autres histoires, deux situations de vie particulièrement éclairantes :

Voici la première :

J’étais allé à un stage de chamanisme, et à la tombée de la nuit au moment de commencer la cérémonie, deux chiens appartenant à certains des participants se mettent à hurler en permanence et à s’agiter manifestant une réelle peur. Je sonde alors le lieu où nous nous trouvons et je m’aperçois que les énergies environnantes sont particulièrement malfaisantes dues à la présence conséquentes d’entités de bas astral. Quant au chamane, à aucun moment, il n’a ressenti ces présences alors qu’il aurait dû.

Quant à la seconde, la voici :

Ce soir-là, une de mes amies m’appelle au sujet de sa chienne qui de nouveau est agitée et toute tremblante. Je lui dis : « Ta chienne est en train de regarder en direction de l’escalier, et la présence qu’elle voit et ressent est à la mi-hauteur de celui-ci ».  De fait, elle me confirme ma vision, et je procède donc à la régulation de cet incident. Si tôt l’entité partie, sa chienne est allée dans l’escalier sentir la place qui avait été occupée par celle-ci. Et finalement, elle avait retrouvé son calme.

Le monde animal voit et sent vraiment l’invisible et il tente, parfois, à vous alerter d’un danger provenant de lui. Si la réalité non ordinaire peut être garante de la vérité des choses et des êtres, comme je le disais dans mon dernier message, les animaux perçoivent naturellement l’invisible, et pour eux, il n’est pas question d’y croire ou non. Sachez que jamais personne ne pourra leur inculquer sa non existence.

La réalité non ordinaire est pour eux parfaitement naturelle, et  ils voient notre monde sur ses deux plans : le visible et l’invisible.

Quant à l’humain, il a rejeté ses capacités à vivre et à intégrer l’invisible dans l’ordinaire des jours, ce qui lui permet de tout détruire autour de lui, impunément, sans aucun état d’âme.

Sa vie est vide de sens, artificielle, et totalement irrespectueuse de la vie des autres règnes : minéral, végétal et animal. Quant au mot vie, en connait-il encore la signification ?

En refoulant sa perception de l’invisible, l’homme est en permanence sous le joug de l’illusion, et de la manipulation principalement la celle de l’humain par l’humain et ensuite celle de tous les règnes vivants pour lui-même. Aussi, dans une totale inconscience se permet-il d’échafauder des théories sur sa fausse réalité, à partir des quelle, il pourra, finalement, s’autoriser à transformer la réalité de ce monde, avec des principes irrespectueux du Vivant.

Avec lui, le végétal, l’animal et l’humain est devenu question de manipulation, de brevet, et d’appartenance… Mensonge !…

Aujourd’hui, je crois pouvoir dire qu’à ce jour, le monde animal est bien plus évolué que le nôtre, et qu’il possède probablement plus de discernement que les 99.99 % de l’humanité. Il voit ce monde à 100 % de ce qu’il est, et si pour lui la vérité lui est connue, l’inhumanité de l’homme l’inquiète de plus en plus. Les humains quant à eux ne connaissent que 40 % de leur réalité, et ils s’ignorent eux-mêmes.

« Connais-toi et tu connaîtras l’univers et les dieux », disait Socrate. Mais pour les hommes, cette devise est devenue par l’entremise du malin : « Ignores toi,  et tu ignoreras l’univers et les dieux, enfin tu seras maître de la création, je t’en donnerai toutes les richesses pourvu que tu t’ignores. Tu seras libre ! » L’homme fit sienne cette devise et depuis sans état d’âme, il détruit cette planète chaque jour de plus en plus pour le grand bonheur du mal.

Alors, ce monde animal, écoutez-le, il a tant de chose à vous dire sur votre vie mais pour la plupart d’entre vous, cette idée est malheureusement totalement inconcevable !… Tant que vous vous attacherez à vous tenir loin du monde animal, tout comme celui du végétal, vous resterez toujours loin… très loin de votre humanité !

Souvenez-vous, et comme je vous l’ai déjà dit précédemment : l’animal possède une âme, tout comme vous, et vous en êtes responsable à moins qu’elle ne soit, déjà, vendue au diable pour un quelconque bénéfice secondaire substantiel, et si c’est le cas, j’ai bien peur que l’animal ne pourra plus rien pour vous !

