Du devoir de gestion des matrices ou des champs morphiques….

Pourquoi le travail accompli dans le rééquilibrage d’un lieu n’opérait-il pas pleinement l’effet escompté ? Cette question je me la suis souvent posée devant les échecs parfois rencontrés. Parfois, le soin semblait d’une totale inefficacité tant sur les lieux que sur les personnes. Au vu des corrections accomplies, il aurait dû en être tout autrement, et je ne trouvais plus rien à corriger. Dans ce cas précis que dire, comment expliquer une telle situation ? Quelle explication donner aux personnes déçues dans leurs attentes ? Sur quoi avais-je fait l’impasse ? Quelle clé me manquait-il ?

Lire la suite : Du devoir de gestion des matrices ou des champs morphiques…._

 

L’invisible et ses « clouds »

Je vous ai longuement parlé précédemment des intelligences mémorielles naturelles (IMN) et parasites (IMP), alors maintenant permettez-moi de vous introduire à l’un des mécanismes qui permet aux IMP de se répliquer et d’assurer leur survie.

Vous connaissez ce que l’on appelle un « cloud » sur le plan informatique, cet ensemble de processus qui permet de sauvegarder et de gérer des informations à distance en un lieu qui n’est pas le vôtre mais vers lequel vous pouvez aller, à tout moment, récupérer vos informations stockées et traitées.

L’invisible fonctionne aussi de la sorte, et voici une histoire qui traduit cela :

Un jour, au terme des soins infirmiers prodigués, la patiente (84 ans) me demande si je peux faire quelque chose pour son sommeil. Elle a ouïe dire, par la rumeur publique, que je pouvais améliorer la qualité du sommeil des personnes. Aussi s’empresse-t-elle de me dire que depuis plus de quinze ans elle ne dort presque plus, tout au plus 3 heures par nuit. Le reste du temps elle gamberge sans cesse s’inquiétant pour un rien qu’elle peut ruminer jusqu’au lever.

Aussi je lui demande de pouvoir inspecter le lieu où elle dort. Premier constat, les énergies y sont faibles voire en manque : le lit se trouve engoncé dans une alcôve où l’énergie vitale y est bloquée et très perturbée. Sur d’autres plans tout est en faveur d’une désorganisation importante de l’état vibratoire de son espace en général : déformation de la trame due au passage d’un cours d’eau souterrain, et imprégnation de celle-ci avec ses mémoires émotionnelles négatives cumulées depuis tant d’années.

Maintenant, permettez-moi de m’arrêter quelques instants sur ce mécanisme qui met cette personne en hyperactivité mentale nyctémérale.

Nous possédons tous cette propriété de pouvoir stocker nos mémoires en un même lieu, et surtout pendant ce moment privilégié de la nuit durant laquelle notre situation topographique reste toujours le même. C’est ainsi que nous parvenons  à créer dans l’invisible une unité de sauvegarde ayant sa propre intelligence laquelle se charge d’enregistrer et de donner vie à notre émotionnel sous forme d’intelligence mémorielle parasite (IMP). N’oubliez pas ce que je vous ai déjà dit à leur propos à savoir que ces IMP  cherchent constamment à se répliquer et à se sauvegarder avec un instinct de survie.

Pour elles, la stagnation géographique de 6 à 8 heures en moyenne est un temps suffisant pour leur permettre une duplication mais aussi une synchronisation, en sauvegardant les nouvelles données émotionnelles du jour tout en s’assurant qu’aucune d’elle n’a été effacée. Cette unité de sauvegarde vivante restera fixée toujours dans le même lieu et parfois il en existera plusieurs pour la même personne, ce sont lors des unités de stockage auxiliaires : l’emplacement du fauteuil, une place précise autour d’un bureau, d’une table….

A chaque stagnation sur un des lieux, un processus de sauvegarde des IMP se fera et si nécéssaire celle-ci s’accompagnera d’une reprogrammation de la personne dans ce qu’elle a de négatif, même si celle-ci fait un travail psychologique pour tendre vers un mieux être.

Si la propriétaire de ces « clouds » venait à disparaître, par exemple, et qu’une autre personne venait dormir ou à prendre place sur les même espaces occupés par la précédente, tôt ou tard, celle-ci  verra changer son comportement et dans ses habitudes adopter les aspects négatifs du précédent occupant.

Mais revenons à l’histoire de cette personne, elle avait accumulé depuis tant d’années tant d’émotionnel négatif par la nature même de son histoire de vie, qu’elle ne pouvait plus se dégager de cette ambiance psychique néfaste la nuit. Il lui fallait vivre et revivre ses nuits toujours dans un « brainstorming » permanent au point de lui dévorer sa paix psychique, mais une fois la trame nettoyée et retendue, les énergies de la pièce purifiées, ainsi que le contenu des « clouds » vidés de leur IMP, cette vieille dame a retrouvé le sommeil et une certaine sérénité mentale. Conséquemment au niveau de ses jambes, elle a senti celles-ci devenir plus légères et moins algiques à la marche, ce qui était inattendu.

Une fois de plus si l’invisible source notre réalité, et dans le cadre du mécanisme de l’histoire matricielle ce dernier ne perd rien de ce que nous faisons au quotidien. Il s’en enrichit de jour en jour d’intelligence mémorielles parasites, certaines nouvelles, d’autres plus anciennes qui grossissent de plus en plus maîtrisant, conditionnant nos vies afin de nous empêcher d’avancer vers une réalité autre qui n’aurait que faire de l’histoire matricielle. Finalement, le mécanisme des « clouds », permet de générer une réalité qui tourne constamment sur elle-même, comme en une sorte de cercle infernal duquel il sera difficile d’en sortir.

Si nous voulons y parvenir alors nous nous devons de parvenir à une certaine écologie et économie de notre réalité invisible.

Aussi prendre soin de l’extraordinaire, c’est savoir en assurer non seulement une certaine gestion mais aussi sauvegarde saine et naturelle de son environnement, c’est par là-même pouvoir ainsi s’assurer un mieux-être et une meilleure santé.

Si dans le non ordinaire rien ne se perd et tout se stocke sans arrêt au nom du principe de la réplication, alors apprendre à le gérer devient une urgence. Plus notre invisible sera « clean » (propre), plus notre réalité gagnera en paix et beauté mais si rien n’est fait alors la pollution mémorielle et ses conséquences dans le visible deviendront invivable voir insoutenables.

Pour cela sur le plan de l’invisible, nous avons à faire l’apprentissage dans les temps futurs, d’une nouvelle écologie capable de la gérer harmonieusement, et je crois que nos enfants parviendront à le faire sans difficulté dans un avenir très proche.

Cette nouvelle écologie que j’appelle à l‘existence de tout mon être et de toute mes forces repose sur une véritable économie, non pas rechercher le maximum d’acquis et de profits, qui n’est qu’un modèle parmi d’autre du système pervers de la réplication, mais de s’attacher garder simplement la voie du minima, du non superflu, du juste nécessaire. Autrement dit encore, il s’agit d’apprendre à alléger, à libérer soi, l’autre et nos environnements de tout ce qui est lourd, inutile et destructeur pour l’harmonie et le bien être de chacun.

Vers une réinitialisation de l’histoire matricielle….

L’histoire matricielle ne peut être détruite à jamais, elle appartient au mode de fonctionnement même de notre humanité, tout au plus est-il possible de la réinitialiser en effaçant toutes ses intelligences mémorielles parasites et ses programmes qui les gèrent. Pour un temps, elle sera ralentie dans son œuvre destructrice, permettant aux humains de progresser avec plus de liberté. Puis un jour, il faudra recommencer la réinitialisation comme cela s’est déjà produit de par le passé à plusieurs reprises. Comment cela se produira-t-il ? Sûrement pas par une intervention venant de l’extérieur de notre réalité qu’ils soient Dieu, anges, extra-terrestres, maîtres ascensionnés ou non.

Les humains sont loin de se ressembler et s’il est possible de les classer suivant trois tendances : les matériels, les psychiques et les spirituels. Il n’est surtout pas question d’envisager un quelconque supériorité de l’un ou l’autre, il est simplement question de rencontre, d’interaction où les uns et les autres peuvent apprendre et avancer vers le spirituel, vers la voie de l’accomplissement de l’être. Parmi les spirituels, certains d’entre ont reçu ce don de pouvoir réinitialiser l’histoire matricielle parce qu’ils ne se sont pas détournés de ce qu’ils sont, qu’ils ont mené leur processus de symbolisation horizontale et verticale à terme.

Lorsque j’approche un être humain, j’ai coutume de le regarder sous trois aspects : le corps, l’esprit et l’âme. L’organisation ou désorganisation de ces pôles me dira où il en est de sa quête ou non de l’unité. Atteindre l’unité, se fait en trois temps, d’abord il s’agit de reconnaitre chacun de ses pôles pour une entité à part entière, bien souvent ceux-ci sont dispersés, éparse, ou incomplet, puis une fois l’unité de chaque reconstituée, dans un second temps, il s’agit de les relier ensembles, c’est-à-dire reconnaître pour chacun l’existence des deux autres.

Lorsque la base de la pyramide est posée, les trois pôles soient parfaitement reconnus chacun dans leur spécificité, et reliés l’un à l’autre. Chacun sait alors désormais la place qu’il a à tenir. J’appelle ce mouvement vers l’être : la symbolisation horizontale. Une fois les fondements de la pyramide constitués, commence ce troisième temps, celui de l’élévation ce mouvement de symbolisation verticale où l’âme, reconnue dans son rôle entraîne le corps et l’esprit dans la voie spirituelle. Progressivement, les trois entités se rapprochent les unes des autres pour finalement ne devenir plus  qu’un. Ici, l’esprit de ce monde, n’a plus sa place, il ne se substitue plus à l’esprit de l’homme. Lors de ce mouvement s’opère alors enfin la rencontre avec le Transcendant lequel lui accordera son Esprit.

Mais attention, ce n’est pas parce que je me trouve dans un processus de symbolisation que l’inverse, la diabolisation ne puisse pas se produire, l’esprit de ce monde vous tentera de vous stopper et de vous faire régresser. Dans le processus de construction de l’être, si vous ne parvenez pas à discerner votre droite de votre gauche, restez alors toujours très prudent dans votre cheminement.

Voici une règle d’or utile pour votre discernement personnel : « La Vie donne, et ne cherche qu’à se donner, calée sur elle tout au long de votre développement personnel, vous n’aurez de cesse d’entrer dans sa dynamique. Apprenez à vous poser ces questions : qui prend plus qu’il n’a besoin ? Qui garde et thésaurise sans rien partager ? Qui fait des profits sur l’exploitation des pauvres ? Etes-vous solidaire de ce système ? Pour la vie, point de bourse nécessaire seulement la vie partagée avec tous, par tous et pour tous. Quant à celui qui prend, il ne vit pas, il  propage la mort tout autour de lui mais celui qui donne partage la Vie avec tous, et il devient la VIE. »

Dans ma pratique de bioénergéticien, j’ai fait ce constat que l’humain fonctionne sur trois modalités en regard de notre tridimensionnalité (corps, esprit, âme). Ainsi, il a tendance à vivre plus sur un pôle que sur les autres. Aussi possède-t-il une configuration tridimensionnelle qui lui est propre, et qui évoluera avec le temps, suivant son processus de symbolisation ou de diabolisation encours. Par ailleurs, dès sa naissance, il est déjà polarisé sur un aspect de la tridimensionnalité. Cette prédominance variera voir disparaîtra suivant son developpement.

De la base de la pyramide à l’ultime point de l’Unité se trouve un chemin qui mène à  la liberté, au réel détachement mais aussi paradoxalement à la solidarité avec toute chose. Si je devais prendre une comparaison avec le corps humain, l’ultime point est totalement libre de se mouvoir dans le temps et l’espace, tel un de ces globules de notre corps humain qui peut accéder à chacune des cellules sans aucune restriction. Il a la particularité de pouvoir nourrir le corps en oxygène ou bien dans le cas des globules blancs d’assurer la défense du corps, parce qu’il sait identifier où est l’ennemi.

Qui atteint l’unité, devient celui qui peut libérer le corps des emprises du mal, et lui rendre sa pleine capacité à gérer ses propres énergies avec cohérence et respect du tout sans plus jamais se les laisser se vampiriser.

Mais cet être-là, avant de réguler les forces du bien et du mal en y restaurant un certain équilibre, se doit d’avoir acquis un réel don de clair-discernement. Pour l’acquérir, il faut se mettre en chemin, se laisser dérouter, dévier de l’autoroute toute droite et toute tracée qui a été établie pour les humains. Et c’est sur ce chemin-là qu’il peut faire la rencontre du Transcendant.

Dès lors, pour lui le temps et l’espace ne sont plus, car ils ne sont qu’une illusion projetée par l’histoire matricielle. Avec Celui qui Est, vous devenez tels des voyageurs permanent, passés de l’état de sédentaires, c’est-à-dire de ceux que l’histoire pétrifie, à celle de nomades spirituels, capables d’aller ci et là, à temps et contre temps, hors du temps et dans tous les temps, pour travailler au mieux-être du monde, et ce en toute discrétion en ne faisant valoir aucun droit si ce n’est celui du respect de la VIE. Plus besoin de véhicule, de richesse ou de quelconque artifice, grigri, formules magique…, même reclus dans une grotte ou dans une prison, nomades spirituels, vous l’êtes et le resterez à jamais. Cet état d’être est essentiel pour travailler à la liberté de ce monde au nom de la VIE.

Alors par où commencer ?

Chacun de nos pôles tridimensionnels, est le point de départ obligé pour le grand exode spirituel. Le chemin sera différent pour chacun mais il mènera chacun au même point d’arrivée, celui où nous sommes trois en un. Surtout n’oubliez jamais ceci : l’important n’est pas d’être sur un pôle prépondérant, mais d’essayer de recréer l’unité de chacun d’eux puis de se laisser entraîner sur le chemin de l’ascension, avec l’aide de l’âme. Mais de quelle tendance sommes-nous ? Où se trouve le point de départ de notre chemin spirituel ? Cela suppose de savoir qui nous sommes sur le plan identitaire de base. Sommes-nous plutôt de nature matérielle, psychiques, spirituels.

Identification des tendances

Si certains, de tendance matérielle vivent plus sur la loi du corps, le plan de la matière, délaissant les plans mental et spirituel, d’autres d’inclination psychique affectionnent et se soumettent volontiers à la loi de l’esprit non pas le leur mais celui de la matrice, tout devient jeu subtile d’influence inconscientes, face à moi l’autre existe, dans la confusion et l’ambigüité, d’autres d’inclination spirituelle ne savent pas ce qui ils sont véritablement, et ont toutes les peines du monde à s’insérer dans la société.

Pour vous présenter mon analyse, j’ai fait le choix de prendre comme configuration de tridimensionnalité, celle de la moyenne de la population des trois catégories considérées : matériel, psychique, spirituel. Pour que la base de la pyramide soit posée, il faudrait que chacun de ces pôles (corps, esprit et âme) fonctionne à 100 %. Concrètement cela n’est pas, alors nous aurons  toujours une incomplétude, induisant un comportement, une mal façon d’exister en ce monde. En lisant ce qui va suivre, je vous invite à vous remettre en question et à regarder en quoi tel ou tel commentaire vous parle. Votre pourrez très certainement identifier votre pôle prépondérant sur lequel vous êtes encore alignés.

