Du devoir de gestion des matrices ou des champs morphiques….

Pourquoi le travail accompli dans le rééquilibrage d’un lieu n’opérait-il pas pleinement l’effet escompté ? Cette question je me la suis souvent posée devant les échecs parfois rencontrés. Parfois, le soin semblait d’une totale inefficacité tant sur les lieux que sur les personnes. Au vu des corrections accomplies, il aurait dû en être tout autrement, et je ne trouvais plus rien à corriger. Dans ce cas précis que dire, comment expliquer une telle situation ? Quelle explication donner aux personnes déçues dans leurs attentes ? Sur quoi avais-je fait l’impasse ? Quelle clé me manquait-il ?

Lire la suite : Du devoir de gestion des matrices ou des champs morphiques…._

 

Lorsqu’un chat s’exprime sur l’invisible….

L’animal a des émotions mais quand il les exprime avec force au point d’en agacer son maître par ses miaulements, ce n’est jamais sans raison. Dans le cas suivant, c’est l’invisible la source du problème. Sitôt la cause de l’agitation émotionnelle levée tout rentre dans l’ordre comme si de rien n’était.

Je viens d’accomplir un soin infirmier chez Mme S., lorsqu’au moment de partir, je lui demande des nouvelles de son chat « Arthur » qui habituellement était toujours auprès d’elle et que je n’avais pas eu le plaisir de voir. Aussi me fait-elle part des désagréments qu’elle a avec lui.

Depuis 15 jours, de jour comme de nuits,  il a des miaulements de forme plaintive pouvant laisser croire à une souffrance physique. Il y dix jours, elle est allée chez le vétérinaire qui suite à un bilan sanguin a détecté un problème d’ordre thyroïdien. Toutefois, la mise sous traitement médicamenteux n’a rien changé à sa situation. Son comportement reste identique.

Devant ces informations, je lui fais part de mon premier ressenti à savoir qu’il y a de fortes énergies négatives dans sa maison au point que son miaulement est pour moi l’expression d’un danger pour elle. Aussi me permet-elle de faire un petit bilan métabiologique du lieu.

Bilan réalisé, je lui fais part qu’il y a un grand nombre d’entités qui résident en sa chambre et que l’une d’elles bloque l’entrée de la chambre. Par ailleurs au niveau du rez-de-chaussée s’y trouve aussi beaucoup de désordre vibratoire et quant à l’étage, celui-ci s’avère par contre nettement plus léger.

A la présentation rapide de ce bilan, elle  me confirme qu’actuellement l’endroit où Arthur est le plus calme, c’est effectivement à l’étage. Quant à la chambre, elle a toujours remarqué que le chat regardait l’entrée de la chambre comme si quelque chose l’empêchait d’y entrer.

Je propose donc à Mme S. d’alléger la qualité vibratoire de son lieu espérant dans la foulée pouvoir aider Arthur à se pacifier, et voir son état général s’améliorer. Celle-ci acquiesça sans problème étant ouverte à l’existence de la réalité non ordinaire. Une fois chose faite, et quelque temps plus tard, je suis de retour chez elle, pour un bilan sanguin, et j’ai eu l’heureuse surprise de voir me S. en meilleure forme, se disant elle-même nettement moins fatiguée et dormant d’un sommeil plus profond et surtout un visage beaucoup plus rayonnant de savoir son chat dégagé de cette tristesse et de ses miaulements incessants si déchirants. Aujourd’hui, le chat revient passer ses nuits avec sa maîtresse, ce qu’il ne faisait plus depuis plus de quinze jours.

Les animaux, s’ils peuvent porter un temps, nos poids et nos peines, s’ils peuvent prendre sur eux un temps nos souffrances et nos maladies, il arrive parfois qu’ils sont aussi là pour nous prévenir d’un danger à venir et de l’urgence à travailler à ce que cela ne soit pas. Tout le problème étant de comprendre leur langage, et d’être au même diapason qu’eux, c’est-à-dire d’accepter qu’ils puissent nous parler de cet invisible que nous refusons de voir et d’entendre.

Si l’invisible source notre réalité et que celui-ci est perturbé alors il ne peut engendrer que du désordre : physique, psychique et spirituel.

Les animaux sont là pour nous rappeler que nous seuls avons reçu ce don merveilleux de pouvoir restaurer l’équilibre des forces présentes dans l’invisible. Ils savent que nous le pouvons, nous l’avons peut-être oublié aussi sont-ils là pour nous raviver la Mémoire.