Un garant de la vérité : l’invisible

Recevoir une demande d’aide au sujet des énergies, n’est pas anodin, et un bon discernement se doit d’être de de mise, surtout lorsqu’il s’agit d’un dégagement de magie.

Cette fois-là, courant la discussion avec Mme S. qui me demandait d’assurer un dégagement de magie noire faite sur elle, je me rendis compte d’une certaine incohérence dans sa présentation des faits. En effet, sur ses plans vibratoires étaient en totale contradiction avec ses dires, et soudainement je pris conscience de son subterfuge.

En réalité, cette consultante faisait elle-même la magie noire. Certes je pouvais constater de la magie adverse agissante sur elle mais elle ne pouvait me dissimuler sa propre pratique de celle-ci. Il était aussi aisé de prendre conscience qu’elle était en train de subir un retour de bâton lequel attestait une fois de plus ses actes néfastes, contraires à la Vie.

Devant une telle situation, et avant de faire quoi que ce soit, il me fallait lui signifier ma découverte, et lui demander de bien vouloir s’expliquer là-dessus. Cette fois-là, sur un ton péremptoire, Mme S. m’affirma que je me trompais totalement, et que jamais de la vie, elle n’avait touché à la magie. Mais, ce que je voyais étais bel et bien là, cette femme manifestement me mentait. Je pris alors la décision de ne pas donner suite à sa demande de dégagement, et lui dit qu’elle pouvait revenir me voir lorsqu’elle sera dans de meilleures dispositions à l’égard de la Vie.

Quelques jours plus tard, me vint une nouvelle demande d’aide d’une autre personne : Mme G., cette fois-ci, il s’agissait de son appartement dans lequel elle s’y sentait de plus en plus mal. Dans la discussion, elle m’avoua l’avoir fait dégager par une personne qui travaille dans les énergies mais elle n’en n’avait vu aucune amélioration. Curieusement, ce qui avait été fait en ce lieu ressemblait à de la magie, mais il me fallait m’en assurer les faits. Qui était celui ou celle qui avait procédé au dégagement et quelle avait été sa méthode ?

Je lui fis donc part que selon moi, ce qui avait été pratiqué était loin d’être favorable pour l’appartement, bien au contraire, l’appartement ne s’en était que plus alourdi vibratoirement.

C’est alors, que Mme G. m’annonça que je connaissais la personne responsable rituel. C’était cette femme à qui j’avais décliné à sa demande d’aide : Mme S., laquelle m’avait soutenu n’avoir jamais fait de magie de toute sa vie.

Quant à la cérémonie, elle consistait, selon le rituel, à égorger un poulet et à répandre son sang dans l’appartement afin de le purifier.

Voyez-vous, lorsque votre amour pour la Vie tend vers l’unité, voir la sincérité, la vérité des personnes devient possible. Être dans la vie et l’honorer, ou la bafouer et la maltraiter, je suis désolé de vous le dire, cela se constate dans l’invisible, et il vous est impossible de vous cacher de cet état de fait. L’invisible, révèle toujours ce que nous sommes en profondeur, la Vie ne masque rien, seul les hommes savent composer avec le mensonge, et sont passés maîtres dans l’art de l’illusion auprès des leurs.

Mais l’invisible, ne se prête pas à ce jeu !

Pour cette personne qui m’assurait n’avoir jamais fait de magie, son discours était en totale incohérence avec le mensonge qui émanait de la partie invisible de son corps, sa pratique de la magie noire se voyait très distinctement. Répondre à sa demande aurait été ne pas respecter la Vie puisque toute l’existence de cette personne penchait vers le mal, et que sa réelle intention était de pouvoir continuer son travail destructeur avec plus de force encore.

Le jour où nous sortirons tous de notre cécité, que les humains commenceront à retrouver le plein usage de leurs yeux, alors nous ne pourrons plus nous mentir les uns les autres, pour le plus grand malheur de nos dirigeants politiques et des funestes financiers de ce monde. L’invisible sera notre garantie de la vérité. Nous nous verrons enfin tels que nous sommes, il ne sera plus possible de vivre dans ce grand mensonge permanent, et nos actes seront toujours en accord avec nos paroles. Notre existence sera en parfaite adéquation avec la Vie. Ce jour-là, le jugement sera sans appel possible. Réjouissez-vous, ce jour commence à poindre !…

Serviteur inutile, le gardien de la vie !….