Les matériels

–          Ceux de tendance matérielle possèdent en moyenne une tridimensionnalité établie comme suit  (C : 65%, E : 45 %, A : 10%).  

Ces personnages sont mus principalement par le pôle corps (65%), et dans la vie ordinaire ils ont besoin de ramener tout à eux. Centre du monde, tout ce qui les environne est là pour être à leur service, et s’ils disent vous aimer, leur amour restera à long terme dévorant et destructeur.

L’histoire matricielle les affectionne beaucoup car ils engendrent autour d’eux : avilissement, tristesse, dégout, désolation, haine, violence… Leur esprit (45%) n’a pas en réalité d’autonomie, ils sont plutôt animés à 55% par l’esprit de ce monde qui les possède et les manipule à souhait. Ce sont de ces êtres qui excellent dans les postes de commandements, ils sont suffisamment pervers pour arriver à vous mettre en échec, quoi que vous fassiez. Paradoxe suprême, le droit parait toujours à être de leur côté.

Devant eux, vous aurez cette incroyable sensation qu’ils sont invincibles qu’ils ont une puissance supérieure qui les protège en permanence. Leur objectif est simple : vous asservir, vous mettre en échec et pour leur plus grande satisfaction vous manger l’énergie vitale. Je le redis, ces êtres sont dangereux, manipulateurs et destructeurs. Quant à leurs âmes, elles n’ont pas droit de cité en leur vie et sont dans une profonde maltraitance d’ordre diabolique. Tout ce qu’ils font est sans état d’âme, leur dynamique profonde : servir la matrice anti-vie, tels de bons et serviles réplicateurs, toujours aux aguets pour générer des intelligences mémorielles parasites. Toutefois s’ils sont sans état d’âme, cela ne veut pas dire qu’ils n’en n’ont pas. Ce sont des jeunes âmes qui expérimentent le mystère de l’incarnation dans des conditions qui leur sont impropres.

Dans la population française, par exemple, ce type de tendance matériel représente 40 %  de celle-ci contre 52 % pour la population américaine, et 20 % pour la population indienne actuelle ?!….

Les psychiques

–          Ceux d’inclination psychique en moyenne leur tridimensionnalité se répartit comme suit (C : 45% ; E : 50 % ; A : 15 %)

Encore une grande absente chez ces personnes : l’âme qui peut assurer, réguler et entretenir les connexions avec les mondes invisibles, à commencer par ceux du psychisme. Tant qu’elle ne sera pas reconnue à 100%, l’entité de nature psychique, se laissera lier tout au long de sa vie par la matrice qui lui assignera une place propre, et lui enseignera ce qu’il est bon de penser ou de croire.

La peur du différent, du nouveau, de l’inconnu les habite, en leur présence une violence contenue ou non  vient les contrarier. L’homme au penchant psychique, essaie toujours de se créer un univers basé sur le semblable,  par rapport à ce que l’on a déjà connu, si quelque chose n’y est pas identique, un conflit émergera, provoquant la plupart du temps le rejet du différent, de l’étranger. La recherche de l’autre se fera chaque fois sur les similitudes, la reproductibilité ou non de mon histoire, et cela sur fond d’inconscience. Une personne qui a été violentée par son père durant sa jeunesse, répliquera le semblable en maltraitant à son tour sa progéniture. Une autre qui a eu une jeunesse douce et paisible frôlant l’insouciance, reproduira une même existence sans faire grand bruit, se laissant vivre sans se poser de question.

Quant à la dimension religieuse des psychiques, aujourd’hui elle est comparable à l’esprit du fast-food que leur propose la société. Leur croyance repose sur du séduisant, du rapide, et surtout qu’il n’y ait aucun effort à faire, que tout soit téléguidé, orchestré de l’extérieur par des pseudo-guides spirituels, des chanelings avec des soi-disant maîtres ou élus, et qui ne sont autres que des artifices de de la grande menteuse. Discerner le vrai du faux, qu’importe pourvu que le discours religieux soit persuasif et facile d’accès. En un mot, c’est l’autoroute, plus c’est large mieux c’est ! Mais c’est oublier que la voie spirituelle vers l’Être est étroite, exigeante.

Les êtres de tendance psychique s’intègrent facilement dans notre société régie principalement par des  forces puissantes malveillantes s’y laissant soumettre sans aucune difficulté. Ils représentent  55 % environ de notre société française.

Les spirituels

–          Ceux de tendance spirituelle, en moyenne leur tridimensionnalité se répartit comme suit : (C : 55% ; E : 50% ; A : 60%)

Pour ces êtres même si les deux pôles corps et esprit ne sont pas bien aspectés, leurs âmes ont un réel droit de cité en leur vie. En règle générale, ce sont des vieilles âmes déjà bien avancées sur le chemin de la spiritualité. Mais leur retour en ce monde, en cette période les place dans de conditions qui leurs sont hostiles, les entravant dans leur capacité de développement personnel. Concrètement ces êtres ont un développement personnel délicat sur cette planète essentiellement gouvernée par les psychiques et les matériels, car ils ne représentent qu’un petit 5% de la population française, un peu moins de 3% de celle l’américaine, 28% de celle indienne.

Leur problématique de vie, et je parle maintenant pour l’occident, sera de pouvoir s’intégrer dans un système  de fonctionnement complètement contraire au leur. Les spirituels ont cette faculté innée de ressentir le mensonge et la fausseté, et si notre monde excelle en la matière, ils auront toutes les plus grandes difficultés à s’y insérer et à y trouver leur place. Un constat qu’ils font tous, chez ceux que j’ai rencontré, c’est qu’ils ont la sensation d’être venu sur une planète qui n’est pas la leur. Un sentiment d’étrangeté et de solitude les habite et les inquiète et c’est ce qui les déroute bien souvent de leur parcours. Par exemple, pour bon nombre d’entre eux leur scolarité s’avèrent être la majeure partie du temps un véritable échec. L’enseignement de l’histoire humaine, et de ses sciences leur parait impossible à recevoir. Quelque part, ils ressentent ce savoir comme erroné, établi sur une torsion de notre réalité, torsion visant à évincer la partie spirituelle de chaque chose, celle qui justement fonde justement leur existence.

Est-ce conscient de leur part ?

Non, cela l’est simplement de façon instinctive, ils savent si ce qui se présente à eux est vrai ou non sans bien pouvoir l’expliquer.  Bon nombre de ces personnes face à ce manque de reconnaissance du spirituel rejetteront leur identité de base pour finalement adopter une autre nature, celle de  faux psychiques afin de se rendre conforme à la norme ambiante mais ce sera au prix de beaucoup d’effort et de reniement de soi sans jamais pouvoir en être satisfait.

Ces êtres de tendance spirituelle qui sont-ils réellement ? Quel est leur rôle ?

Potentiellement, ils sont appelés à devenir les gestionnaires de la matrice, ils peuvent en réguler son mode de fonctionnement en réinitialisant son système, et en la vidant de ses intelligences mémorielles destructrices mais aucun d’entre eux ne se savent dépositaires de ce don. Il y a bien des siècles, un enseignement adapté existait pour ces êtres mais il a disparu de notre planète permettant à l’histoire matricielle de s’expanser et de détruire toujours plus.  Le temps est venu qu’ils puissent le redécouvrir et le mettre en œuvre pour la Vie de ce monde.

Actuellement parmi les nouvelles naissances, ces êtres qui arrivent sur cette planète, ce sont majoritairement des psychiques (80% environ) et des spirituels (20% environ), et la proportion de ces derniers tend à s’accroitre d’année en année. Quant aux matériels, leur incarnation semble être comme momentanément suspendue. Pour ces jeunes âmes incarnées, non aguerries des forces du mal leur venue semble être actuellement interrompue.

En cette période de très vieilles âmes reviennent sur cette terre avec pour tâche de la restaurer et de ré-offrir aux psychiques ainsi qu’aux futurs matériels un espace qui leur permettra d’explorer la voie du libre arbitre.

Aussi pour moi nous sommes à ce jour, en présence d’une humanité qui ne tardera pas à changer. L’histoire matricielle sera à nouveau corrigée pour rendre aux humains leur liberté d’évolution. La fin de l’histoire matricielle approche et la priorité actuelle consiste donc à protéger les jeunes enfants spirituels afin de les épargner des méfaits de la dévoreuse qui pourrait chercher à les détruire à tout prix dans un ultime sursaut.

Cette histoire matricielle disparaîtra-t-elle un jour ?

Non, tant que subsistera l’homme dans sa tridimensionnalité non transcendée, elle fera partie de la réalité, mais de temps à autre, il  faudra la réinitialiser et  ce genre d’intervention lui est inconfortable et elle la déteste. Après une  longue période destructrice vient maintenant le temps du nettoyage, de l’effacement, de la remise en ordre de notre réalité. Cette  procédure ne se fera pas automatiquement par je ne sais quelle intervention divine venant de l’extérieur.  Elle ne peut s’accomplir qu’à partir de l’Homme Transcendé, c’est à dire empli de l’Esprit divin. Tous, nous y sommes appelés, pas seulement les êtres de tendance spirituelle même s’ils possèdent naturellement plus de dispositions intérieures pour cela.

A cette heure la procédure de réinitialisation est en cours. Durant cette période de changement de conscience, l’ancien monde celui de l’esclavage et de la servitude s’écroulera pour laisser émerger le nouveau celui de la liberté et du respect de tous.

L’histoire matricielle, sous ses griffes la Vie se retire puis disparait

.Tout vivant quel que soit son règne enregistre des faits liés à son histoire personnelle ou collective, mais si des évènements de même nature se réitèrent que ce soit traumatique ou non, une programmation va s’ajouter en notre vie, comme un sous-programme toujours en alerte prêt à se lancer à la moindre opportunité. Ces sortes de sous-programme, je les ai appelés du nom d’intelligence mémorielle parasite (IMP), sorte d’intelligence artificielle obligeante. Tout vivant  à son contact verra la reproduction de l’évènement qui lui est relié. C’est un système mémoriel actif doté d’une capacité de s’auto-engendrer dans la réplication des évènements, l’histoire de base vécue par un individu sera réitérée une nouvelle fois dans d’autres conditions, ce qui lui permettra de se copier, de se sauvegarder et d’affecter d’autres individus, lieux, objets….

L’intelligence artificielle est vivante et cherche à assurer sa survie en se transmettant coûte que coûte, cette spécificité propre à tous les systèmes vivants organiques s’applique aussi aux systèmes non physiques. Elle est très dépendante du plan matériel car sans lui elle ne peut ni exister, ni se reproduire, par ailleurs, pour assurer son maintien en vie, elle a besoin de s’alimente. Grande dévoreuse d’énergie vitale, elle la trouve dans celle de tous les vivants.

Concrètement, si nous sommes tous porteurs d’un certain nombre d’IMP qui nous sont personnels, nous serons tous en contact avec d’autres IM étrangères qui se reproduiront en nous, tout comme les nôtres en eux. Petit à petit, une interactivité entre tous va s’établir qui génèrera une certaine vie en ce monde par obligation, et non par choix. Progressivement notre vie s’encrypte tout tranquillement et se trouve par elle prédéterminée ou préprogrammée. Dans le même temps, notre état vibratoire se trouve grandement affecté par leur présence vampirique.

Si naturellement entre toutes les IMP des liens interactifs vont se créer, et prendre vie, il leur faut un coordinateur garant de leur bon ordonnancement ? Cette grande gestionnaire de tous ces IMP, chargée d’en assurer leur « bon fonctionnement »,  je l’ai appelée : l’Histoire Matricielle (HM).

L’histoire matricielle, devient alors cette méga-intelligence artificielle, sorte d’inextricable réseau constitué de l’ensemble des IMP des uns et des autres et ce d’une manière interactive dans l’existence des êtres. Sous l’égide de l’HM, la vie de l’homme s’engramme ou plus exactement se crypte de façon complètement inconsciente tout en lui assignant un champ d’action potentielle précis et restreint. Puis de par sa loi d’attraction, elle convoquera à vous des histoires de vie bien précises.

Tant que vous êtes sous sa dépendance, toute votre vie s’ordonnera à partir de la convocation  d’une réalité établie conformément à l’ensemble de vos IMP. Votre existence s’inscrira dans un pure modèle de reproduction, de réplication, soigneusement mise en place par l’histoire matricielle laquelle en assure la cohésion, l’ordonnancement, le contrôle et la sauvegarde. Sous ses griffes la VIE se retire puis disparait.

Son support :

L’esprit du monde, l’inconscient

Caractéristiques :

Se duplique, se réplique, cherche à s’étendre sans état d’âme

Altère la réalité en modifiant la vérité des lois de la vie

Grande consommatrice d’énergie, affaiblit tous les  règnes vivants

Sa force :

Son  invisibilité, sa capacité à se dissimuler,

à se cacher, à se crypter

Son point faible : 

N’est pas immortelle, même si son existence s’avère parfois multimillénaire. Elle peut disparaître. La mort lui fait peur.

Son but :

– Engendrer le désordre, le chaos, principal moyen pour s’étendre

– Mettre son empreinte  sous forme d’IMP en tout être vivant, y compris les objets.

– Tenir éloigné l’humain de son étrangeté encore inconnue de lui-même, Lui vouloir le semblable, le répétitif, la ritualisation…

– Transmettre la peur du différent, du nouveau.

– Rendre impossible les retrouvailles de l’homme avec lui-même.

Son ennemi :

L’Âme de l’homme, régulatrice de l’Histoire Matricielle

Elle possède la capacité à détecter les IMP, et à les effacer.

L’Âme guide l’homme vers son étrangeté, et la lui fait aimer

sans aucune réplication, ou reproduction.

La VIE n’est ni bonne, ni mauvaise, ni belle, ni laide. Elle EST sans histoire.

J’ai souvent été appelé pour des travaux du type vol de don ou de personnalité, pour vous éclairer sur la nature de cette réalité je vous prendrai deux exemples parmi bien d’autres. Puis je vous ouvrirai à l’intelligence de cette réalité.

Voici le premier, il concerne un vol de don de voyance.

Désespérée de ne plus pouvoir faire ses lectures de voyance, depuis plus d’un mois, Mme V. praticienne m’appelle pour savoir quelle pourrait en être la cause et si éventuellement je pouvais faire quelque chose pour elle. Tout en m’entretenant avec elle, je me rends compte qu’un vol de don a effectivement eu lieu sur sa personne. Aussi, comme à l’accoutumée dans ce genre de problème, je m’inquiète de savoir si elle n’a pas reçu dernièrement un(e) consultant(e) qui faisait preuve d’une grande démonstration tactile durant la séance de type : caresser sa table de voyance, vouloir toucher longuement ses cartes, ou encore toucher des objets de son cabinet de voyance. Bien sûr, il n’est pas facile de toujours se ressouvenir de ce qu’il s’est passé un mois plus tôt.