Olfaction de l’invisible par le monde animal

L’animal perçoit l’invisible, il le voit mais aussi le sent. Le chien, par exemple, possède cette particularité de ne pas aimer les vibrations négatives, et son olfaction si sensible fait qu’il peut et en toute situation ressentir et manifester de par son attitude réactionnelle quelque chose de l’invisible dans son aspect négatif.

Courant avril 2014,  mon chien Otello m’a fait vivre une expérience jusque-là jamais rencontrée. Habituellement dans la maison il occupe toujours la même place sur le canapé mais voilà que durant deux jours celui-ci rechigne à y rester. Cette attitude d’évitement de sa part ne m’est pas étrangère et je sais par expérience qu’elle est souvent due au fait qu’une entité squatte son lieu de repos, mais voici qu’un second indice m’apparait inhabituel dans le fait qu’il sente sa couverture ainsi que le sol tout autour de lui.

Convaincu d’une présence, je cherche à la détecter mais cela s’avère infructueux : rien sur le canapé, rien dans la maison. Ne trouvant rien de probant, ne sentant rien moi-même sur le plan de l’invisible, je pense alors à l’émanation d’un effluve qui serait sur sa couverture en lien avec le parfum de lessive ou je ne sais quoi, mais cela ne m’expliquerait pas du tout pourquoi son olfaction du sol. Quoiqu’il en soit je décide de lui changer la couverture et là il accepte de retourner sur son canapé mais cela le sera pour un très court laps de temps. Après y avoir séjourné environ deux heures soudainement le même scénario se reproduira : renifler sa couverture, et soudainement quitter son lieu. Indubitablement, je suis là en présence d’un fonctionnement de mon chien lié à l’invisible mais lequel pour l’instant m’échappe.

Le troisième jour, vers 5 heures de matin, avant de me rendre au travail, je suis toujours résolu d’essayer de comprendre ce qui se passe, alors je décide de prendre mon café en lieu et place qu’Otello occupe habituellement. La maison est calme, pas de mouvement, pas d’odeur de cuisine et pas de fenêtre ouverte. Soudainement voilà qu’à mon tour je sens qu’émane une odeur très nauséabonde, voir pestilentielle, et je la connais bien, elle est propre à ces entités qui viennent du monde d’en-bas ou encore qui sont souffrantes, attaquées, blessées par des forces mauvaises. Seulement, il y a un hic : aucune entité ne se trouve sur le canapé ou dans l’habitation alors qu’olfactivement j’en sente une moi aussi. Je suis donc en présence d’un scénario jusqu’alors inconnu.

Perplexe, je me dis : « Il faut chercher au-delà de cet espace, et si l’entité se trouvait dehors ? ». Et quelle ne fut pas ma surprise de la découvrir à même plaquée sur le mur où se trouvait adossé de l’autre côté le canapé. De l’intérieur, mon clair-ressenti ne me permettait pas de la détecter, mais seule la claire-olfaction m’autorisait à dire que j’étais bien dans l’environnement d’une entité mais pas forcément présente dans la demeure.

Une fois l’entité trouvée, identifiée et soignée, les effets ressentis furent immédiats : disparition de son odeur et reprise des habitudes de vie de mon chien qui a eu vite fait de reprendre sa place comme si de rien n’était.

Pour aller plus loin :

L’animal, ce visionnaire de l’invisible, cet autre garant de la vérité

Les dauphins déclarés en Inde personnes non humaines

Par Olivier Blond, Directeur éditorial de la fondation GoodPlanet

En France, les animaux sont des meubles. Comme des chaises ou des tables, leur propriétaire peut en faire ce qu’il veut. En Inde, les dauphins viennent d’être déclarés des “personnes non humaines”.

“ On reconnaît la grandeur et la valeur d’une nation à la façon dont celle-ci traite ses animaux”, disait Gandhi. Je connais peu la civilisation indienne et j’aime peu l’idée de juger ou de comparer des sociétés entières, mais cette décision historique, en même temps qu’elle trace des perspectives importantes pour les défenseurs des animaux, met en lumière une zone d’ombre majeure dans notre société française.

Quelle est donc la décision indienne?

Le ministère de l’environnement et des forêts indien vient de décider que les dauphins sont des “personnes non humaines”. A ce titre, ils ne doivent pas être maintenus captifs pour le seul plaisir des humains, aussi la construction des delphinariums est-elle désormais interdite dans le pays.

