« Vos mesures vibratoires sont erronées…. »

Nous étions une quinzaine de stagiaires, l’objectif du stage : «Développer son ressenti». Exercice après exercice, je n’arrivais jamais aux mêmes résultats que les autres, ils étaient la plupart du temps inversés. Un autre stagiaire qui connaissait et pratiquait déjà le magnétisme vint me dire qu’il avait le même problème et qu’il ne comprenait pas. Il avait de la pratique dans le magnétisme, il l’exerçait depuis quelques années. Lorsque nous avons demandé à l’enseignant du stage, le pourquoi de cette constante distorsion, il nous a dit : «Vos mesures sont erronées, vous avez inversé vos polarités.» Quant à nous en dire plus sur le comment et le pourquoi de cette inversion, il n’avait malheureusement pas de réponses à nous donner.

Lire la suite : Vos mesures vibratoires sont erronées

 

Ma meilleure amie… sorcière ! ?… N’importe quoi !

En 2013, Mme W. me lance un appel au secours car personne ne parvient à l’aider. Elle se sait envoûter mais nul n’arrive à casser le maléfice. Sa vie, jour et nuit , est un enfer. Son sommeil impossible, douleurs dans tous les membres… Bien sûr, je perçois bien la réalité vécue par cette femme à ce moment et je ne peux qu’acquiscer à ses dires. Elle est loin d’être folle.

Aussi pour l’aider et comprendre la dynamique de cet envoûtement, je recherche son auteur. Je commence par ses proches et lui demande de me nommer, par leur prénom, une à une toutes ses amies quand soudain une personne, parmi toutes celles citées, m’apparaît sans hésitation possible, comme étant l’instigatrice de cet envoûtement. « Stop,c’est celle-là ! » lui dis-je.

Un long silence s’intalla, je la sentais comme stupéfaite, j’avais l’impression d’avoir fait un crime de lèse-majesté, sa réponse fut celle-ci : «Alors là, Monsieur, c’est du n’importe quoi, je vous assure vous faites erreur ! Cette femme est ma meilleure amie. Voyez-vous tous les jours nous allons à la messe et nous prenons la sainte Eucharistie, puis l’après-midi nous nous retrouvons chez moi pour prier à ma délivrance», mais je ne cherchais pas à me rétracter, certain de ce que j’avais perçu je lui reconfirmais ce que j’avais discerné sur elle et sur son amie.

Si elle ne pouvait l’entendre immédiatement, j’avais l’intime conviction que les choses se dévoileraient un jour. La communication téléphonique en resta là.

Six mois plus tard Mme W. m’appela et se confondit en excuses : «Monsieur vous aviez raison et je vous prie de bien vouloir m’excuser pour ne pas vous avoir cru. Souvenez-vous de cette meilleure amie dont vous me disiez qu’elle pratiquait le mal, nous l’avons découverte, un matin, morte sur sa table de cuisine. Elle était entrain de procéder à un rituel de magie noire. J’ai encore du mal à y croire. Quand je pense qu’elle ne savait que faire pour se rendre utile à tout le monde et tous la louangeait. Vous vous rendez compte, nous allions ensemble à la messe tous les jours !»

C’est une constante dans mon travail, combien de fois suis-je obligé de mettre en garde les personnes contre leurs meilleur(e)s ami(e)s. Je dis toujours l’excès de gentillesse, d’attention prévenante cache la plupart une montruosité.

Chaque fois que je débusque ou démasque un sorcier ou une sorcière, j’ai toujours la même réponse à peu près en ces termes : « il n’est pas possible que cette personne, si profondément bonne et irréprochable, soit ce que vous dites !»

Alors me direz-vous en qui pouvons-nous faire confiance, comment identifier la nature profonde d’un individu ? Comment savoir si l’un de mes amis proche est malveillant ?

Pour y arriver, il faut pratiquer le discernement et celle qui s’y aventure se doit de regarder la réalité en face. Voir la vérité de ce monde n’est pas facile, c’est décevant et cela peut vous faire peur?

Pratiquer le discernement n’a de sens que si vous entreprenez de changer votre réalité. La compromission n’est plus possible avec l’ancien monde maléfique, et de nouveaux choix s’imposeront à vous. Il y a aussi une autre conséquence et non des moindres, qui pourrait vous déstabiliser : le regard de vos proches lesquels, s’ils n’entrent pas dans la même démarche que vous, vous prendront pour un malade, un déséquilibré, un transgresseur.