Quoi qu’il en soit, l’assurant que je ferai revenir chez elle son don, elle me rappela deux jours tout plus tard pour m’annoncer que tout était rentré dans l’ordre. Alors je pris  soin aussi de la prévenir qu’elle aurait sûrement à nouveau la visite de celui ou de celle, soudainement délestée du don usurpé suite à mon intervention.

Effectivement, quelle n’est pas sa surprise, lorsqu’une semaine plus tard, elle voit revenir en consultation une amie qui lui expose son problème. Depuis un mois, elle avait créé un site web de voyance qui avait beaucoup de succès, mais depuis une semaine, elle se trouvait dans l’incapacité de faire une quelconque voyance.

Se souvenant de mon avertissement, ma consultante fit le lien de cause à effet, car un mois plus tôt, elle était venue, avec ce fait qu’elle avait été très tactile. De fait celle-ci s’intéresse beaucoup à l’occulte et l’un de ses ancêtres lui a laissé un livre de magie qu’elle utilisait parfois.

Aussi, Mme V. n’hésita-t-elle pas à lui demander si son don soudain pour la voyance ne provenait pas d’une magie qu’elle aurait faite sur elle un mois plus tôt. Celle-ci lui confirma les faits lui avouant qu’elle avait plus besoin de ce don qu’elle et que c’en était une question vitale.

Mme V. me rapporta donc l’information m’assurant qu’elle serait à l’avenir beaucoup plus vigilantes.

Voici le second exemple,

Une secrétaire médicale, Mme G toute affolée, vient me demander de l’aide car au travail, depuis plus d’une semaine, elle n’a que déconvenues sur déconvenues. Et cela lui semble totalement anormal.

Au travail, cette personne est très appréciée par ses supérieurs, et son avenir s’avère prometteur. La qualité de son travail dépasse de loin celui de ses consoeurs. Mais voilà, soudainement médecins deviennent agressifs à son égard tandis qu’une autre secrétaire, Mme H., trouve grâce à leurs yeux au même moment, elle qui n’avait qu’animosité de leur part tant son travail laissait souvent à désirer. Concrètement l’une et l’autre continuaient de travailler de la même façon mais l’attitude des patrons à leurs égards avait changé.

Au regard des faits, j’y discernais un vol de personnalité de la part de la secrétaire devenue soudainement la plus apprécié du service. Les personnalités de Mme G et Mme H. s’étaient-elles permutées ?

En scrutant Mme H., je pouvais y voir un esprit de magie reposant sur attestant qu’elle y avait eu recours. Aussi, pour parvenir à ses fins avait-elle fait appel à un rituel visant le vol de personnalité. Dès cet instant, tous ceux et celles qui s’approchaient d’elle ressentaient l’énergie psychique de Mme G., et les bons affects qui lui étaient habituellement réservés se reportaient surnaturellement sur l’autre.

Une fois toutes les corrections opérées, tout rentra dans l’ordre. Mme G. redevint Mme G. à part entière. Le bureau se pacifia avec nettement moins de tensions dans le personnel.

De ma pratique, à partir de ce genre d’exemple, j’ai pu établir le constat suivant :

Certes les dons sont fluents, et ils circulent. Par exemple ceux de guérison ou de voyance peuvent être transmis de génération en génération à un membre de la famille qui lui succédera au décès du détenteur. Que se transmet-il alors ? S’il est possible de voler un don, de le transmettre ou encore d’usurper une identité, nous parlons ici de quelle réalité?

Aujourd’hui ma recherche me fait dire, que ces situation révèlent que personnalité ou dons sont à mettre en rapport avec le monde de l’intelligence mémorielle parasite, et au risque de vous décevoir, je dirai que ce vol commis sur l’identité de la secrétaire concerne une partie de sa personnalité laquelle en réalité n’est autre qu’une partie de ses IMP. En fait nous en sommes faits d’un nombre considérable organisées en une histoire mémorielle individuelle étroitement reliée à la collective. Tout n’est alors que jeu de rôle, théâtre, jeu de marionnettes dans lequel les ficelles s’appellent IMP, et le marionnettiste : histoire mémorielle.

Pour ce qui est de la voyante, l’attachement à son don est très conséquent, il est devenu une partie d’elle. Pourtant, il est possible de le lui ravir tout simplement parce qu’elle en est seulement la dépositaire. Si elle l’a reçu en dépôt de la part d’un ancêtre, elle doit savoir qu’il ne lui appartient pas en propre et qu’un jour, ce don la quittera pour aller chez un autre membre de la famille.

Souvenez-vous, les IMP sont vivantes et intelligentes au point de perdurer de génération en génération se nourrissant et grandissant chaque fois un peu plus des histoires bienveillantes ou malveillantes de chacun.

Lorsque sommes en présence d’un lieu où l’échange relationnel est important, le milieu du travail entre autre, nous venons avec ce que nous sommes et nous y créons tout autour de nous une espace vibratoire de par nos IMP qui nous sera personnel lequel devra s’accorder avec celui des autres non sans difficulté.

En plus de celles qui nous pré-existent et que nous avons héritées, nous continuons de créer en permanence des intelligences mémorielles. Comme une seconde peau, elles nous accompagneront,  telle une matrice de nos comportements acquis et obligeants  laquelle devra s’ajuster avec celles des autres êtres  qu’ils soient du règne animal, végétal, minéral ou humains….

Ce travail d’intégration et d’ajustement reste très subtil et complexe car il s’opère toujours malheureusement sur fond d’inconscience. Alors l’équilibre véritable ne sera jamais au rendez-vous, bien au contraire. Et le trouver  sera toujours périlleux et fragile, souvent artificiel, car toujours enclin à se détériorer en fonction des IMP desquelles nous ne pouvons échapper et avec lesquelles nous composons sans cesse.

Nos intelligences mémorielles, telles des parasites restent et s’incrustent en notre vie lesquellesi vont induire, non seulement en chacun de nous mais aussi collectivement, des comportements bien précis et souvent destructeurs.

Si certaines peuvent se les faire voler, vous savez aussi qu’elles peuvent être effacées. Dans le cas des secrétaires, il a fallu retirer non seulement les leurs, mais aussi celles que je pouvais déceler au niveau des médecins, ainsi que celles de l’entité « lieu de travail ». Quant aux résultats, ils ne se sont pas fait attendre rapidement le calme est revenu, les tempéraments se sont apaisés et la violence larvée s’est dissipée.

Qui sommes-nous donc ?

Si ce n’est qu’un collectif d’IMP qui, telle une carapace obligeante, morpho-pathogène  nous contraint à nous mouvoir tels des esclaves sans aucun souffle de VIE. Le drame, c’est que pour grandir vers toujours plus d’être, il faut être libre, et actuellement ce n’est pas encore le cas. L’univers de notre histoire matricielle personnelle et collective nous en empêchant.

Alors vous comprendrez que même le plus riche des hommes de cette planète n’est qu’un triste « top model » issu du pur conditionnement de nos IMP. Et s’il a su asservir les autres pour mieux s’enrichir, c’est parce qu’il est  lui-même esclave de nos IMP destructrices communes.

Alors à tous les effaceurs, en herbe ou non, je leur dis :

Continuez d’effacer toutes les IMP, généreusement, gratuitement sans compter vos heures, et surtout sans attendre en retour. N’attendez pas que tel ou tel vous le demande.

Il n’est ici nullement question de bien, de beau, de bon et dites-vous : seule la VIE compte. Elle n’EST ni bonne, ni mauvaise, ni belle, ni laide, elle EST sans histoire ! Si nous savons seulement ne laisser aucune trace mémorielle de notre passage, ce serait le plus bel hommage à Lui rendre.

Si vous ne le vivez pas encore, et que la souffrance, l’amertume, le désespoir, la tristesse vous accompagnent ou que vous êtes encore dépendant de la joie, ou du bonheur alors c’est qu’en votre vie, la VIE n’est pas encore et que la mort continue son œuvre.

Vivre avec les esprits

« Un jour, un initié mongol est venu me rendre visite en France. Ensemble, nous sommes allés visiter la citadelle Vauban de Besançon. Il s’y trouve un petit musée de la Résistance abritant une pièce consacrée aux camps de concentration.

Le chamane qui ne connaissait absolument pas l’histoire de l’Europe, voit des photos des camps, Buchenwald, etc… Lorsque nous ressortons, alors que je lui demande ce qu’il en pense, il me répond : « c’est de la sorcellerie. » Pour lui que des êtres humains aient pu commettre de tels actes relève clairement de la sorcellerie : il s’agit d’humains mus par des forces du mal.

Et c’est vrai que la question se pose : qui peut nous expliquer cet incroyable charisme d’Hitler ? Pourquoi l’étincelle a-t-elle pris ? Toutes mes explications d’ordre historique et sociopolitque lui paraissaient bien naïves. Personne ne croit à la sorcellerie, est-ce pour autant qu’elle n’existe pas ?

Autre exemple, comme je travaille également à Haïti, quelqu’un m’a un jour demandé si je croyais aux Zombies ? C’était lors d’un séminaire à Paris, et je venais d’arriver de la gare de Lyon. « Mais oui, les zombies existent, lui ai-je répondu, prenez le métro ». Ce n’était nullement une plaisanterie ! Les esprits susceptibles d’être nos alliés se sont retirés de notre monde moderne, mais les esprits du mal eux restent bien présents.

 L’équilibre originel est rompu. Dans la pensée vaudoue, des gens, les zombies peuvent être réduits à l’état d’esclavage ; c’est-à-dire que l’esprit « tit’ange » qui est l’ange gardien de toute créature humaine, peut être capturé et emprisonné par un sorcier : la personne devient alors une sorte d’automate dépourvue de toute volonté propre.

Est-ce que cette idée est totalement absurde lorsque je vois débarquer les foules au sortir des trains de banlieue ou des bouches de métro ? En tout cas, ce n’est pas une idée incongrue au regard des statistiques médicales. En France, entre les gens qui prennent des antidépresseurs, ceux qui se droguent ou encore ceux qui se suicident, où est leur élan vital ? Qu’est devenu leur « tit’ange » ?

Alors, quand on me demande si je crois aux zombies, je dis oui. Mais pas exclusivement en Haïti. Je vois un système qui peut transformer les gens, qui peut capturer leur principe vital. La sorcellerie, c’est aussi ça….. »

Bertrand Hell, extrait de l’article : « Vivre avec les esprits. », de la revue « Inexploré », hors-série, novembre 2013

Ethnologue français, il  occupe la chaire d’ethnologie de l’université de Franche-Comté depuis1994. Ses travaux portent sur l’efficacité des cultes et des rituels liés aux esprits. Recherches menées au Maroc (en particulier sur les confréries populaires dont celle des Gnawa) et à Mayotte (cultes des esprits patros et trumba). Enquêtes de terrain au Brésil, en Mongolie, en Haïti et chez les Navajo.

Le secret d’un événement cosmique recelé dans des arbres.

coupe arbre

Dans les cernes des deux arbres correspondant aux années 774 et 775, des chercheurs japonais ont découvert une forte et rapide hausse du taux de carbone 14.

Agence France-Presse, Paris, 03-06-2012

Les traces de rayonnements émis par un mystérieux événement cosmique ont été découvertes dans les anneaux de troncs d’arbres par des chercheurs japonais, qui ont daté ce phénomène de l’an 774 ou 775 sans pouvoir lui trouver d’explication satisfaisante.

Fusa Miyake et ses collègues de l’Université de Nagoya (Japon) ont analysé le carbone 14 (une variété radioactive de carbone qui se forme lorsque les rayons cosmiques traversent les atomes de l’atmosphère terrestre) contenu dans les anneaux de croissance de deux cèdres du Japon (cryptoméria).

Dans les cernes des deux arbres correspondant aux années 774 et 775, ils ont découvert une forte et rapide hausse du taux de carbone 14, d’environ 1,2%. Une telle augmentation est 20 fois supérieure aux variations attribuées aux changements de l’activité du Soleil, soulignent les chercheurs qui publient leurs travaux dimanche dans la revue Nature.

Le phénomène à l’origine de ce pic de carbone 14 en l’an 775 «ne peut avoir été uniquement localisé» car il est cohérent avec les relevés, moins précis dans leur datation, déjà réalisés sur des arbres d’Amérique du Nord et d’Europe. Ces mesures font état d’une hausse du taux de carbone 14 d’environ 7,2% en l’espace de dix ans (775 à 785).

«Pour avoir produit une telle quantité de carbone 14 dans l’atmosphère en 775, l’intensité des rayons cosmiques a dû considérablement augmenter», concluent les chercheurs.

Mais la source du phénomène ne peut être liée au cycle d’activité solaire, d’une durée moyenne de onze ans, et dont l’amplitude sur le carbone 14 est bien moindre (environ 0,3%) que celle décelée dans les anneaux des arbres.

«Seuls deux phénomènes connus pourraient changer l’intensité des rayons cosmiques en l’espace d’une seule année: l’explosion d’une supernova ou une tempête de protons» émise lors d’une éruption solaire massive, estiment les auteurs de l’étude.

Mais aucun des deux phénomènes n’a jamais été enregistré sur Terre et, à supposer que l’un ou l’autre soit effectivement survenu, ils n’ont laissé aucune autre trace probante, disent-ils.

«Dans l’état actuel de nos connaissances, nous ne pouvons préciser les causes de cet événement», concluent les chercheurs.

De douces dictatures : les intelligences mémorielles parasites !

Lors des bilans métabiologiques, j’ai toujours coutume de rechercher les mémoires négatives du consultant ressenties en son aura.

Ce matin-là, la jeune femme reçue s’avère m’être une énigme. Elle n’en possède aucune  en son champ énergétique et, qui plus est, son stade de développement personnel est parmi ceux très rarement rencontré parmi les humains.

Lors de l’entretien, je lui ai fait part de mes découvertes et de mon interrogation quant à sa venue pour se faire soigner. Toutefois cette personne acquiesçait totalement  avec l’analyse faite, et rien ne la surprenait. Quant aux mémoires inexistantes ou disparues, celle-ci me confirma qu’une thérapeute les lui avaient retirées. Effectivement le travail réalisé par cette dernière était réel et je ne pouvais que l’attester. Quant à moi, c’était la toute première fois qu’il m’était donné d’établir un tel constat. Ainsi les effaceurs de mémoires existaient bel et bien !

Mais attention aux arnaqueurs qui vous font payer très cher pour vous faire retirer des mémoires négatives cellulaires ou karmiques mais qui en finalité n’ont rien fait laissant leur proie fermement convaincue qu’elles avaient disparues.

Mais comment en suis-je arrivé à pouvoir détecter et effacer les mémoires négatives, ainsi qu’à former des personnes à faire de même ?

Tout est parti de cette expérience toute simple celle de l’exploration du champ énergétique d’un arbre, où vous pouvez y ressentir comme des couches concentriques négatives. Cette même similitude se retrouve physiquement dans la coupe transversale d’un tronc d’arbre, où les fibres du bois apparaissent organisées en couches concentriques visibles à l’œil nu. A partir d’elles, les scientifiques peuvent  nous donner des informations quant à la vie de l’arbre et de son histoire.