En un seul texte, ce n’est pas donc pas une mais deux révolutions qui viennent de survenir.

La notion de personne non humaine, tout d’abord. Les dauphins (et en particulier les grands dauphins,Tursiops truncatus, mais pas seulement eux) sont connus des scientifiques pour leur capacités intellectuelles exceptionnelles. Récemment, on a découvert qu’ils avaient une façon bien unique de siffler pour se faire reconnaître par leurs proches et de répondre lorsqu’un congénère les appelle: les dauphins ont des noms et les utilisent pour s’appeler entre eux. Mais ce n’est là qu’une des multiples capacités de ces animaux au cerveau extrêmement développé. Ils ont une forme de conscience de soi, peuvent se reconnaître dans un miroir, utiliser des outils et manier des concepts abstraits, par exemple. Tout cela a amené un groupe de scientifiques réunis récemment à Helsinki à signer l’appel pour les droits des dauphins et des cétacés. (http://www.cetaceanrights.org/)

S’inscrivant dans cet esprit, la décision indienne constitue une avancée majeure pour les défenseurs des animaux. En même temps qu’elle fait des dauphins des personnes non humaine, elle stipule que, “en tant que telles, les dauphins doivent avoir des droits spécifiques”. Bien sur pas les mêmes droits que les êtres humains, mais certains droits quand même. « Tous les cétacés, en tant que personne, ont droit à la vie, à la liberté et au bien être », écrivent les scientifiques de Helsinki.

Mais ce n’est donc pas tout. En reconnaissant aux dauphins le statut de personne non humaine, le Ministère indien a annoncé l’interdiction totale pour toute personne, organisation, agence gouvernementale, entreprise privée ou publique de créer un delphinarium impliqué dans l’importation et la capture de dauphins à des fins commerciales ou récréatives, privées ou publiques.

En effet, «la captivité peut sérieusement compromettre la survie des cétacés en modifiant leur comportement». Et il est “moralement inacceptable de les maintenir en captivité” pour notre loisir…

Par ailleurs, la capture des animaux pour les delphinariums est généralement une opération meurtrière. C’est par exemple le cas du massacre annuel de la baie de Taiji (décrite dans un film remarquable intitulé La baie de la honte) dans lequel un très grand nombre de dauphins est tué pour que quelques animaux soient capturés pour les delphinariums. Quant à la vie dans les delphinariums pour les animaux, elle ressemble à celle dans une prison.

En Inde, plusieurs projets de delphinariums ont donc ainsi été immédiatement arrêtés. (Il en existe 3 en France). Ce dont se sont bien logiquement félicités les associations de défense des animaux, et en particulier la FIAPO, fédération indienne de défense des animaux, qui a œuvré à cette décision.

Pour en revenir à la société française, quand est-ce que nous allons enfin prendre sérieusement en compte le statut de l’animal?

Il est temps que la situation change.

Insolite – Oscar, le chat qui prédit la mort

 

chat oascar

Rhode Island, Etats-Unis. Dans un centre gériatrique, un chat accompagne depuis 5 ans les patients, jusqu’à leur dernier souffle. Le Dr David Dosa raconte dans un livre son étrange rencontre avec Oscar, « le chat qui prédit la mort ».

David Dosa, gériatre,  ne comprend toujours pas. Cela a beau faire plusieurs années qu’il côtoie Oscar, un chat de gouttière blanc et écailles-de-tortue, il reste stupéfait du don de son pensionnaire à quatre pattes. Dans son ouvrage  « Making Rounds with Oscar : the extraordinary Gift of an ordinary Cat »

[« Dernière ronde avec Oscar : le don extraordinaire d’un chat ordinaire », ndlr] paru en Angleterre en janvier aux éditions Hyperion, il raconte comment le félin se pose sur le lit de ses patients quelques heures avant que ces dernier ne rendent l’âme. D’abord relégué au rang « d’ange de la mort », Oscar est peu à peu devenu le symbole des accompagnants. Pour les familles, souvent très éloignées du malade, Oscar est devenu l’assurance que leur vieux parent ne mourra pas seul.

Pour le praticien de nature cartésienne, ce chat est devenu l’incarnation du mystère de la vie et de la mort. Très réservé au début, il est devenu au fil du temps et de ses observations le principal admirateur du félin. Allant même jusqu’à faire publier dans le très sérieux journal scientifique  The New England Journal of Medicine (juillet 2007), un article relatant les faits.