Un bébé, depuis bien des nuits avait des crises d’angoisses avec hurlements incessants au point d’en inquiéter les voisins de l’immeuble, la maman sortant de chez son médecin traitant me fit part de son inquiétude quant à son enfant. Mais pour elle, un traitement médicamenteux n’était pas la bonne solution, et elle cherchait à comprendre le pourquoi de son état, d’autant plus qu’à d’autres moments de la journée, il ne cessait de s’agiter et d’hurler encore.

Ainsi le simple fait de le mettre dans sa poussette, pour aller le promener, le mettait à nouveau dans un stress et une angoisse incroyables. Par la rumeur publique, elle avait appris, que  des personnes du village s’interrogeaient à son sujet d’une éventuelle maltraitance. De fait, si cette situation avait perduré, je pense que nous n’en serions pas arrivé bien loin.

Mais concrètement, pour ce bébé, que se passait-il ?

Tous les bébés voient l’invisible, et il ne faut pas se leurrer ce qui est à voir n’est pas toujours de toute beauté. Pour celui concerné par cette histoire, sa vision été effrayante, et j’ose même penser que cela n’était pas sans conséquence pour son développement psychique futur, si rien n’avait été fait.

En réalité, dans l’appartement de ses parents, ainsi que sur sa poussette, existaient des entités de type vampirisant, laides et repoussantes qui ponctionnaient énergétiquement l’enfant pour lui prendre sa force vitale. Vous avez tous été confrontés à ces entités, un jour ou l’autre sans le savoir mais à leur contact vous êtes, à chaque fois, grandement fragilisés sur le plan des ressources vitales, et votre comportement se met à changer : irritabilité, fatigue, stress, insomnies….. Certes, vous n’en n’avez aucun ressenti mais sachez qu’elles viennent se repaître auprès de vous, de jour comme de nuit. Mais dans le cas du bébé, non seulement, il les voit mais il peut même en éprouver des sensations très désagréables lors de la ponction pour son prélèvement énergétique.

Ne rien faire, c’est bien souvent ce qui se passe puisque personne n’en sait rien et que cette réalité n’existe pas. Quoi qu’il en soit, pour le bébé ou l’enfant, le message qui lui est alors adressé sous forme d’un grand silence peut se traduire par ceci : «Tu sais mon enfant, sur cette planète,  il y a des prédateurs, tu es fait pour être mangé. Ta venue sur terre se résumera à ceci : être la proie des prédateurs. Nous n’y pouvons rien, c’est la loi de ce monde. Sois docile, c’est la seule chose qu’il nous incombe d’être. »

Et l’enfant, au niveau de son inconscient, va se formater dans ce système mémoriel actif qui donnera, par la suite, naissance à une histoire matricielle personnelle qui pourra être celle-ci par exemple : « Ta vie ne t’appartiens pas, d’autres la possèdent déjà et te la dévoreront à loisir. Il ne sert à rien de te rebeller. ». Concrètement cela signifiera : peur, introversion, timidité, docilité excessive, incapacité à contester quoi que ce soit…. Bien sûr, cette histoire matricielle devra s’accorder avec toutes les autres, déjà pré-existantes, surtout celles de la famille pour devenir par exemple : « Oui, nous sommes faits pour être dévorés, et la famille fera de même avec toi en t’annexant à son histoire, en t’obligeant à être ce que tu n’es pas. Elle te prendra aussi ta vie mais prends patience, à ton tour le jour venu, tu en feras de même avec tes enfants. C’est la loi ! », parfois encore en fonction de la psychologie groupale : « Mon enfant, nous sommes faits soit pour être la proie ou être le prédateur. Voilà, l’unique choix qui s’offre à toi. Il est urgent que tu prennes ta place, nous t’y aiderons. Tu dois appartenir au clan des plus forts. C’est là que repose la force de notre famille, sinon nous te mangerons !»….