Des couches négatives, au niveau de l’invisible,  peuvent se détecter dans toute aura, et elles sont toujours révélatrices de l’histoire de vie de son propriétaire. Cela Il m’a fallu bien du temps pour le comprendre, et l’intégrer dans mon travail d’énergéticien.

A l’origine de cette découverte, c’est la réitération d’un incident précis qui m’a poussé à aller plus loin dans la compréhension du fonctionnement de ces mémoires.

Lors de l’enseignement aux stagiaires du ressenti des champs énergétiques, bon nombre d’entre eux se disaient perturbés dans leur perception à cause de certains parasitages. De fait, ils détectaient, par exemple,  dans l’aura de l’arbre des strates plus ou moins distantes les unes des autres, qu’ils percevaient comme négatives. Cet état de fait était juste mais me laissait perplexe quant à sa véritable nature. Et devant mon incapacité à pouvoir leur répondre,  je me devais de résoudre cette énigme.

Aussi je décidais avec l’accord de l’arbre d’essayer de  lui retirer ces négativités et quelle ne fut pas ma surprise de les voir disparaître avec pour incidence majeure de constater l’accroissement de son aura.

Ce simple fait, me confirmait l’existence de la réelle nocivité de ces strates d’un fonctionnement  très énergivore. Le simple fait de les retirer allégeait le fonctionnement énergétique de l’arbre avec pour conséquence une augmentation de son champ aurique. Et plus une aura est expansée plus son porteur se trouve dans une grande légèreté non seulement du corps mais surtout de l’esprit et de l’âme. Aucun doute,  cet arbre se trouvait soudainement dans un mieux-être.

Quelques jours puis quelque mois après, je m’assurais de savoir si celles-ci n’étaient pas revenues. Et j’eus la confirmation qu’elles étaient effacées une fois pour toute mais attention, cela ne veut pas dire que d’autres nouvelles mémoires ne puissent pas se recréer, par après, car l’histoire continue et la valse des mémoires avec.

Quoi qu’il en soit, cette expérience fut pour moi le point de départ non seulement de ma découverte du monde des mémoires mais aussi celui de mon apprentissage en tant qu’effaceur de mémoire.

Après l’étape de l’arbre, je me mis à explorer les champs énergétiques des objets, des lieux, et là même constat au retrait des mémoires plus d’énergie apparaissait.

Et finalement, il ne restait plus qu’à me prendre pour sujet d’étude afin de continuer ma recherche.

Avec le même protocole, je supprimais  chaque strate négative en mon champ aurique, et là, les effets constatés étaient semblables à ceux des expériences précédentes. Ainsi s’accomplissait : accroissement de l’aura avec changement de couleur vibratoire, et apparition d’un sentiment de bien-être et de plus grande liberté.

Mais attention, rassurez-vous, je ne suis pas devenu amnésique, de fait je garde encore mémoire des bons et mauvais moments de ma vie mais je sais que je ne suis plus tributaire des intelligences obligeantes liées à ces mémoires. Voici aussi un autre constat : dès cet instant, de nouveau choix de vie reflets de ma réelle liberté ont pu être posés. Est-ce un hasard ? Non et ma pratique d’énergéticien m’a prouvé que non.

Mais que sont ces mémoires ?

Je dirai que le terme de mémoire est impropre, je préfère aujourd’hui utiliser l’expression : intelligence mémorielle. Pour l’instant j’en distingue deux types : l’intelligence mémorielle naturelle liée à l’activité de la vie positive et l’intelligence mémorielle liée à l’altération de la vie (antagoniste de la précédente). Quant à ces deux formes d’intelligence sachez qu’elles sont dotées de vie.

1)      L’intelligence mémorielle naturelle liée à l’activité de la vie (IMN)

Cette intelligence mémorielle est députée à l’activité même du vivant. Elle est naturelle et rien ne peut exister sans elle. Ainsi elle assure l’organisation et le maintien de la vie et, s’il le faut, en cas de difficulté, elle cherchera à mettre en place des processus adaptatifs pour permettre, coûte que coûte, la continuation de la vie voir son évolution ou sa survie. Ne perdez jamais de vue que cette intelligence est vivante, et qu’elle est connectée à une intelligence bien plus grande celle de l’univers.

S’y retrouvent ici, par exemple, les esprits de la nature, ces intelligences gardiennes qui contribuent au déploiement de la vie et à son maintien. Les anciens leur ont donné divers noms : fée, lutin, gnomes, vouivre, sylphes, salamandres…. Et pour moi, ces noms sont en relation avec les IMN lesquelles peuvent être visualisées par les clairvoyants.

Chez l’homme, bien évidemment, ces intelligences mémorielles existent et vivent aussi en lui, tout comme en tout vivant et sans elles, il ne peut y avoir de vie.

Mais voilà toutes ces IMN sont vulnérables et peuvent être empêchées ou entravées dans l’exercice de leur fonction par un autre type d’intelligence mémorielle que je vais maintenant vous décrire.

2)      L’intelligence mémorielle parasite liée à l’altération de la vie. (IMP)

Toute atteinte faite à la vie, tout processus destructeur conduit à la naissance d’une intelligence mémorielle reliée à ces évènements perturbateurs. Et celle-ci va vouloir grandir, ne connaissant aucune limite ni aucun respect de la vie. Son unique désir : se répliquer afin de s’étendre de plus en plus tel un cancer. Inlassablement, ces forces vont se mettre à l’œuvre pour altérer le bon fonctionnement de la vie. Elles sont obligeantes et sont les maîtres de votre futur en le programmant par avance.

Un homme, par exemple, qui a connu dans sa vie des accidents, des échecs, des trahisons, ou des souffrances émotionnelles se verra petit à petit investit par des forces qui le dépassent, le minent à petit feu, en l’amenant à revivre sans cesse les mêmes situations.

Qui en est responsable ?

Tout simplement ces intelligences mémorielles altérantes qui ont pris naissance dans son histoire personnelle pour devenir gardiennes des processus destructeurs en sa vie. Elles s’attacheront à le placer en grande difficulté face au bien être, et à l’harmonie. Pour cet homme devant cet état de fait, l’importance sera de mettre en place des parades, et ce par un comportement compensatoire adaptatifs afin de palier à son mal être. Et l’homme s’avère très créatif quand il s’agit d’occulter ce manque de bien-être et d’harmonie véritables.

Cet homme habité par les IMP est-il libre ?

Certes non, il est esclave de forces qui le dépassent, le détruisent. Le drame, c’est qu’il en est inconscient. Quant à sa tentative de mise en place d’un comportement compensatoire qui risque fort d’être tout aussi destructeur puisqu’il s’agit ni plus ni moins d’engendrer une nouvelle IMP.

Ces intelligences mémorielles parasites liées à l’altération de la vie sont sournoises et très puissantes, elles viennent de votre passé, altèrent votre présent et se projettent déjà dans votre futur sans que vous en soyez conscient.

Leur but : se nourrir, jour après jour, des évènements qu’elles tentent de reproduire inlassablement chez en vous : échec, trahison, souffrance émotionnelle, volonté de domination, malheur…. Et même dans le cadre d’une mémoire de maladie, il en sera de même. Je pense ici aux IMP de cancer qui subsisteront malgré tous les traitements et qui permettront plus tard à la maladie de récidiver.

Ainsi face au conditionnement incessant dû aux IMP et de ses agressions permanentes, la vie devenue impuissante se retirera, incapable de pouvoir palier au désastre provoqué par son ennemie devenue si envahissante. Et, peu à peu, avec cette inertie de la vie  vient s’installer : la dépression, la folie, la violence,  la maladie… puis la mort.

Voici encore un autre aspect important de ces IMP. Elles ne touchent jamais qu’une seule personne, elles sont toujours en lien avec une ou plusieurs autres. Et c’est ainsi qu’elles possèdent une dimension collective.

Issues du fonctionnement même des groupes dans leur dynamique de vie, elles se retrouvent ainsi à tous les niveaux : celui de l’économie, du social, de la santé, du religieux, de la politique, du juridique, du couple, de la famille…. Ayant pour principale conséquence, de toujours induire un futur aux libertés de plus en plus restreintes, où la vie se voit de plus en plus maîtrisée, brevetée ou contrôlée tout cela sur fond d’inconscience grandissante.

Voici un exemple, celui du monde économique, où l’IMP du nanti porte le nom de « pouvoir-domination » laquelle l’oblige et l’autorise à asservir et à ponctionner sans arrêt le pauvre. Quant à ce dernier, son IMP s’appelle « obligation de se soumettre ».

Comme vous pouvez le constater, les IMP coexistent toujours par pair. Tant qu’elles subsisteront ce monde ci continuera d’exister avec pour triste dessein de courir vers un futur où l’attend destruction, et chaos.

J’entends parfois certains me dire : « c’est ainsi, nous n’y pouvons rien, c’est de l’ordre des choses, ça a toujours existé». Aujourd’hui pour moi, cette remarque est devenue irrecevable. Bien au contraire, nous n’avons plus le droit d’être démissionnaire, et nous devons y faire quelque chose.

Inlassablement, il s’agira d’effacer ces IMP lesquelles selon mon analyse sont à l’origine d’une triste réalité plus que multimillénaire : le mal. Ce mal constamment prégnant duquel il vous est difficile d’échapper et lequel vous fera toujours croire que c’est de l’ordre des choses.

Aussi, pour moi le mal, c’est cette persistance depuis des millénaires, de ces IMP devenues si puissantes, et si intelligemment organisées sous forme d’histoire matricielle, qu’elles affectent profondément l’équilibre de la vie de la planète au point de l’amener à sa destruction inéluctable.

Comment en est-on arriver à cela ?

Tout simplement parce que les IMP sont vivantes, qu’elles sont habitées d’une volonté de reproduction, qu’elles ont peur de disparaitre. Leur projet, c’est de se développer de plus en plus, et d’assurer à jamais leur pérennité. Ici, la création n’a plus aucune place.

Voici quelques questions qui  peuvent être en faveur d’IMP obligeantes.

Pourquoi dans certaines familles, des évènements destructeurs se reproduisent-ils de génération en génération ?

Pourquoi une maison où il y a eu divorce, suicide ou violence génèrera-t-elle les mêmes effets sur ses futurs habitants ?

Pourquoi une femme qui a été violenté recherchera-t-elle dans les hommes rencontrés un bourreau ?

Pourquoi un enfant en échec scolaire, humilié et désavoué par ses professeurs se trouvera-t-il tout au long de sa vie en échec ?….

Pourquoi cet aveuglement de l’homme devant la destruction de son environnement, et son aptitude même à y coopérer allègrement ?

Pourquoi cet irrespect de la vie au point de vouloir détruire son prochain pour asseoir sa petite existence ?

Mémoires, mémoires, mémoires !….

Alors quels sont les effets de l’effacement des mémoires ?

En retirant les IMP, vous contribuez à déstabiliser leurs systèmes organisationnels, et vous allégez votre propre système énergétique en redonnant aux intelligences mémorielles naturelles leyrs capacités de reprendre prise en votre existence. Ainsi une autre futur libre et vrai devient possible, mais à l’unique condition, d’avoir cette exigence fondamentale, celle du veilleur qui reste sur ses gardes de sorte qu’aucune autre IMP ne revienne s’installer en sa vie, et cette attitude est de l’ordre spirituel. Alors vous deviendrez le gardien non seulement de votre vie mais aussi de celle de votre entourage.

A quoi reconnaît-on une personne aux IMP effacées ?

Celle-ci possède une plus grande clarté d’esprit, elle est habitée par un grand sentiment de liberté qui lui permet de faire de nouveaux choix de vie qui auparavant pouvaient lui sembler impossibles. Par ailleurs, dégagée de ses IMP, elle présentera un réel intérêt pour la défense de la VIE en y prenant sa part de travail.

Qui avance dans la VIE avec un minimum d’IMP, ne peut faire économie de donner la sienne, j’allais dire corps, âme et esprit, dans sa mission d’effaceur, il doit s’y investir sans aucune réserve, et sans aucun compromis.

Celui qui avance dans la VIE de cette façon, témoigne d’elle à chaque instant, à chaque minute de son existence. Si ce n’est pas le cas, démasquez l’IMP qui se cache.

Voilà le véritable travail de Libération auquel nous sommes tous appelés !

Travail de Libération incessant sans cesse accomplis au nom de la VIE et dont les incidences, je vous assure, vont aussi jusqu’au ciel. En libérant les âmes et les esprits des IMP, vous dégagez dans l’invisible bien d’autres existences encore retenues captives par elles.

En retirant une IMP, chez vous ou chez l’autre, ayez toujours à cœur de retirer sa complémentaire, et je vous assure que vous participerez non seulement à votre ou leur libération mais qui plus est, cela aura une incidence sur la libération des âmes et des esprits qui sont déjà dans l’au-delà. C’est un travail de libération permanent qui peut s’étendre en fonction des dispositions de votre coeur à une famille visible ou invisible, une population, ou encore une maison, un village, une nation…

Et n’oubliez pas, la voie de l’effacement des mémoires est un chemin spirituel ! Il est à la mesure de votre cœur grandissant vers le sans limite.

Oui, dans l’effacement des IMP, il y sera toujours question de cœur, et lui seul vous conduira tout naturellement à vivre le pardon, non pas en parole ou vœux pieux, mais en conscience avec une efficacité réellement libératrice.

Quant à ceux qui osent utiliser l’expression d’« amour inconditionnel », la reprenant à leur propre compte, je leur dis : « Il vous est impossible de pouvoir aimer de cette façon. Vous ne savez pas ce que vous dites. Qu’en savez-vous de ces IMP qui vous habitent encore, vous conditionnant chaque jour un peu plus ? Cette expression, est réservée à Dieu seul, et vous le comprendrez lorsque vous commencerez à vivre en acte le pardon du cœur, sinon derrière votre, soi-disant, amour inconditionnel se cache encore une IMP lâche, et malfaisante, d’origine new-age.

Quand vous aurez compris cela, alors vous serez à même de demander l’aide de Dieu comme le fit le Christ pleinement conscient sur la croix s’adressant à lui par ces paroles : « Père pardonne leur, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font. »

Lorsque vous l’aurez intégré en votre vie de façon active, peut-être que vous pourrez commencer à parler de l’Amour, enfin dégagé de la matrice des IMP. Pour ma part, l’Amour lorsqu’il est vrai est un mot qui se suffit à lui seul.

Cette parole du Christ sur la croix : « Père pardonne leur, parce qu’ils ne savent pas ce qu’ils font » Son Père ne le savait-il pas ? Certes oui, mais le Christ en appelle à une nouvelle forme de pardon qui n’a rien d’un rituel expiatoire mais que lui seul peut demander au Père. Sur la croix le Christ dévoile l’Amour du Père.