Pour le Dr vétérinaire Philippe De Wailly, auteur du 6ème Sens des Animaux, aux Editions du Rocher (2001), « L’histoire d’Oscar est une histoire plausible parce que les animaux savent… Ils savent exactement, avant nous même, ce qui nous arrive ». Maladie, mort, joie ou peine. « Tous les jours on me relate des faits analogues » explique-t-il. « Les chats sont étonnants et c’est sans doute ce qui explique qu’on leur confère des pouvoirs extraordinaires. D’une manière plus générale, je crois au sixième sens aiguisé des animaux. Il y a des phénomènes métapsychiques, de radiesthésie, qu’eux seuls savent décrypter et comprendre. »

Les chiens ne seraient pas en reste. Pour Philippe De Wailly, « Ils ont les mêmes pouvoirs, voire des pouvoirs curatifs. Ils sont capables de détecter des crises d’épilepsie, des mélanomes, des cancers de la prostate… ».

Et si l’hôpital changeait ? Ouvrait un peu plus ses portes à ces soignants d’un genre nouveau ? « Ce serait sans doute l’une des meilleures initiatives, l’une des choses les plus sages à faire », conclue le docteur vétérinaire.

Extraordinaire histoire !

 Lawrence Antony 4

Lawrence Anthony, une légende en Afrique du Sud et auteur de 3 livres dont le best-seller The Elephant Whisperer, a courageusement sauvé la faune contre les atrocités de l’homme y compris le sauvetage courageux des animaux de zoo de Bagdad lors de l’invasion américaine en 2003 et a réhabilité des éléphants dans le monde entier.

Lawrence Antony 3

Le 7 Mars 2012 Lawrence Anthony est mort.

Il manque a son épouse, ses 2 fils, ses 2 petits-fils et a de nombreux éléphants. Deux jours après son décès, les éléphants sauvages se sont présentés à son domicile mené par deux grandes matriarches. D’autres troupeaux sauvages sont arrivés séparément en masse pour dire au revoir à leur ami humain bien-aimé. Un total de 31 éléphants ont patiemment marché plus de 20 kms pour se rendre à sa maison en Afrique du Sud.

Témoin de ce spectacle, les humains étaient de toute évidence étonnés, non seulement par l’intelligence suprême et par la précision du moment où ces éléphants ont détecté le décès de Lawrence, mais aussi par cette manifestation d’émotion profonde que les animaux bien-aimés ont montée et évoquée d’une façon organisée :

Une marche lente de leur habitat jusqu’à la maison de Lawrence – pendant des jours – en file indienne de façon solennelle.  Alors, comment après la mort d’Anthony, ces éléphants de la réserve qui vivent dans des régions éloignées du parc – ont-ils su?

Lawrence Anthony 2
«Un homme bon est mort subitement», dit le rabbin Leila Gal Berner, Ph.D., «et a plusieurs kms de distance, deux troupeaux d’éléphants qui ont détecté qu’ils avaient perdu un ami cher, ont commencé a se déplacer comme dans une procession solennelle, presque« funèbre « jusqu’à la maison du défunt pour montrer leur respect à sa famille »
«S’il fallait avoir une preuve de la merveilleuse ‘interdépendance de tous les êtres vivants, la voila avec les éléphants de la réserve de  « Thula Thula » dont nous en avons la preuve.

Le cœur d’un homme s’arrête, et le cœur de centaines d’éléphants est en deuil. Le cœur de cet homme a offert la guérison a ces éléphants, et maintenant, ils sont venus pour rendre un hommage affectueux à leur ami. « 

La femme de Lawrence, Françoise, était particulièrement touchée, sachant que les éléphants n’étaient pas revenus chez lui depuis plus de 3 ans !

Mais pourtant, ils savaient où ils allaient.

Lawrence anthony 1

Les insectes et les plantes ont aussi une conscience !

 

« Un autre praticien des techniques chamaniques, shed Lay, explique que l’animal manifeste une conscience collective. Il raconte que cela vaut pour les insectes, et qu’il lui est arrivé de communiquer avec les abeilles. Il est d’ailleurs connu que les anciens apiculteurs d’Europe communiquaient avec leurs abeilles et que lorsqu’ils mouraient, il était coutume de faire une cérémonie pour apprendre la nouvelle aux abeilles. Un cas de mouvement de milliers d’abeilles vers le cercueil de leur apiculteur décédé (au point d’abandonner le butinage pendant plusieurs minutes) a été relaté par la presse anglaise (1).