Si vous aviez connaissance de toutes ces histoires matricielles en place dans votre inconscient, et que vous étiez capables de les inactiver par simple effacement, l’humanité changerait son regard sur le monde tout naturellement. Il ne s’agirait plus de le penser dans un rapport : proie/prédateur, et elle se devrait alors d’abandonner cette unique notion référentielle et destructrice : « gagne celui qui prend la vie des autres, y compris celle de la planète ». Bien au contraire, il faudrait penser notre monde en termes de « don de la vie » capable de mettre en échec la loi du plus fort, celle du prédateur.

Pour revenir à notre histoire, l’enfant souffrant, stressé, angoissé par les entités vampirisantes va imprimer, lui-même, par imprégnation dans le tissus vibratoire de l’appartement ses émotions. Elles sont désormais capables de perdurer dans le temps et d’induire chez tous ceux qui y habiteront les mêmes désordres psychologiques. Désormais, les futurs occupants de ce lieu, ressentiront à leur tour ces désagréments psychologiques non sans conséquence pour leur vie et leur équilibre.

Quant à la mère, par rapport à son rôle, face au doute émis par les villageois quant à ses capacités parentales, demandez-vous, un instant, quelles auraient pu être les incidences sur l’histoire de cette famille, à plus ou moins court terme.

Quoi qu’il en soit, après avoir dégagé l’enfant de toutes les entités, et nettoyé le tissus vibratoire de l’appartement, tout est rentré dans l’ordre. Personnellement, je ne suis pas allé sur le lieu, et je n’ai pas rencontré le bébé mais tout a été accompli à distance.

Ce genre d’incidents avec les bébés est très fréquent, et aujourd’hui encore je reçois nombre d’appels téléphoniques pour me demander de remédier à cette situation.

Pour résumer je dirai, que l’histoire matricielle est fondée sur le « prendre » avec ses conséquences logiques inconscientes mais réelles dans les faits, rapport : dominant-dominés, riches-pauvres, maître-esclave….

Sortir de cette histoire matricielle, c’est :

Comprendre, vivre et assumer que la vie est un don que vous en êtes responsables, que vous vivez sur un mensonge quotidien, celle de la loi du « prendre ». Alors, c’est opter pour celle du « donner » ayant pour adage : « Ma vie nul ne la prend, mais c’est moi qui la donne. » (Jean 10.18), tout cela parce que j’ai compris que la vie de l’arbre ou de la planète est ma vie, ni plus ni moins, que j’ai la responsabilité d’en prendre soin.

C’est devenir capable de casser la logique de l’histoire matricielle, d’en effacer son existence et cela de l’effectuer dans la paix avec la plus grande des simplicités pour le bien de la vie des humains et de cette planète ainsi que de moi-même, parce qu’alors plus de vie advient autour de moi et en moi.

C’est être apte à ne plus créer d’histoire matricielle, ni à tomber en sa soumission en toute conscience.

Sortir de l’histoire matricielle, se résume à ceci : vivre véritablement en étant au service de la Vie.

Alors, je vous dis tout de suite, il ne sera nullement question de récompense. Vous serez des « serviteurs inutiles » parce que jamais plus vous n’accepterez d’être dans la loi de la mort celle du maître-esclave. Inutiles, parce qu’aux yeux des hommes être hors de cette loi est totalement irrecevable. C’est sur cette loi majeure que l’humanité est conditionnée dans une absurde fidélité. Vous serez inutiles parce que désormais vous aurez fait le choix conscient d’être hors de celle-ci.

Votre plus beau témoignage, le voici :

–  Assumer votre fonction de serviteur de la Vie laquelle est certes inutile pour l’esprit de ce monde qui la renie constamment, mais c’est en cela que se fonde votre véritable liberté.

–  Refuser la logique d’être le dernier pour un jour être à la première place auprès de Dieu, fusse-t-il même le serviteur des serviteurs ; car c’est là encore une vue des hommes mais pas celle du transcendant. Voilà l’essence même de l’humilité.

Votre véritable richesse, et votre force réside en ceci : la Vie ne prends aucune place, elle est ! Vouloir occuper une quelconque place, c’est encore être sous une logique matricielle, toujours créatrice d’histoire mortifère. La Vie n’est au service de personne, et n’accepte nullement cette notion, tout au plus serait-il juste alors de dire : ……. !?

Mais les mots me manquent pour traduire cela. Heureusement merci !