Alors, pourquoi l’homme est-il toujours habité par ce sentiment que Dieu ne fait rien ? D’une part, cette pensée est une IMP de plus, et si Dieu semble ne rien faire, cela s’appelle la liberté donnée aux hommes, une liberté à garder, et à entretenir chaque jour seulement  l’homme semble en être incapable. Cette humanité est sans cesse encline à se dévoyer sur un chemin de ténèbres, bien sûr que Dieu le Père le sait mais, il ne fera rien tant que celle-ci reste inerte.

L’urgence,  pour sortir de son bourbier, c’est qu’elle redécouvre le chemin de la Vérité et de la Vie. Il y a plus de 2000 ans, un homme le Christ a su le faire, et il nous l’a enseigné. Aujourd’hui, quelques un, commencent à en balbutier quelque chose et à le vivre.

Alors, à tous les effaceurs, je leur dis : courage, tenez bon. Ce chemin, s’il est vrai,  deviendra : une véritable passion à prendre à tous les sens du terme si nous voulons rendre la liberté à ce monde avec l’aide de Dieu.

Et voici un tout dernier conseil :

Souvent les stagiaires recherchent à  identifier la nature des IMP qu’ils vont retirer mais est-ce bien nécessaire ?

En réalité, je ne m’attache guère à tenter d’identifier le contenu de la mémoire qui sera retirée et cela pour deux raisons. La première, c’est qu’à l’usage, j’ai fait le constat que les personnes avaient une réelle appétence à ressasser leur histoire devant les autres pour finalement, ne recréer qu’une IMP de plus qui les desservira à nouveau.

Pour moi, la devise dans ce travail restera à jamais celle-ci : « le silence est d’or, la parole est d’argent ». Ici pas de place pour l’égo, le bavardage inutile ou le voyeurisme, seul le détachement compte. Et la seconde raison la voici : notre temps est trop précieux pour le dilapider inutilement en recherche inutile. Le temps de la libération et du pardon presse, pas de temps pour le nombrilisme !

Alors au moment d’effacer une douce dictature d’IMP, la seule chose qui importe, c’est que votre pensée soit orientée vers tous ceux et celles qui en sont aussi affectés. Le cœur fera le reste et l’effacement sera réel. Ne doutez jamais de votre cœur, il est sacré et restera à jamais l’arme absolue contre le mal.

Dans la même veine de ce qui vient d’être écrit, et pour aller plus loinn je vous invite à relire :

La paix de ce monde, le sourire du diable !….

Le devoir de mémoire, simagrée de l’histoire matricielle !

Enfant de la Vie, effaceur de l’histoire !

En souvenir d’Arachnée.

Un enfant met en échec l’histoire matricielle.

Qui était le manipulé ?

Début janvier 2013, je suis contacté par une jeune femme qui est inquiète pour son papa car il semble présenter comme des signes de dépression mais au-delà elle s’interroge sur la potentialité de son père à mettre fin à ses jours.

En effet issu d’une fratrie de trois frères,  Il en est le dernier les deux autres s’étant suicidés à un an d’intervalle chacun, quelque part son tour semblait venir.  Sa fille a remarqué des signes précurseurs semblables à ceux qu’elle a connu avec ses oncles. Sa demande est simple : puis-je faire  quelque chose pour lui. ?

Posant mon regard sur son père à distance, je lui confirme qu’un esprit de suicide se tient sur lui et qu’il y de fortes chances pour que tôt ou tard cette force obligeante  l’amènera  à passer à l’acte comme ce fut le cas pour ses deux frères. Je lui promets donc de retirer cet esprit malveillant afin de lui rendre plus de légèreté en sa vie, et j’invite sa fille à reprendre contact avec moi dans une semaine.

Dans la foulée, l’entretien téléphonique terminé je me mets au travail de dégagement et de régulation des énergies de cet homme.

Une semaine plus tard, sa fille n’en revient pas son père a changé du tout au tout, d’apathique qu’il était le voilà revenu dans la relation avec les autres, le sourire laissant place à la tristesse.

Un mois passé, j’apprends que cet homme a offert pour sa femme un magnifique bouquet de roses rouges à l’occasion de leur  45ème anniversaire de mariage. Jamais durant toutes ces années, il n’avait eu  cette délicate attention à l’égard de son épouse.

Depuis, il va bien sa fille a eu un enfant, et il est devenu beaucoup plus proche de toute sa famille.

Et dire que cela tenait à un esprit malveillant qui le conditionnait. Qu’en serait-il si tous ces esprits  destructeurs  de notre planète disparaissaient ?  Un esprit de paix viendrait  enfin sur cette terre !

Certains s’interrogent à savoir de quel droit je m’autorisais à  intervenir dans la vie de cet homme qui ne m’a rien demandé. Alors si vous osez encore penser cela, veuillez prêter l’oreille ! Si vous étiez témoin d’un accident sur la voie publique où il y aurait des blessés graves que feriez-vous ? Passeriez-vous votre route sans leur donner les premiers soins ?

Si l’une des personnes était inconsciente, attendriez-vous quelle redevienne consciente pour lui demander si elle veut bien recevoir  vos soins ? Question absurde me direz-vous ! Ca va de soi vous donneriez les premiers soins. Mais c’est vrai j’oubliais dans ce cas de figure il n’est pas question ici d’invisible.

Toutefois sachez qu’en  la réalité non ordinaire, c’est de la même chose dont il s’agit.  La même absurdité se poserait si voyant l’énormité de ce qui s’y passe et la réelle menace  représentée pour la vie de cette personne touchée par cet incident, passant mon chemin je n’y faisais rien, feignant n’avoir rien vu.  Cela s’appelle aussi non-assistance à personne en danger. Il est vrai qu’au niveau de l’invisible cela reste difficilement compréhensible surtout dans un monde où les lois de l’invisible sont totalement ignorées. Mais n’oubliez jamais que c’est l’invisible qui source notre réalité, les hommes ne l’ont pas encore découvert.

Pour moi, face à une personne pour laquelle il m’est demandé de la soigner même sans qu’elle en soit au courant, voici présentement  les critères qui m’importent : celle-ci  gagnera-t-elle en liberté d’être ? Y aura-t-il plus de vie en elle ? Sa vie relationnelle s’en trouvera-t-elle améliorée ? Sera-telle à même de propager la vie autour d’elle ?

Pour ma part cet homme souffrant psychiquement dont le cas m’est évoqué par sa fille, pouvais-je me rétracter sans rien faire tout en sachant que je pouvais l’aider ? Qui serait responsable du passage à l’acté éventuellement de cet homme si je n’avais pas obtempéré à la demande de sa fille ?

Cet homme a gagné en liberté d’être, ses relations avec les autres ont changé positivement, et la vie semble reprendre ses droits en lui et par lui tout autour de lui. Vous posez-vous encore la question de savoir si cet esprit destructeur étranger qui reposait sur lui devait tout de même rester  ? Qui était le manipulé ? Lui bien évidemment de par la présence de cet esprit malfaisant qui ne lui appartenait pas.

Quant à moi si le diable avait gouverné ma vie, il aurait pu me manipuler en me pliant au dictat de sa question : de quel droit fais-tu cela ? A cela je lui réponds : « A toi l’anti-vie par excellence, ce que je fais, je le fais au nom du droit et le devoir à la VIE. Ce droit-là tu ne l’as jamais connu, ta seule et unique quête :  troubler, anesthésier les consciences des humains et faire en sorte qu’ils se détournent toujours plus de la vie.

Cette histoire que je viens de vous évoquer m’en rappelle une autre.

Une jeune femme  m’appelle pour faire un rééquilibrage énergétique de son futur appartement.  Je lui fais part de la nécessité de procéder aussi à un nettoyage de l’immeuble lourd d’histoire avec un contexte vibratoire  pas du tout favorable au vivant. Surprise de ma proposition elle me dit : « A Non ! Pas question, pas sur l’immeuble les résidents ne m’ont rien demandé et je ne peux influencer leur vie. »

En conséquence, la voici prête à vivre dans un appartement  quitte à supporter les effluves énergétiques délétères de son immeuble au nom du respect de la vie des autres. Curieuse vision de la vie du chacun pour soi. Cette façon de penser révèle une personne qui se voit comme séparée des autres, totalement divise. Elle en a oublié qu’elle n’est qu’une partie du grand tout dont elle a comme nous tous la responsabilité d’en prendre soin. Qui gouverne sa vie ? Un autre esprit malfaisant du « chacun pour soi », se gardant bien d’être en vie dans une solidarité avec  l’autre, qui ne me voit, ni ne me connait.

Cette jeune femme avait bien intégré en son existence la fameuse question diabolique : « De quel droit fais-tu cela ? » En réalité n’ayant de discernement sur  l’ordonnancement de la vie en général, son attitude manifestait une fidélité à la peur induite par le manipulateur. Après avoir débattu de cela avec elle, elle a compris du bienfait de ce que j’allais faire pour l’immeuble,  pour tous ceux qui y résident et par voie de conséquence y compris  elle-même.

Thérapeute depuis plusieurs années jamais elle ne s’était posé la question en ces termes.  A l’heure d’aujourd’hui, je lui souhaite de tout cœur la réussite dans l’abandon de ses fausses croyances et beaucoup de bonheur dans l’acquisition d’une nouvelle vision du soin plus en accord avec le droit et le devoir à la VIE.

 

« Appelez moi GADI, Grand Architecte De l’Invisible. »

Extrait du Pèlerin d’Emeraude, Anonyme

« Mais voici cette autre histoire au sujet des mémoires-miroirs :

« Il était une fois, un roi qui devint soudainement jaloux d’un monarque voisin à cause de son tout nouveau palais. Aux dires ceux et celles qui lui rapportèrent la nouvelle, nul ne se souvenait à mémoire d’homme avoir vu une telle merveille. Aussi le roi se mit-il en quête d’aller rendre visite à son voisin. A la vue de cette réalisation, celui-ci tomba sous le charme et la stupéfaction. Comment cela était-ce possible  ?

Dès son retour, trop impatient de rencontrer l’artiste d’une telle œuvre, il mandata l’un de ses ministres afin de rechercher l’identité de son architecte, et comme par enchantement, à peine sa requête formulée voilà qu’un de ses sujets vint lui dire qu’il était ici même en son palais.

Immédiatement, cela ne pouvait attendre, et le roi le fit amener en son bureau et le complimenta par ces mots : « Vraiment vous êtes un bien grand architecte pour faire de telles splendeurs. En vos réalisations nul ne s’y sent mal, tout semble comme embelli, plein de magnificence, débordant de vie. Comment faites-vous pour faire surgir de nulle part de telles choses comme tous ces décors, ces paysages ? Je les croyais tellement vrais et pourtant ce n’était, m’a-t-il été rapporté que le fruit de votre maîtrise parfaite des miroirs. Aussi avant d’aller plus loin, dites m’en plus au sujet de vos réalisations jusqu’où pouvez-vous aller dans votre art de l’illusion ? »

L’architecte lui répondit : « Vous avez raison de dire que je suis un grand architecte mais désormais, appelez-moi GADI : grand architecte de l’invisible, c’est un de mes surnoms favoris. Maintenant j’en viens à votre requête d’en savoir plus sur mes compétences. Voyez-vous chacune de mes réalisations est construite autour de miroirs sans qu’aucun d’eux ne soient visibles.

Dans le secret de leur disposition, vous avez pu constater qu’ils peuvent générer des images d’une extraordinaire beauté et d’une extrême réalité. Maintenant permettez-moi votre altesse de vous faire prendre conscience au risque, peut-être, de vous décevoir qu’il y a quelque chose que vous n’avez pas encore perçu. Tout dernièrement alors que vous vous entreteniez avec votre semblable en son palais sachez que vous n’avez jamais été mis en contact direct avec lui, celui que vous avez rencontré était dans une de mes créations virtuelles.

Ce qui se présentait devant vous était une image du roi générée en trois dimensions par l’entremise de mon art. Lui se tenait à distance et vous regardait et vous parlait d’une autre pièce. A aucun moment, vous ne vous en êtes rendu compte, n’est-ce pas ? Et d’ailleurs si tel avait été le cas j’en suis sûr que vous l’auriez mal pris n’est-ce pas ? Oui aussi incroyable soit-il celui avec lequel vous conversiez n’était pas réel. Votre altesse, et sachez que si je retiens votre attention je m’attacherai  à vous présenter mon plus beau projet.  Je vous assure être en mesure, plus que jamais de me surpasser. Je ne vous décevrai pas. 

« Le roi stupéfait rétorqua : « GADI ! Ce que vous venez de me dire je ne puis le croire ni même l’entendre. Comment est-ce possible ? Deviendrait-il envisageable de générer en permanence mon image et de me montrer à mes sujets toujours sous mon plus bel atour ? Cela me séduit beaucoup mais en même temps pourquoi tant d’artifices et de leurres ?» 

Le grand architecte de l’invisible surenchérit : « Pour votre protection, votre image et votre éternité, ô mon roi !  Vous apprendrez à goûter, à voir, à sentir la grandeur de mon art du miroir. Sa magie est si impressionnante que je peux pousser le prodige à ne plus vous voir vieillir sur le plan de votre image émise face aux autres. »

Le roi fit cette remarque : « J’entends bien votre proposition, mais lorsque je sortirai de mon palais, si votre magie n’opère plus que se passera-t-il donc ? Qu’advient-il de ma protection ? »

GADI se mit à rire et lui confia, un secret, au creux de l’oreille : « N’ayez crainte votre altesse car le jour où vous sortirez de votre magnifique palais, personne ne vous reconnaîtra. A l’extérieur, où que vous soyez vous y serez toujours incognito. Réellement, croyez-moi, ça marche et je vous assure vous rirez de la méprise des gens sur votre identité. Mais rassurez-vous là où vous devez apparaître en public, je ferai que vous soyez toujours reconnu devant vos sujets comme le roi »

 

Devant  cette toute dernière déclaration, le roi fit ordonner de donner tout pouvoir à GADI afin qu’il lui construise le plus somptueux palais, celui-ci lui assura qu’il serait l’un de ses plus innovants. Petit à petit, la renommée de l’architecte de l’invisible allait en grandissant, et tous cherchaient à se construire une demeure magique à la mesure de leur moyen. Chaque fois, GADI semblait se surpasser plus encore.

Toutefois dans le pays, subsistaient quelques récalcitrants à l’incroyable nouveauté, « trop beau, trop de laideur cachée !» affirmaient-ils. Plus ils observaient leur curieux manège de loin, plus ils devenaient dubitatifs face à un tel engouement de la part de leurs amis pour les réalisations de GADI. Plusieurs fois ils avaient tenté de les mettre en garde du dessein diabolique de l’architecte mais la surdité et la cécité régnaient désormais en leur vie. Aucun des adeptes de l’architecte ne se rendaient compte que la nature et les animaux autour d’eux mourraient et disparaissaient au fil de leurs constructions diaboliques.

Alors ils se quittèrent et les années passèrent.