Shed affirme également communiquer avec les arbres. Il raconte avoir entendu, un jour qu’il marchait dans la nature, la voix d’un acacia l’incitant à poser les mains sur son tronc. Sentant une épine le piquer, il s’est d’abord mis en colère, puis a entendu l’acacia parler en lui : « Je t’ai guéri. Tu ne tousses plus. » Il a constaté en effet que sa toux avait disparu et, en discutant avec un acupuncteur, il s’est rendu compte que l’endroit touché par la piqûre était un point d’acupuncture relié au poumon !

Certains communicateurs animaliers évoquent, tout comme les chamanes, une communication avec les insectes, les végétaux et la nature en général. Magique ? « Si c’est magique, c’est simplement que la vie est magique !, répond Anna Evans. Mais le plus merveilleux c’est que nous sommes tous capables de vivre cette magie ! » Et pas seulement les saints et les chamanes. »

Nexus N° 73, mars-avril 2011, Un goût de paradis perdu, p. 23

1 – In Schul B., Life song : In Harmony with all Creation, Still Pub, 1994

Au commencement était la Conscience !

 

Dans un dernier message : « Les animaux ont une conscience et les humains perdent la leur », je racontais cette expérience vécue dans cette rencontre entre conscience animale et humaine, à partir d’une connexion d’esprit à esprit. Sachez que cette capacité à poser notre esprit sur un animal ou tout autre vivant, nous la possédons tous, mais nous le le savons pas, et pourtant cela je le vis quotidiennement avec les animaux et la nature environnante. Suis-je un être à part ? Non, pas du tout et beaucoup de personnes seraient capables elles aussi d’en témoigner.

Un  jour faisant un stage autour des esprits de la nature, nous étions dix participants autour d’un arbre faisant un cercle, et  alors que nous appelions sur nous l’esprit de l’arbre pour entrer en communication, et voici que je le vis venir et il s’est séparé pour venir se poser sur chacun de nous.

Bien plus tard, je découvris que je possédais cette même capacité d’envoyer mon esprit sur les humains, les animaux et les végétaux, et que tout naturellement, en les appelant, aussi bien pour le végétal que l’animal leur esprit s’approchait avec facilité pour se poser sur moi.

Quand le contact est établi, vous êtes simplement dans une communication non verbale, mais vous pouvez ressentir leur émotion, la proximité d’un danger et leur souffrance même de constater le manque de conscience de la part des humains.

Désormais, lorsque je promène mon chien dans la forêt, je prends soin de la saluer et de faire reposer mon esprit sur chacun des arbres présents, et là très vite vous les sentez venir vers vous et communier à votre présence. Un jour, j’ai ressenti l’affolement de la forêt qui était inquiète, et vraiment son plan vibratoire avait baissé, une lourdeur était apparue. Cet état émotionnel provenait de ce qu’à l’orée du bois, une débroussailleuse avait éliminé sur une hauteur d’environ 3 mètres, toutes les branches qui venaient faire ombrages sur les champs cultivés. La forêt en était encore toute perturbée. Alors, j’ai nettoyé la peur qui se ressentait en ce lieu et la forêt s’est soudainement apaisée.

Aujourd’hui, j’essaie d’avoir ma conscience ouverte en permanence sur le tout le vivant qui m’environne et lorsque je fais silence, j’invite ceux et celles avec lesquels je suis connecté à venir se joindre à moi.

A ceux qui prient ou méditent, je leur propose à faire de même, à poser sur tout vivant leur esprit et à appeler sur eux-mêmes chacun des esprits qui vous environne qu’il soit minéral, animal ou végétal pour  venir se joindre à vous. Jamais ils ne se font prier, bien au contraire ils apprécient toujours cette divine attention et chaque fois une paix profonde s’installe là en chacun des vivants. Question de Conscience.

Le jour où tous les humains seront en connexion totale avec tous les règnes vivants, alors la paix, la félicité, la communion seront véritablement. Toute la création n’attend que cela, et je sais qu’elle n’est autre que mon corps.

Alors si tout a une conscience et un esprit, il est urgent de retrouver les vôtre véritables. La création est impatiente que vous les recouvriez, car le chemin vers le Divin ne peut se faire sans elle et son espérance est grande de pouvoir un jour en prendre elle aussi la voie mais elle ne peut le faire sans vous. C’est ainsi car nous appartenons tous au même corps, un seul manque et tout est en attente. Ne pas comprendre cela, c’est encore être encore dans le non-conscient.

« Si tu ne peux pas être encore une étoile, sois d’abord la pierre, l’arbre ou l’animal qui est à tes côtés, et lorsque tu seras devenu chacun d’eux, ce sera le commencement du chemin vers la Conscience, et cela non seulement pour toi-même mais aussi pour nous tous. Et surtout, en chemin, prends toujours bien soin de toi !…» 

Le pèlerin d’émeraude.

Les animaux ont une conscience et les humains perdent la leur

Me faisant visiter sa stabulation où s’y trouvaient des bovins, mon ami me dit : « Vois-tu cette vache, elle n’est pas commode, elle est bougonne et la relation avec elle reste très particulière voir difficile. Quelque part, j’ai beaucoup de difficulté à l’approcher comme si elle me fuyait, et par ailleurs, j’ai l’impression d’une grande tristesse en elle, et cet état de fait, je l’ai ressenti dès son arrivée. »

Prenant du recul, environ une dizaine de mètres, je me mis alors à poser mon esprit sur elle, et je l’invitais dans le silence à venir poser le sien sur moi. Celui-ci commença à le déplacer mais je vis qu’à mi-distance, il ne pouvait aller au-delà. Alors, en lui envoyant beaucoup de confiance et d’amour, en l’invitant à rejeter sa peur, je vis finalement son esprit enfin se poser et entrer en moi, le contact était établi.

Elle me regardait et moi de même, quand soudain elle se mit à pleurer à gros sanglots. Je vous avoue, que ce fut pour moi une découverte de voir une vache pleurer de la sorte. Pendant tout ce temps, son émotionnel négatif partait, ses mauvais souvenirs disparaissaient.

Le lendemain, cette vache était désormais dans une relation beaucoup plus calme et apaisée avec mon ami, et elle se laissait approcher sans difficulté, apparemment sa tristesse avait disparue.

Les animaux, tout comme les humains ont une intelligence, une vie émotionnelle et une conscience, le jour où l’homme intègrera, ces faits là, dans sa vie, nous serons à l’aube d’un nouveau monde, et nous serons honteux d’avoir pu un jour oser parler, en toute inconscience de la vie des règnes proprement dits, d’un « Nouvel Ordre Mondial » qui pour moi signifie plutôt le retour à l’ancien chaos mondial, autrement dit encore : « Babylone la grande », mais le jour où l’Homme se lèvera alors celle-ci tombera.

Les animaux ne parlent pas, ni ne mentent mais ils sont doués du Verbe comme tout ce qui est vivant sur cette planète. Cela l’homme ne le sait pas, ou encore ou plus exactement, il ne veut pas le reconnaître car les enjeux politiques, économiques, religieux seraient sacrément mis à mal.

Voici, maintenant, un extrait d’un article paru dans la revue Nexus n° 84 de janvier-février 2013, « Non aux brevets sur les chimpanzés ! » lequel fait écho à ce que je viens de vous dire.

« …. Doués de conscience. Il ne reste plus qu’à espérer que la Déclaration de Cambridge sur la conscience animale, proclamée en juillet dernier (2012) à l’Université de Cambridge (Royaume Unis) par trois éminents neuroscientifiques, David Edelman, Philip Low et Christof Koch, à l’occasion du premier rapport annuel de la Conférence Francis Crick, codécouvreur de la structure de l’ADN, qui consacra les dernières années de sa carrière à l’étude de la conscience, ne restera pas lettre morte. Cette déclaration affirmait en conclusion :

« Des preuves convergentes indiquent que les animaux ont les bases neuroanatomiques, neurochimiques et neurophysiologiques des états de conscience, ainsi que la capacité d’exprimer des intentions. Par  conséquent, les preuves sont là qui indiquent que l’être humain n’est pas le seul à posséder le substrat neurologique propre à engendrer la conscience. »

L’animal, ce visionnaire de l’invisible, cet autre garant de la vérité !

Un jour, j’arrive chez une personne, laquelle possède deux calopsittes, sorte de très grandes perruches. Dès mon entrée dans sa maison, celles-ci s’affolent et crient, l’hôte des lieux s’inquiète de voir ses animaux se mettre dans un tel état. Manifestement, la façon qu’elles ont de me regarder et de s’agiter toujours en ma direction m’indique qu’elles sont dérangées voir apeurées par des réalités invisibles qui m’accompagnent. De fait, nombre d’âmes m’accompagnaient, toutes assemblées autour de moi.