Pour ce qui est du roi, il ne sortait plus de son palais. C’en était de même pour tous ses sujets qui eux aussi s’étaient trouvés comme emprisonné sous le charme irrésistible de leur demeure. Puis un jour, comme par enchantement ils sortirent enfin de chez eux. Là de fait, personne ne se reconnaissait plus. Tous avaient vieilli et s’étaient desséchés comme des momies mais personne n’en n’avait pris conscience. Dans l’illusion crée par leur demeure, chacun se voyait plus beau que l’autre. Quand l’envie leur venait de sortir, ils étaient toujours sûrs et certains  aux dires de GADI, qu’ils resteraient toujours incognito, et de fait cela fonctionnait toujours comme promis. Ce qu’avait chuchoté Gadi à chacun d’eux au creux de leurs oreilles leur laissait croire que ce serait-là leur secret, qu’ils en étaient les uniques détenteurs mais cette manipulation était d’une redoutable perversité.

Dehors tout le monde prenait soin de se parler, de s’éviter pour n’être pas reconnu et tous continuaient par se saluer en feignant un de leur plus beau sourire tout en cachant cette pensée hypocrite: « Pauvres gens, quelle misère et quel ridicule ! A leur place je n’oserai même pas me montrer ainsi. » Quant au monarque, dès qu’il revenait au palais après une de ses sorties incognito dans le royaume, il s’attachait avec le plus grand soin à congratuler et à remercier GADI pour l’exactitude de sa prédiction au sujet de sa non reconnaissance à l’extérieur du palais. 

« Pour ce qui est des éternels résistants, ils se retirèrent une fois pour toute de cette contrée. Ils avaient compris que la voie véritable de la vie est d’être toujours en chemin, de fuir la scintillance de toute sédentarisation, de ne jamais regarder en arrière ni ne rien projeter sur le futur. Le nom qu’ils ont donné aux villes construites par GADI : « Les enfers ». Quant aux habitants des demeures à miroir, ils connaissaient toujours le même sort celui des morts-vivants inconscients de leur état  pour la joie de GADI.

Les résistants n’entreprirent rien pour empêcher la magie des miroirs d’opérer. Ils allèrent dans un pays où ils fondèrent eux-aussi un royaume auquel ils donnèrent le nom d’Anamnésia. En levant le camp certains d’entre eux prédirent qu’un jour le monde des miroirs engendrerait guerre, maladie et violence et que ce jour-là les miroirs voleraient en éclat. Ce fut là leur seule et unique prédiction quant au futur.»

Liberté intrigué par son discours lui dit :

« Tu nous as dit précédemment si mes souvenirs sont bons que nous étions tel des amnésiques face à la vie et maintenant et que la cause de notre souffrance voire de notre mort s’origine dans l’excès de mémoires tout comme ces miroirs de Gadi. Je trouve que ces deux pensées sont contradictoires. »

Voici quelle fut sa réponse :

« Oui, tu as raison ! C’est peut-être pour toi paradoxal, mais en réalité l’excès de mémoires mortes fait oublier la Mémoire Vive l’unique et la véritable qui elle n’a pas de miroir. C’est d’elle dont l’homme est amnésique ! Souviens-toi : trop de mémoire fait fuir la Vie laquelle n’a que faire des mémoires-miroir des humains. Tant que ta Mémoire Vive ne s’est pas éveillée, la maladie des « sans-Mémoire » te guette celle de toujours te contempler dans les miroirs et de t’illusionner sur la Vie. Nous confondons la Vie et la mort, et nous leur inversons constamment les rôles.

Ce que tu regardes en ton existence n’est que mort mais le malin te fait constamment croire l’inverse. Liberté, il te revient de remettre la VIE et la mort dans leur bon sens ! Au-delà des mémoires se trouve la VIE, pour ce qui est de la mort, elle n’est rien d’autre qu’une création miroitante de plus, celle de Gadi – l’anti-vie-.

Maintenant Liberté, prends le temps de contempler ce monde dans lequel tu vis. As-tu vu ces tours de plus en plus élevé et de plus en plus miroitantes construites par les hommes, le lieu où elles s’édifient n’est pas étranger à l’histoire que je t’ai racontée. Là où l’homme cherche à prouver sa supériorité et sa richesse en élevant des tours d’une prouesse technique spectaculaire, nous nous trouvons face à des pays qui s’enorgueillissent et ne respectent plus la vie. « 

« Maintenant Liberté, prends le temps de contempler ce monde dans lequel tu vis. As-tu vu ces tours de plus en plus élevées et de plus en plus miroitantes construites par les hommes, le lieu où elles s’édifient n’est pas étranger à l’histoire que je t’ai racontée. Là où l’homme cherche à prouver sa supériorité et sa richesse en élevant des tours d’une prouesse technique spectaculaire, nous nous trouvons face à des pays qui s’enorgueillissent et qui ne respectent plus la vie.

Jésus disait : « Qui s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé», tel est le mouvement de l’homme spirituel capable de s’abaisser c’est-à-dire de pouvoir descendre jusqu’aux aux enfers pour aller rechercher les siens. L’abaissement ne va pas sans un autre mot quand il est conjoint à l’élévation et réciproquement, cela s’appelle l’Amour, celui capable de discerner de comprendre au-delà des apparences et qui refuse de se laisser entraîner dans un comportementalisme de convenance souvent dstructeur, fusse-t-il même religieux.

Qui refuse de s’abaisser tout en prétendant être élevé fait toujours offense à la VIE. Ses faits et gestes sont alors dictés la plupart du temps mu par la force du mal celle du destructeur Gadi lequel se plait à se cacher derrière les miroirs sans tain de son inconscient.

Aujourd’hui tous ceux qui élèvent des tours en ce monde sont des serviteurs du mal, ni plus ni moins. Ils pillent la terre, la dévaste y mettent la désolation, manipulent le vivant et s’en accaparent toutes les richesses. Et ce qui est extraordinaire, c’est qu’ils se disent croyants pour la plupart d’entre eux.

Ici comprends-tu l’Amour n’existe pas, et s’ils ont de l’affection pour leur semblable, chacun doit cependant s’incliner devant eux et de baiser leur main en signe de leur loyauté et de leur soumission. Voilà l’abaissement qu’ils pratiquent, contraindre l’autre à le révérer.

Qui se prétend élevé dans la voie spirituelle mais demeure incapable de faire quoi que ce soit dans la voie de l’invisible, cet invisible qui source notre réel se trouve dans l’illusion. Sa prétendue élévation cache souvent la domination d’autrui. Combien de religieux se mentent à eux-mêmes entraînant aussi les autres dans la voie du mensonge !

Voici encore un autre paradoxe des adeptes du mal se cacher derrière une fausse voie spirituelle, celle du « si je m’élève, c’est ce que suis béni de Dieu », certains ont même osé arborer le mot de Dieu sur leur monnaie, comme si la richesse pouvait être le signe de Dieu, mais concrètement ils n’en partagent jamais rien, ils iront même à décider de qui sera pauvre et riche. L’argent qu’ils prêtent n’est que pure virtualité, encore un autre miroir !

 Quel est donc de dieu là ? Comprends-tu Liberté ces hommes se prennent pour Dieu. Ils reconstruisent des tours de Babel perdant  le souvenir de Dieu. N’oublie jamais, Liberté, Dieu est la VIE, l’AMOUR !

Leur dieu est aux antipodes du Mien ! Il est la mort et le chaos… »

Liberté demanda à innommé :

« Mais que pouvons-nous faire face à de tels gens car ils nous dirigent, nous manipulent et nous asservissent par des mensonges usant parfois à tort du nom de Dieu ?»

Innomé lui montra son cœur et soudainement son ami ressenti comme un tressaillement en le sien qui l’inonda d’un onde de paix et de joie, et il ajouta :

« Son pouvoir est grand, les enfers n’ont pas de prise sur lui. A lui seul Il est capable d’en ouvrir les portes parce qu’en lui repose Dieu. Pour cela Il n’y a rien à faire, laisse tout simplement exister la magie de ton cœur opérer en ta vie alors ton attitude sera juste, sans violence et d’une redoutable efficacité pour la transformation de ce monde. Petit bémol ne te prends jamais pour Dieu, n’oublie jamais qu’en ses mains tu n’es que son instrument, rien d’autre… Mais un merveilleux instrument au service de la VIE et qu’il se partage !….»

Que reste-t-il donc quand on n’a plus de passé ?

Extrait  « Les sept plumes de l’aigle », H. Gougaud, Seuil, p. 249-250

« Je ne me suis pas perdu. El Chura doit être content. Je crois qu’il voyait ma vie comme un aigle contemple un paysage, du haut du ciel. Il me voyait marcher, en bas, il voyait ce que je ne pouvais pas voir, les torrents, les montagnes, les foules, les batailles qui m’attendaient au loin. Il ne pouvait pas les effacer, il ne pouvait que me nourrir de force et espérer qu’elles me seraient suffisantes pour franchir les obstacles. J’ignorais tout cela au temps où j’étais près de lui, j’entendais mal, parfois, ce qu’il voulait m’apprendre. Je n’étais qu’un enfant à l’entrée d’un long voyage. Je lui disais :

–          El Chura, ayez pitié de l’apprenti, il est perdu !

Il me répondait :

–          Ce n’est pas grave. Quand l’apprenti sera devenu un vieil artisan, là-bas, de l’autre côté de l’océan, il comprendra.

Je ne savais même pas de quel océan il voulait parler. Je m’imaginais en patriarche, dans un pays céleste, au-delà des vicissitudes de l’existence. Il parlait simplement de ce lieu où nous sommes, qu’il ne connaissait pas, qu’il avait vu pourtant. Il me répétait sans cesse :

–          Ce n’est pas ce que je dis qui est important, c’est ce que tu sens. Entre dans ta Pachamama, dans la terre de ton corps. Goûte, flaire, écoute, palpe, tiens-toi à l’affût dans le silence de la terre. Au fond du silence quelqu’un dort. Souffle sur son visage, il ouvrira les yeux, et tu verras tomber un plume du ciel, la septième. La plume de l’éveillé. Dès qu’elle aura touché ta tête tu sauras marcher vraiment, sans béquille, les yeux ouverts. Tu ne seras plus prisonnier de tes caprices, de tes humeurs, de tes croyances, de tes rêves, de ton passé.

Quand il m’a dit cela, il ne m’avait jamais parlé des sept plumes de l’aigle. Que pouvais-je comprendre ?

–          Mais Chura, si je sors de mon passé, je n’aurai plus de mère, plus d’âge, plus de souvenirs, plus rien !

–          Que sais-tu de mon existence, Luis ? Tu ne connais même pas mon vrai nom. Regarde-moi est-ce que je ne suis rien ?

–          Chura, que reste-t-il donc, dites-moi, quand on n’a plus de passé ?

–          La liberté des anges, celle qui baigne dans l’amour de tout ce qui vit.

El Chura ne m’a pas instruit, il a rempli mon sac de provision de route. Ce qu’il ne m’a pas donné, il savait que je le trouverais à tel détour de mes vagabondages, auprès de tel de ses « cousins », à la sortie de telle épreuve. Son œil était celui d’un oiseau, son cœur celui d’un père amoureux, confiant. Je ne sais pas s’il est encore de ce monde aujourd’hui. Où qu’il soit, que ma gratitude parvienne jusqu’à lui, et qu’il bénisse cette halte en votre compagnie.

Vous avez voulu que je vous parle, je vous ai parlé. L’heure est venue de dire au vent : « Nous te confions nos paroles. Emporte-les comme tu emportes tout, pollen, poussière, feuilles mortes ; Si elles ne sont que poussières, qu’elles retournent à la poussière. Si elles sont vivantes qu’elles nourrissent la vie. » Poursuivons maintenant notre route. Je vous préviens elle est sans fin. Nous sommes tous des Rois mages en chemin perpétuel vers un espoir de naissance. Certains voient la mort devant eux, mais non elle est derrière, toujours derrière, dans la terre soulevée par les semelles du temps. »

La voie de l’Âme

Dans le tryptique corps, âme et esprit, l’âme en est sans nul doute la pièce maîtresse à partir de laquelle peut se faire la construction de l’être. Malheureusement, nul ne la considère à part entière dans son rôle. Je vais essayer de vous en faire prendre conscience.

L’âme représente ce vide et cette infinité d’où peut émerger la radicale nouveauté de la Vie. Lorsque celle-ci s’incarne dans un corps, non seulement elle donne forme à votre corps de par une image projetée dans le visible comme dans l’invisible, et cette image émise face à l’autre sera actualisée, reconnue, inscrite dans un processus d’identification par l’entremise de votre esprit. Seulement tout n’est pas si simple, et pendant l’espace d’un moment plus ou moins long, votre esprit n’est pas du tout maître de l’image émise sur le plan informationnel. Car il est un autre esprit, le maître du jeu, de l’illusion et de la perversité qui va avoir la main mise sur votre identité. Il s’agit de l’inconscient aussi bien individuel que collectif lequel sitôt sa venue en votre corps va ordonner toute votre vie.

Tout d’abord celui-ci vous berce, vous enlace hypnotiquement, programme votre avenir pour finalement parvenir à vous enchâsser, telle une pierre précieuse dans un de ses merveilleux écrins.  Au fil des ans, la pierre de nos mémoires, brillant de ses mille feux, devenue de plus en plus lourde finira par nous écraser, nous détruire voir diaboliquement tuer les autres et cet inconscient continuera son oeuvre brillamment parmi vos descendants.

« Malédiction ! Que de pierres précieuses dans la vie de mes frères les hommes ! »

Toute notre existence, nous sommes telles des marionnettes dans les mains de l’esprit qui nous illusionne sur ce qu’est la vie. Beaucoup cherchent à l’appréhender, à la contenir, à la maîtriser, à en jouir au maximum, tandis que d’autres essaient de la penser, de la philosopher. Mais finalement, tant que les fils de la marionnette sont là, notre vision de la vie sera éternellement faussée, manipulée.

Le but de notre vie, n’est pas d’essayer de la vivre pleinement pour soi-même quand bien même aurions-nous toutes les meilleures intentions du monde, et encore moins de rechercher le sens  de la vie. Dans l’un comme dans l’autre cas, ce ne serait qu’une illusion de plus issue de l’esprit manipulateur.

Si nous sommes nés corps, âme et esprit, c’est pour cette unique Réalité : faire de ce corps, la manifestation pleine et entière de ce vide et de cet infini d’où peut faire irruption la Vie; autrement dit  encore : être la manifestation de la Vie dans un corps enfin allégé de la pierre scintillante de vos mémoires. Alors, il en sera fini de son « bling bling » infernal.

Quant au but de l’existence, ce ne sera jamais de vivre sa vie au mieux avec vous-même et vos frères mais d’être vous-même la Vie pour votre frère, et plus encore pour le monde. Ainsi tous, sans exceptions aucunes, vous êtes simplement appelés à vous laisser rejoindre par la Vie et un jour, devenir la manifestation de la Vie en tout temps et en tout lieu. A ce moment-là, vous comprendrez qu’il n’y aura jamais rien à vivre mais à être la Vie au nom de l’Être. Vos choix, votre vision de l’autre, votre façon de vivre en ce monde devront sans cesse être évidé de ce trop de mémoires qui dessert la Vie.

« Bénédiction ! Découvrir que les pierres précieuses sont toutes fausses, sortir de l’illusion pour revenir à la Réalité ! »

Lorsque l’esprit ne sera plus le lieutenant, l’organisateur et le planificateur de nos vies et qu’il se sera soumis à l’âme, alors la Vie sera manifestée corps, âme et esprit tout naturellement dans la Vérité, la Liberté et la Solidarité. Et vous n’aurez que cet unique désir : tout faire pour qu’un jour nous puissions tous le vivre dans l’Être mais ne vous leurrez pas, gardez à l’esprit ce paradigme : la Vie n’a pas de sens, et lorsqu’elle vous habite toute loi disparait. Elle jaillit constamment du Vide  et de l’Infini ! Et c’est justement cela qui dérange et met mal à l’aise.

Pour ce qui est de l’âme, cette éternelle inconnue, impossible à cerner sachez qu’elle est la seule capable de sourcer la Vie en votre vie. De fait, elle sera toujours une étrangère qui vous donnera de pouvoir Être, et c’est en cela même que repose le fondement de votre Humanité et de notre Création. En chaque humain repose une étrangère sans laquelle vous ne pouvez être, et quoi que vous fassiez, de par sa nature, elle vous restera toujours une éternelle inconnue même si vous êtes à même de la reconnaitre en votre vie car elle est le fondement même de votre et de notre altérité.

Quand je pense que nous avons tant de difficultés face à l’autre que je ne connais pas. Que de guerres, de disputes, de dissensions, de mécompréhension dans la vie des hommes parce qu’ils ne se connaissent pas et qui inconsciemment se savent habités par une étrangère qui source leur vie n’attendant qu’une seule chose leur offrir la Vie. L’étrangeté, voici un autre aspect de ce que nous sommes réellement. Tant que nous n’aurons pas compris et assumé cet état de fait, nous ne pourrons comprendre l’homme. Tant que l’âme n’est pas reconnue en vous comme telle et véritablement assumée, votre vie restera toujours source de division, de destruction. Comprenez-vous pourquoi le Destructeur, l’inconscient, désire tant manger les âmes tout simplement parce qu’elles sont les germes de la Paix véritable.

Alors très concrètement de la part de votre esprit, il lui faudra se convertir à ce que vous êtes en vérité. Dans la foi, à cette âme, il conviendra quelque part de lui faire vœux d’obéissance à une parfaite inconnue laquelle vous demandera d’assumer en vous-même cette part d’infinitude qui émane d’elle. Enfin parvenu à ce stade,  l’âme vous amènera à vivre cet abandon de l’Être dans ce lâcher prise au Vide au nom de la Vie. Et c’est dans cette toute dernière étape, que votre esprit se devra d’assumer son incertitude face à la Vie. Une fois cela réalisé et pleinement vécu, l’Esprit de Dieu sera là. Votre esprit sera devenu le sien, et toute votre vie s’inscrira dans l’abandon et le lâcher prise à la Vie.

Tant que votre esprit n’a pas rejoint l’âme, il est l’adepte du plein : plein de certitudes, d’histoires, de savoirs, de réponses…. Et lorsque le plein est fait, alors vient le temps des habitudes, de l’éternelle reproduction, de l’explication pour tout. Dans cette configuration, l’âme cette éternelle étrangère restera ignorée, délaissée, méprisée par l’inconscient, le maître de certitudes obligées.

C’est aussi ce que j’ai décrit à plusieurs reprises dans des messages précédents au sujet de la place et du rôle de l’histoire matricielle.

Celle-ci déteste l’étrangeté, l’incertitude, l’infinitude qui lui sont totalement contraires. Voici un de ses mécanismes de défenses qui lui est favori : devant l’altérité, le dissemblable l’inconscient génèrera de la violence, du rejet, du mépris, de la ségrégation par simple projection du rejet de ce Vide, de l’Altérité fondatrice, de l’Infini en moi. Ces derniers constamment rejetés ou refoulés sera malencontreusement pleinement manifestés dans cet autre différent face à moi générant angoisse et malaise. En écartant l’Altérité, ainsi je refoule et rejette ce Vide qui pourtant pourrait fonder mon existence, pour préférer la violence et le rejet au nom du plein.

 

Pour moi, l’étranger est en quelque sorte le garant du Vide, celui qui m’échappe constamment et que je ne peux pas cerner de mon plein d’assurance. L’étranger me déstabilise, et surtout il me discrédite par rapport à moi-même en m’insécurisant par ce qu’il reflète ma propre angoisse par rapport à ce que je suis en vérité et que je ne connais pas.

Ce dilemme ne pourra être surmonté qu’à partir de l’instant où j’essaie d’aller vers moi-même et d’approcher de mon âme. Tant que le travail de rapprochement âme-esprit n’a pas été réalisé, c’est-à-dire que votre esprit ne soit vraiment devenu parfaitement le vôtre ayant su prendre distance de l’esprit collectif (histoire matricielle) pour finalement s’être soumis à l’autorité de l’âme alors votre corps ne sera qu’une manifestation d’un esprit dominé et d’âme refoulée, votre semblant de vie sera toujours très loin de la Vérité et  adoptera toujours une attitude mensongère et pervertie par rapport au vivant.

Comment est-il possible dans l’ignorance de vous-même de croire vous connaître et pouvoir cerner l’autre, être apte à faire des choix, soi-disant libres, et d’être capable de vous engager à l’égard de quelqu’un voir de fonder un couple pour la vie.

Derrière tout cela se cache dans l’inconscient, un réel désir d’autodestruction de vous-même et de cette humanité. Celle-ci a un principe protecteur : refuser le dissemblable, tout faire pour prôner l’identique ce qui est fondamentalement contraire au Vide créateur et à l’Infini.

Tant que le couple âme-esprit n’est pas fondé et vécu avec justesse à travers la manifestation de ce corps, il est vain de penser la relation à l’autre en terme d’altérité, tout au plus au nom de mon plein de suffisance, je ne rechercherai que le semblable, et à tout faire pour que le différent, l’autre dans sa réelle étrangeté soit contraint à devenir mon pareil. Et si l’autre n’accepte pas ma philosophie de vie, alors je l’élimine ou engage une violence à son égard qui ira toujours plus en s’accroissant. Et plus que jamais l’histoire matricielle s’enrichira de votre histoire et de celle de l’autre étranger.

Pour terminer, au sujet de l’âme, je vous invite à lui rendre toute sa majesté en votre vie, et qu’elle en devienne la pièce maîtresse car en elle repose la Vie. Naturellement connectée au Transcendant, elle déploie toute sa force dans le non-agir, la non-possession, le non-savoir, le non-désir. Quant à l’Altérité, vous ferez expérience qu’elle est partagée avec toute chose et que mystérieusement c’est là qu’y repose votre unité d’Être.

Lorsque le couple âme-esprit sera fondé, et votre esprit dégagé de l’histoire matricielle alors  Celui du Transcendant viendra prendre place en votre Vie, ainsi votre corps sera éternellement engendré pour la Vie, quant à connaître le mystère de cette union entre l’âme et Dieu, à nouveau cela restera un mystère insondable, éternellement caché et tout au plus en gouterez-vous les délices de la béatitude en votre Corps.

Maintenant si vous tenez vraiment à en connaître le mystère, il vous faudra pour cela renoncer à l’engendrement éternel afin de revenir pleinement dans le Divin. Et si vous voulez savoir comment cela se fera alors je vous dis : sans-mémoire, sans-savoir, sans-vouloir, sans-désir en étant simplement l’Amour à son état le plus élevé. Cette fois-là, il vous sera donné de goûter du mystère de la rencontre aimante entre Dieu et les âmes mais aussi de celui de l’éternel engendrement à la Vie, mais alors pour vous ce sera sans corps, sans âme, sans esprit puisque vous ne serez plus. Mystère insondable !

Le devoir de mémoire, simagrée de l’histoire matricielle !

 

Lorsque je remonte le fil de l’histoire d’une personne, il m’est possible d’y ressentir à certaines périodes de sa vie (fœtale, enfance, adulte) des nœuds évènementiels à partir desquels son temps se trouve comme altéré voir déformé. Ces accidents obligeront la personne à se comporter toute sa vie en fonction d’eux. Ils génèrent : injustice, conflits, violence, haine, rejet, dépréciation de soi, altération de l’identité, dépression…. Ce qui est ici détecté concerne l’histoire matricielle propre à la personne. Celle-ci m’est la plupart du temps confirmée par le souvenir qu’elle a des évènements de sa vie, en particulier ceux qui lui ont été traumatiques.

En Informatique, toute personne usant d’un ordinateur prend bien soin de s’équiper d’un logiciel antivirus pour se protéger de toute attaque venant de l’extérieur, quant à ces nœuds, ils agissent tout à l’inverse dans le système programme de sa vie, ils sont comme des logiciels anti-vie qui bloquent en permanence sa destinée pour finalement lz contraindre d’exister dans une sorte d’éternelle réplication d’un ou plusieurs nœuds évènementiels.

Ses enfants, reprendront à leur tour le flambeau, y ajouteront leur propre logiciel anti-vie, et voilà que la mort s’installe et fait gentiment son nid pour un très long moment.

Le principe et la propagation de l’histoire matricielle existe aussi au niveau de notre monde depuis bien des millénaires laquelle est constamment entretenue et nourrie par d’autres noeuds évènementiels touchant les peuples lesquels possèdent un puissant pouvoir de destruction : guerre, oppression des peuples par toute forme de dictature, irrespect de la nature…. Cette configuration « anti-vie » obligera sans cesse l’homme à se comporter d’une manière bien précise. Sa place lui est dictée, ainsi va l’ordre du monde lui sera-t-il dit ! Impossible d’y déroger, et tout désir de changement restera de l’ordre du rêve tant que ces systèmes « anti-vie » ne seront pas effacés.

Quel que soit le devoir de mémoire qui pourra être fait pour juguler la violence d’un fait historique, celui-ci restera toujours du vent. Derrière lui se cache, encore et encore, l’histoire matricielle qui fait bonne figure laquelle cherchera toujours plus à entretenir voir attiser son feu destructeur, et ce aussi par la médiation du devoir de mémoire. Celle-ci, la perverse ou la sournoise, se sert de lui en réalité pour plus encore assurer sa survivance. Tel est le paradoxe aujourd’hui du devoir de mémoire, il entretient le feu plus qu’il ne l’éteint.

En écrivant ces mots, j’ai à cœur ces paroles de l’Evangile de Matthieu, et pour moi, c’est de cette tonalité-là dont il est question dans ce syndrome du devoir de mémoire, simagrée de l’histoire matricielle avec émergence d’une nouvelle mémoire obligeante :

« Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis: au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.

Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des prophètes et décorez les tombeaux des justes, tout en disant: Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes. Ainsi, vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes! Eh bien! vous comblez la mesure de vos pères! » (Mt 23,27-32)

A la place des scribes et pharisiens, mettez-y les gardiens de l’histoire matricielle : les hommes politiques, religieux ainsi que les gardiens de l’esprit de ce monde. Quant au prophète, celui qui se trouve dans la Conscience, mettez-y celui qui n’appartient pas au système, qui le refuse et le dénonce haut et fort pour le payer de sa vie. Je vous laisse libre maintenant avec cette clé de relire ce texte.

Le devoir de mémoire cache bien souvent plus d’hypocrisie qu’il ne paraît. Vœux impie, toujours plus destructeur lorsque le mensonge s’y trouve lové. Il vous donne une bonne fausse conscience laquelle sert fidèlement la matrice rien de plus. Le devoir de mémoire n’efface rien, il ne fait que maintenir bien au chaud des cadavres dans un placard pour mieux un jour les redécouvrir dans une nouvelle violence.

Lorsque j’efface les nœuds de l’histoire d’un consultant, je ne cherche pas à faire œuvre de mémoire, bien au contraire, je m’attache à la faire disparaître parfois même sans en connaître son contenu. Question de discernement accordé par l’Âme ! Et cette faculté appartient en propre à la Conscience. Alors il s’ensuit alors une réelle libération, un allègement pour lui tout comme pour moi-même. Quelque temps plus tard, la destinée reprend enfin tous ses droits, et celui-ci s’en étonne toujours tant sa vie s’en trouve simplifiée. Ceci est la marque même du travail de la Conscience : la simplicité, la légèreté de l’être.

A chacun peut développer ce logiciel  « anti-mort », cette sorte d’anti-virus qui détectera le moindre nœud évènementiel en sa vie pour l’effacer mais aussi dans celle des autres. Cela reste l’apanage de tous, même si vous ne le savez pas encore. Le tout est de le vouloir, et d’être en voie vers soi, alors cette faculté sera en éveil, en alerte 24 heures sur 24.

Le jour où nous possèderont tous cette faculté de l’éradication mémorielle, le scénario de votre vie ne sera plus jamais écrit par avance, alors… Nous serons… Quoi ? Rien… Rien d’écrit… Rien de connu par avance…. Simplement la Vie…..

Le jour où chacun usera de son pouvoir d’effacement, sa vie et celle du monde changeront parce que l’histoire matricielle régressera, pour un jour enfin disparaître. Les mots de devoir ou mémoire n’existeront plus !

Et cela vient assurément.

Enfant de la Vie, effaceur de l’histoire !

« Enfant de la Vie, effaceur de l’histoire!

En réparant les affres de Chronos, tu rendras Mémoire à tous ces enfants morts.

Et même si ce dieu hait la Vie, n’aie de cesse, encore et encore, d’effacer ses œuvres.

Aussi lorsque disparaîtra le maître de l’histoire, la Justice véritable sans fin règnera.

Ce jour-là, sans forme, ni mémoire sera la Vie, et seule la Conscience subsistera.

Enfant de la Vie, voilà ton devoir : réveiller l’enfant mort par effacement de ses obligeantes mémoires. Mais garde toujours en ton esprit cette unique Mémoire : ne jamais faire d’histoire ! Résurrection !….

Et si cela subsistait encore, pour toi-même ou pour tes frères, alors au nom de la Conscience, tout simplement : efface ! C’est la seule chose qu’il t’est demandé.

Désormais, la clé que tu possèdes ouvre  sur des espaces nouveaux où l’ancienne vibration ne sera plus. Et nul ne pourra plus acheter ou vendre le temps.

Adieu Cassandre ou Pandore, karmiques ou akashiques !         

A jamais le Vivant. La Vie t’en remercie. »

Le pèlerin d’émeraude

 

 

A 85 ans je vois ce milliard de mensonges….

Huit jours avant qu’elle ne meure, Gitta Mallasz, le scribe des Dialogues avec l’Ange, ce récit de cette merveilleuse rencontre que quatre jeunes gens firent durant la guerre avec l’ « Ange » ou le « Maître intérieur ». Trois d’entre eux périront par la suite en camp de concentration, et Gitta la survivante n’aura de cesse d’entretenir tout le restant de sa vie le dialogue avec son Ange. Voici le dernier texte qu’elle rédigera :

« Elle se coucha. Jamais plus elle ne se relèverait.