Certes, je ne suis pas toujours en train d’observer l’invisible mais lui vous observe, et ne vous quitte jamais des yeux, si j’ose dire. Aussi parfois, vous vous trouvez accompagnés sans le savoir par des présences en attente de votre aide. Si l’invisible révèle qui vous êtes et de si vous ne pouvez échapper ou vous cacher de lui, alors dans l’au-delà, il est très facile d’être déjà connu par ceux qui s’y trouvent.

C’est toujours le risque lorsque vous êtes passeur d’âme, et je sais qu’une sorte de lumière émane de vous qui fait que dans l’au-delà, vous êtes reconnu et identifié dans votre mission.

Quoiqu’il en soit, le lendemain, de retour chez elle, j’ai alors pris bien soin d’être seul à mon entrée dans la demeure, et là ses calopsittes étaient devenues calmes et, nul cri ne se faisait entendre, et ce qui était impossible la veille.

Il y a tant de signes de l’invisible dans la vie de tous les jours, mais nous ne les voyons pas. Ce qui devrait nous surprendre, et nous questionner passe malheureusement inaperçu.

Ce comportement  des oiseaux m’était familier parce qu’à la même époque, je possédais aussi deux perruches.  Et comme signal d’alarme au niveau de l’invisible, elles sont les championnes. Chaque fois qu’elles se manifestaient bruyamment avec agitation et cris, je savais qu’en mon espace de vie, il y avait une intrusion dans l’invisible. Et la direction vers laquelle elles regardaient, m’indiquait toujours l’endroit où se trouvait l’entité ou l’esprit malveillant, et que je pouvais voir. Une fois l’équilibre et l’harmonie des forces revenues, elles retrouvaient leur calme.

Parfois dans les quelques secondes précédant la réception d’un appel téléphonique, elles se mettaient à crier. Cet état de fait m’était toujours un indice sur la nature même de celui ou celle qui m’appelait. Certaines personnes se rendent présentes au niveau dans l’invisible sous forme d’esprit malveillant. Et de fait, les perruches étaient capables encore de les détecter.

 

Je tiens à vous présenter parmi bien d’autres histoires, deux situations de vie particulièrement éclairantes :

Voici la première :

J’étais allé à un stage de chamanisme, et à la tombée de la nuit au moment de commencer la cérémonie, deux chiens appartenant à certains des participants se mettent à hurler en permanence et à s’agiter manifestant une réelle peur. Je sonde alors le lieu où nous nous trouvons et je m’aperçois que les énergies environnantes sont particulièrement malfaisantes dues à la présence conséquentes d’entités de bas astral. Quant au chamane, à aucun moment, il n’a ressenti ces présences alors qu’il aurait dû.

Quant à la seconde, la voici :

Ce soir-là, une de mes amies m’appelle au sujet de sa chienne qui de nouveau est agitée et toute tremblante. Je lui dis : « Ta chienne est en train de regarder en direction de l’escalier, et la présence qu’elle voit et ressent est à la mi-hauteur de celui-ci ».  De fait, elle me confirme ma vision, et je procède donc à la régulation de cet incident. Si tôt l’entité partie, sa chienne est allée dans l’escalier sentir la place qui avait été occupée par celle-ci. Et finalement, elle avait retrouvé son calme.

Le monde animal voit et sent vraiment l’invisible et il tente, parfois, à vous alerter d’un danger provenant de lui. Si la réalité non ordinaire peut être garante de la vérité des choses et des êtres, comme je le disais dans mon dernier message, les animaux perçoivent naturellement l’invisible, et pour eux, il n’est pas question d’y croire ou non. Sachez que jamais personne ne pourra leur inculquer sa non existence.

La réalité non ordinaire est pour eux parfaitement naturelle, et  ils voient notre monde sur ses deux plans : le visible et l’invisible.

Quant à l’humain, il a rejeté ses capacités à vivre et à intégrer l’invisible dans l’ordinaire des jours, ce qui lui permet de tout détruire autour de lui, impunément, sans aucun état d’âme.

Sa vie est vide de sens, artificielle, et totalement irrespectueuse de la vie des autres règnes : minéral, végétal et animal. Quant au mot vie, en connait-il encore la signification ?