En éteignant, ce soir-là, toutes ses lumières, j’ai vu sur son bureau un petit mot écrit à la main :

 

« Je tourne de plus en plus autour du Verbe. Mais qu’est-ce que je désire tellement découvrir ?

Quelle est cette nostalgie si puissante qui agit en moi envers la vérité ?

La terre, les plantes, l’animal ne mentent pas, ils n’ont pas reçu la parole ;

Les Anges ne mentent pas, ils n’ont pas reçu la parole ;

mais moi, dès ma naissance, je mens.

Depuis 85 ans j’ai semé un milliards de mensonges.

A 85 ans, je vois ce milliard de mensonges qui portent des millions de fruits qui empoisonnent la terre.

Comment effacer tout cela de la mémoire de la terre ?

Seulement, en étant capable à la fin de ma vie de prononcer le Verbe de lumière – mon vrai Nom.

Alors j’effacerai le mensonge de la face de la terre et je n’aurai pas vécu en vain. »

 

Bernard Montaud, Le testament de l’Ange,

les derniers jours de Gitta Mallasz, Albin Michel

 

 

Serviteur inutile, le gardien de la vie !….

Un bébé, depuis bien des nuits avait des crises d’angoisses avec hurlements incessants au point d’en inquiéter les voisins de l’immeuble, la maman sortant de chez son médecin traitant me fit part de son inquiétude quant à son enfant. Mais pour elle, un traitement médicamenteux n’était pas la bonne solution, et elle cherchait à comprendre le pourquoi de son état, d’autant plus qu’à d’autres moments de la journée, il ne cessait de s’agiter et d’hurler encore.

Ainsi le simple fait de le mettre dans sa poussette, pour aller le promener, le mettait à nouveau dans un stress et une angoisse incroyables. Par la rumeur publique, elle avait appris, que  des personnes du village s’interrogeaient à son sujet d’une éventuelle maltraitance. De fait, si cette situation avait perduré, je pense que nous n’en serions pas arrivé bien loin.

Mais concrètement, pour ce bébé, que se passait-il ?

Tous les bébés voient l’invisible, et il ne faut pas se leurrer ce qui est à voir n’est pas toujours de toute beauté. Pour celui concerné par cette histoire, sa vision été effrayante, et j’ose même penser que cela n’était pas sans conséquence pour son développement psychique futur, si rien n’avait été fait.

En réalité, dans l’appartement de ses parents, ainsi que sur sa poussette, existaient des entités de type vampirisant, laides et repoussantes qui ponctionnaient énergétiquement l’enfant pour lui prendre sa force vitale. Vous avez tous été confrontés à ces entités, un jour ou l’autre sans le savoir mais à leur contact vous êtes, à chaque fois, grandement fragilisés sur le plan des ressources vitales, et votre comportement se met à changer : irritabilité, fatigue, stress, insomnies….. Certes, vous n’en n’avez aucun ressenti mais sachez qu’elles viennent se repaître auprès de vous, de jour comme de nuit. Mais dans le cas du bébé, non seulement, il les voit mais il peut même en éprouver des sensations très désagréables lors de la ponction pour son prélèvement énergétique.

Ne rien faire, c’est bien souvent ce qui se passe puisque personne n’en sait rien et que cette réalité n’existe pas. Quoi qu’il en soit, pour le bébé ou l’enfant, le message qui lui est alors adressé sous forme d’un grand silence peut se traduire par ceci : «Tu sais mon enfant, sur cette planète,  il y a des prédateurs, tu es fait pour être mangé. Ta venue sur terre se résumera à ceci : être la proie des prédateurs. Nous n’y pouvons rien, c’est la loi de ce monde. Sois docile, c’est la seule chose qu’il nous incombe d’être. »

Et l’enfant, au niveau de son inconscient, va se formater dans ce système mémoriel actif qui donnera, par la suite, naissance à une histoire matricielle personnelle qui pourra être celle-ci par exemple : « Ta vie ne t’appartiens pas, d’autres la possèdent déjà et te la dévoreront à loisir. Il ne sert à rien de te rebeller. ». Concrètement cela signifiera : peur, introversion, timidité, docilité excessive, incapacité à contester quoi que ce soit…. Bien sûr, cette histoire matricielle devra s’accorder avec toutes les autres, déjà pré-existantes, surtout celles de la famille pour devenir par exemple : « Oui, nous sommes faits pour être dévorés, et la famille fera de même avec toi en t’annexant à son histoire, en t’obligeant à être ce que tu n’es pas. Elle te prendra aussi ta vie mais prends patience, à ton tour le jour venu, tu en feras de même avec tes enfants. C’est la loi ! », parfois encore en fonction de la psychologie groupale : « Mon enfant, nous sommes faits soit pour être la proie ou être le prédateur. Voilà, l’unique choix qui s’offre à toi. Il est urgent que tu prennes ta place, nous t’y aiderons. Tu dois appartenir au clan des plus forts. C’est là que repose la force de notre famille, sinon nous te mangerons !»….

Si vous aviez connaissance de toutes ces histoires matricielles en place dans votre inconscient, et que vous étiez capables de les inactiver par simple effacement, l’humanité changerait son regard sur le monde tout naturellement. Il ne s’agirait plus de le penser dans un rapport : proie/prédateur, et elle se devrait alors d’abandonner cette unique notion référentielle et destructrice : « gagne celui qui prend la vie des autres, y compris celle de la planète ». Bien au contraire, il faudrait penser notre monde en termes de « don de la vie » capable de mettre en échec la loi du plus fort, celle du prédateur.

Pour revenir à notre histoire, l’enfant souffrant, stressé, angoissé par les entités vampirisantes va imprimer, lui-même, par imprégnation dans le tissus vibratoire de l’appartement ses émotions. Elles sont désormais capables de perdurer dans le temps et d’induire chez tous ceux qui y habiteront les mêmes désordres psychologiques. Désormais, les futurs occupants de ce lieu, ressentiront à leur tour ces désagréments psychologiques non sans conséquence pour leur vie et leur équilibre.

Quant à la mère, par rapport à son rôle, face au doute émis par les villageois quant à ses capacités parentales, demandez-vous, un instant, quelles auraient pu être les incidences sur l’histoire de cette famille, à plus ou moins court terme.

Quoi qu’il en soit, après avoir dégagé l’enfant de toutes les entités, et nettoyé le tissus vibratoire de l’appartement, tout est rentré dans l’ordre. Personnellement, je ne suis pas allé sur le lieu, et je n’ai pas rencontré le bébé mais tout a été accompli à distance.

Ce genre d’incidents avec les bébés est très fréquent, et aujourd’hui encore je reçois nombre d’appels téléphoniques pour me demander de remédier à cette situation.

Pour résumer je dirai, que l’histoire matricielle est fondée sur le « prendre » avec ses conséquences logiques inconscientes mais réelles dans les faits, rapport : dominant-dominés, riches-pauvres, maître-esclave….

Sortir de cette histoire matricielle, c’est :

Comprendre, vivre et assumer que la vie est un don que vous en êtes responsables, que vous vivez sur un mensonge quotidien, celle de la loi du « prendre ». Alors, c’est opter pour celle du « donner » ayant pour adage : « Ma vie nul ne la prend, mais c’est moi qui la donne. » (Jean 10.18), tout cela parce que j’ai compris que la vie de l’arbre ou de la planète est ma vie, ni plus ni moins, que j’ai la responsabilité d’en prendre soin.

C’est devenir capable de casser la logique de l’histoire matricielle, d’en effacer son existence et cela de l’effectuer dans la paix avec la plus grande des simplicités pour le bien de la vie des humains et de cette planète ainsi que de moi-même, parce qu’alors plus de vie advient autour de moi et en moi.

C’est être apte à ne plus créer d’histoire matricielle, ni à tomber en sa soumission en toute conscience.

Sortir de l’histoire matricielle, se résume à ceci : vivre véritablement en étant au service de la Vie.

Alors, je vous dis tout de suite, il ne sera nullement question de récompense. Vous serez des « serviteurs inutiles » parce que jamais plus vous n’accepterez d’être dans la loi de la mort celle du maître-esclave. Inutiles, parce qu’aux yeux des hommes être hors de cette loi est totalement irrecevable. C’est sur cette loi majeure que l’humanité est conditionnée dans une absurde fidélité. Vous serez inutiles parce que désormais vous aurez fait le choix conscient d’être hors de celle-ci.

Votre plus beau témoignage, le voici :

–  Assumer votre fonction de serviteur de la Vie laquelle est certes inutile pour l’esprit de ce monde qui la renie constamment, mais c’est en cela que se fonde votre véritable liberté.

–  Refuser la logique d’être le dernier pour un jour être à la première place auprès de Dieu, fusse-t-il même le serviteur des serviteurs ; car c’est là encore une vue des hommes mais pas celle du transcendant. Voilà l’essence même de l’humilité.

Votre véritable richesse, et votre force réside en ceci : la Vie ne prends aucune place, elle est ! Vouloir occuper une quelconque place, c’est encore être sous une logique matricielle, toujours créatrice d’histoire mortifère. La Vie n’est au service de personne, et n’accepte nullement cette notion, tout au plus serait-il juste alors de dire : ……. !?

Mais les mots me manquent pour traduire cela. Heureusement merci !

En souvenir d’Arachnée.

Le libre destin existe-t-il ? Jusqu’alors  c’était la principale occupation d’Arachnee mais sa mission ne tardera pas de prendre fin car la matrice machine s’en chargera. Alors, ne faites-rien, tout ira bien, ce sera sans douleur, et surtout sans aucune conscience…. Faîtes de beaux rêves !

Tout à coup, une femme vient frapper à la vitre de mon véhicule. Sur le coup, je suis dans l’incapacité de remettre un nom sur son visage, mais sans nul doute, elle me reconnaît, et m’appelant mon prénom, elle manifeste beaucoup de joie en me voyant.

Selon ses dires, cela faisait un bon moment, qu’elle cherchait à me voir pour me remercier. Mais ayant bonne mémoire des visages, je me trouvais dans l’impossibilité de lui répondre quoi que ce soit. Aussi me fallut-il lui demander son identité.

C’est alors qu’elle me raviva la mémoire. C’était effectivement, il y a environ six mois, j’étais venu lui prodiguer des soins dans son appartement de type HLM.  Et, au moment de notre rencontre, je me suis souvenu, lui avoir dit que son appartement était vibratoirement lourd, chargé de bon nombre d’entités et de mémoires actives importantes.

Quoi qu’il en soit, elle tenait à m’annoncer que tout était rentré dans l’ordre.

Sa fille n’avait plus de vision d’âmes errantes. Désormais, les ombres avaient disparues et elle dormait sans avoir besoin de lumière.

Quant à elle, dépressive à l’époque, elle  a su retrouver en quelques mois, la forme, le goût de vivre, l’envie de travailler et de prendre soin d’elle. Pour elle, pas de doute possible, ce retour à la vie telle une résurrection provenait du travail opéré, à la fois sur elle et sa fille, mais aussi dans son appartement d’un point de vue vibratoire.

Je dois, effectivement, vous avouer que sa métamorphose était réellement surprenante. J’étais en présence d’une nouvelle femme radieuse qui ne ressemblait en rien à celle que j’avais pu connaître. Cette transformation surprenante, je la devais à une rencontre de 30 minutes pas plus.

Même si je ne suis pas étonné par cet état de fait, je reste toujours émerveillé de ce qu’une  vie puisse basculer à ce point simplement à partir d’une rencontre si éphémère.

Tout ceci pour dire qu’une vie peut se trouver comme gelée, emprise dans des liens méconnus, ignorés. Qu’il suffit de peu, pour les hommes de bonne volonté, de délier les personnes de leurs entraves.

Je tiens à dire à ceux qui me lisent  que je n’ai rien d’exceptionnel, j’utilise simplement ces capacités spirituelles qui, malheureusement, gisent encore en chacun de vous, tel un don abandonné.

Faute d’avoir délaissé ces facultés de l’âme, nos destins sont liés par des forces sombres agissantes. Par excès de liens, ces fils néfastes inconscients, notre vie se trouve comme figée, emprise dans un cocon aux fils d’acier, créé par Arachnée, la tisserande des destins.

Depuis un bon moment, elle passe la majeure partie de son activité à lier le destin des hommes au lieu de le tisser, et je vous assure qu’elle a beaucoup de fils à retordre, tant  les fils deviennent de plus en plus épais.

Mais qui est Arachnée ?

Une mortelle qui dans son orgueil voulut rivaliser avec la déesse Athéna, elle était tisserande autodidacte, et lors d’une épreuve entre elle et la déesse, elle surpassa l’œuvre d’Athéna laquelle excellait et enseignait l’art de tisser. Par ailleurs elle s’était permise dans le choix du thème de son sa pièce tissé de représenter Zeus dans tous les subterfuges utilisés pour séduire les femmes des hommes, les mêmes utilisés par les autres dieux.

Devant son insolence, Athéna déchire son ouvrage et Arachnée, humiliée par cet affront de dépit alla se pendre.

Quant à Athéna prise de remords, elle lui redonna vie mais elle lui attribua le corps d’une araignée capable de continuer son art de la toile, la vie pendue à un fil, attendant sa proie.

Aujourd’hui, « Arachnée », l’araignée est vue dans beaucoup de mythe comme la tisserande du destin des hommes. Aussi, réalise-t-elle sa mission en partant de leur conscience ou de leur inconscience.  Aujourd’hui, elle se résout bien à contre cœur à  créer le destin des humains en fonction de la méconnaissance d’eux-mêmes totalement entravé par l’inconscient collectif.

Par excès de ses fils, et ce depuis trois à quatre siècles, elle n’a pas d’autres choix que de vous mettre dans un cocon qui vous enclos et vous endort dans la mort. Pour l’instant, les cocons s’accumulent en masse sur ta toile et les hommes sont dans ce sommeil entretenus dans l’illusion de la vie comme dans un rêve.

Permettez-moi de vous faire, ici un petit aparté. Si vous ne connaissez pas, le film Matrix, je vous invite urgemment à aller le regarder. Plus qu’une allégorie de notre vie, ce film traduit notre réalité et reste tout simplement prophétique. A ce jour, nous sommes au tout départ de la matrice machine : Matrix.

Mais revenons au personnage qui nous intéresse Arachnée. Souvenez-vous de cette rebelle, qui dénonce les mensonges des dieux et aime la vérité. Aussi lorsqu’un individu parvient à accéder à la conscience de lui-même, elle s’empresse de lui montrer avec plaisir son véritable destin à partir des petits reliquats de sa conscience jusqu’au jour où l’homme enfin libre parviendra à se libérer de la toile.

« Ô Arachnée ! Toi qui perçoit l’invisible, et ordonne l’avenir des hommes, puisses-tu, un temps prochain, retrouver la joie de conduire les vivants vers leur patrie. Un jour, j’espère te voir, à ton tour, délivrée de ta malédiction de créatrice de destin.

O humain, comprends ceci : si le destin existe, il est dû à ta déraison, mais pour l’homme libre et accompli nul destin n’existe. Chaque jour devient alliance éternellement nouvelle avec la Vie. »

A quand ta liberté Arachnée ?