En refoulant sa perception de l’invisible, l’homme est en permanence sous le joug de l’illusion, et de la manipulation principalement la celle de l’humain par l’humain et ensuite celle de tous les règnes vivants pour lui-même. Aussi, dans une totale inconscience se permet-il d’échafauder des théories sur sa fausse réalité, à partir des quelle, il pourra, finalement, s’autoriser à transformer la réalité de ce monde, avec des principes irrespectueux du Vivant.

Avec lui, le végétal, l’animal et l’humain est devenu question de manipulation, de brevet, et d’appartenance… Mensonge !…

Aujourd’hui, je crois pouvoir dire qu’à ce jour, le monde animal est bien plus évolué que le nôtre, et qu’il possède probablement plus de discernement que les 99.99 % de l’humanité. Il voit ce monde à 100 % de ce qu’il est, et si pour lui la vérité lui est connue, l’inhumanité de l’homme l’inquiète de plus en plus. Les humains quant à eux ne connaissent que 40 % de leur réalité, et ils s’ignorent eux-mêmes.

« Connais-toi et tu connaîtras l’univers et les dieux », disait Socrate. Mais pour les hommes, cette devise est devenue par l’entremise du malin : « Ignores toi,  et tu ignoreras l’univers et les dieux, enfin tu seras maître de la création, je t’en donnerai toutes les richesses pourvu que tu t’ignores. Tu seras libre ! » L’homme fit sienne cette devise et depuis sans état d’âme, il détruit cette planète chaque jour de plus en plus pour le grand bonheur du mal.

Alors, ce monde animal, écoutez-le, il a tant de chose à vous dire sur votre vie mais pour la plupart d’entre vous, cette idée est malheureusement totalement inconcevable !… Tant que vous vous attacherez à vous tenir loin du monde animal, tout comme celui du végétal, vous resterez toujours loin… très loin de votre humanité !

Souvenez-vous, et comme je vous l’ai déjà dit précédemment : l’animal possède une âme, tout comme vous, et vous en êtes responsable à moins qu’elle ne soit, déjà, vendue au diable pour un quelconque bénéfice secondaire substantiel, et si c’est le cas, j’ai bien peur que l’animal ne pourra plus rien pour vous !

Les animaux ont aussi une âme, ne l’oubliez pas.

Un jour une  patiente me fait part que, depuis quelques temps, ses épaules sont extrêmement lourdes et personne, pas même la médecine, ne peut lui dire pourquoi ?

Pourtant, au niveau de l’invisible, je m’aperçois qu’une âme animale repose au niveau de ses épaules. J’y vois comme un chat. Je lui pose la question à savoir si ces derniers temps, elle a perdu un animal, et me dit que oui : un chat. Au moment où j’assure la délivrance de cette âme, le poids sur ses épaules, soudainement l’avait quitté.

Lorsque je me promène en forêt avec mon chien, j’ai toujours aussi à cœur d’offrir à toutes les âmes animales errantes l’opportunité de rejoindre la lumière. La forêt se pacifie, et nous gagnons tous sur le plan vibratoire.

Mais, permettez-moi aussi cette digression au sujet du monde animal : lorsque vous mangez de la viande, ayez à coeur de porter une attention toute particulière pour cet animal qui a donné sa vie pour vous nourrir. Il serait dommage qu’une fois de plus l’inconscience de l’esprit se moque de l’âme d’une vie qui s’est livrée pour vous en toute conscience.

Remerciez-là, et chacun y gagnera en dignité !

Voici encore une autre histoire avec une âme animale !

Un jour, je vois chez une autre de mes patientes qui venait de perdre son chien, sa présence et lui fait part de ma découverte. Elle semblait ne pas être surprise du tout et me fit part que la nuit, celui-ci venait sur son lit et qu’elle ressentait physiquement sa présence. Cette personne ne voulait pas que je fasse monter l’âme de son chien. C’était son choix, je l’ai respecté non sans quelque inquiétude.

Mais souvenez-vous de ceci, et je vous l’ai déjà dit :

« Nos attachements, aussi beaux soient-ils, font toujours entrave à l’œuvre de la lumière. Toute âme, ici-bas, retenue contre son gré manque à l’harmonie de tous. »

Oui, même avec les âmes animales, aussi surprenant soit-il !

Au moment où j’écris ces lignes, j’apprends qu’un artiste en Belgique s’est permis de lancer des chats en l’air au nom de l’art, dont certains ne seraient pas sortis indemnes, monstruosité en acte de l’inconscience humaine. Mais ceci n’est qu’un épiphénomène de la maltraitance animale générale sur notre planète.

La porter au rang de l’art, suprême perversion !